1200 fr. de loyer pour la mosquée: «Un cadeau de plus», selon l’UDC

VeveyC’est 2300 fr. de moins que le bail précédent. Un élu juge ce montant totalement inapproprié malgré des contreparties.

Le bâtiment de Verger 10, derrière la gare et le Nest, accueillera la mosquée provisoire de Vevey durant une année.

Le bâtiment de Verger 10, derrière la gare et le Nest, accueillera la mosquée provisoire de Vevey durant une année. Image: Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est un nouveau cadeau fait à une association (Ndlr: la Fondation islamique du district de la Riviera - Pays-d’Enhaut) qui commence à nous coûter cher. Des locaux à de tels tarifs, cela défie toute concurrence!» Bastien Schobinger use de l’ironie au moment de s’exprimer sur le loyer proposé pour accueillir la mosquée provisoire de Vevey, à Verger 10, en attendant la réfection d’une année du lieu de culte principal de la rue du Clos.

La Ville propose 1200 francs pour 350 m2 en lieu et place des 3500 fr. du dernier bail, celui du Centre portugais/FC Atlantic, parti fin octobre 2016. L’élu UDC a fait part de son étonnement courroucé lors du dernier Conseil communal en commentant les réponses de la Municipalité à ses interrogations. «C’est une gestion quelque peu calamiteuse de notre patrimoine», a-t-il conclu.

Des travaux en échange

Pour le municipal PLR Étienne Rivier, ce montant se justifie par les travaux effectués par la fondation à sa charge, notamment un escalier de secours extérieur. «Ces 22 000 fr., divisés par les douze mois de location, représentent grosso modo les 2000 fr. de différence avec l’ancien loyer.»

Gregory Stergiou, président de la Fondation islamique, y ajoute trois arguments: «Nous occupons des surfaces qui ne trouvaient pas preneur, nous ne sommes là qu’un an et nous proposons gratuitement une salle de cours à la rue du Clos les matins pour y accueillir des élèves le temps que la Ville rénove certains collèges et construise celui de Gilamont. Il est vrai que nous manquons de moyens, mais il est faux de dire que nous profitons».

Toujours insuffisant pour Bastien Schobinger: «En 2014, lorsque le Conseil communal a voté une subvention annuelle (Ndlr: pour couvrir les intérêts de la dette contractée par la Fondation afin d’acquérir sa mosquée), il était déjà question de compensations. Je considère les contreparties actuelles comme une réponse à ce premier round.» L’élu ajoute une question: si la mosquée est utilisée surtout le vendredi, pourquoi ne pas envisager d’autres locataires pour les autres jours? «Ce serait compliqué, car nous utilisons les locaux sept jours sur sept les après-midi et notre lieu de culte nécessiterait de se déchausser, lui répond Grégory Stergiou. Mais l’idée pourrait être étudiée.»

«Et pour les orthodoxes?»

Fabienne Despot (UDC) n’en démord pas: à ses yeux, la communauté musulmane est favorisée. «Je déclare mes intérêts, je suis membre de la communauté chrétienne orthodoxe et je fréquente l’église Sainte Barbara de Vevey. Or, celle-ci n’a jamais rien reçu de la part de la Ville, peut-être, il est vrai, parce qu’elle n’a pas su le demander. Toujours est-il que son église, un joyau patrimonial, fête ses 140 ans et aurait besoin d’un coup de pouce pour l’importante restauration qui l’attend.»

Étienne Rivier admet que les liens avec l’Église orthodoxe sont distendus, mais il nuance: «Des contacts ont été pris tout récemment. Nous avons évoqué différentes possibilités de soutien. C’est désormais à eux de prendre contact s’ils le souhaitent.» (24 heures)

Créé: 04.04.2018, 17h34

Un portail qui coince côté pizzeria

À Verger 10, l’emménagement est prévu dans le courant du mois d’avril. Pour l’heure, ni bail au 1er mai, ni permis d’habiter n’a encore été délivré. En cause notamment, un litige avec un voisin: «Il y a un hic avec le propriétaire de la pizzeria Vecchia Napoli, explique Grégory Stergiou. La nouvelle sortie de secours atterrit dans une cour bloquée par un portail qu’il se refuse de laisser ouvert». «Il a reçu une lettre cette semaine lui rappelant qu’il y a une servitude de passage, confirme Gilles Altermath, chef du service des gérances. S’il n’obtempère pas, nous pourrions recourir au juge de paix, mais nous n’en sommes pas là.» L’intéressé s’explique: «La servitude parle de «chemin de fuite», précise Raffaele Figliola. Je ne suis pas opposé à mettre des clés à disposition des locataires pour ouvrir depuis l’intérieur, mais pas de laisser le portail constamment ouvert. Il faut voir tout ce qui s’est passé dans cette cour: deal de drogue, vandalisme, bagarres, certains venaient uriner voire pire, j’ai même été frappé par des personnes que j’invitais à quitter ma propriété. J’appelle simplement à un peu plus de respect des lieux et cela fait des années que je suis en discussion avec la Commune pour qu’elle m’aide à y parvenir.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Pro Infirmis aide à reconnaître les artistes handicapés. Paru le 24 avril 2018
(Image: Bénédicte) Plus...