18 et 20 ans requis contre l’octogénaire de Saint-Légier et sa fille

ProcèsLes peines demandées par le Ministère public vaudois sont lourdes dans l’affaire de la femme retrouvée dans un container à Corsier.

Image: GILLES-EMMANUEL FIAUX

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public requiert 18 ans à l’encontre de l’octogénaire pour avoir assassiné son épouse en décembre à Saint-Légier, avant de dissimuler son corps dans un container et de l’abandonner aux Monts-de-Corsier. 20 ans ont été requis contre sa fille, considérée comme l’instigatrice de l’homicide.

Selon le Parquet, les deux auraient prémédité l’acte qu’ils décrivent comme un accident. Ils auraient par ailleurs froidement préparé le meurtre, puis la manière de le dissimuler.

Dans un réquisitoire de 90 minutes, la procureure Roxane Bornand-Magnenat s'est attachée à démontrer que la version, dont elle a souligné les variations, défendue par le tandem père-fille ne résistait pas à l'examen des faits.

Contrairement à ce qu'ont toujours affirmé les accusés, comme quoi le père aurait tué la mère par accident puis appelé sa fille à l'aide pour l'aide à dissimuler l'homicide, le Ministère public a considéré que D. avait été présente tout au long d'événements planifiés à l'avance et en concertation.

En attestent, selon le Parquet, les multiples recherches internet durant le jour et même les semaines précédant le meurtre. Les navigations sur Google Maps, avec zoom et dézoom prolongés sur le lieu où sera ensuite retrouvé le cadavre, et les recherches de termes comme «comment faire disparaître un corps», «acide», «mousse expansive», sonnent comme autant d'indices aux yeux de la procureure et des enquêteurs.

Le mobile aurait été l'appât de l'argent. En grande détresse financière, sans emploi depuis plus de deux ans, ayant atteint la fin de droit et mariée à une homme sans travail également, D. dépendait fortement de ses parents. Les menaces réitérées de déshéritage, l'inquiétude du père de voir l'héritage de sa progéniture dilapidé par cette mère généreuse envers des tiers, auraient forgé la détermination du tandem.

Leur stratégie aurait consisté à espérer qu'en cas de découverte du corps, la version selon laquelle le père aurait agi seul suffirait à satisfaire la police et permette à D. de vivre enfin une vie décente.

Développement suit. Les plaidoiries de la défense se poursuivent ce mercredi.

Créé: 29.05.2019, 10h33

Articles en relation

«Cette fois, j’avais cette foutue clé dans les mains»

Procès L’octogénaire accusé d’avoir mortellement frappé sa femme parle d’accident. Il peine à expliquer ses gestes au Tribunal de l'Est vaudois. Plus...

Otages d’une relation toxique, père et fille en viennent au crime

Procès Un père octogénaire et sa fille comparaissent pour avoir tué leur épouse et mère, retrouvée dans un container à Corsier. Plus...

Un octogénaire et sa fille comparaissent à Vevey pour assassinat

Procès La découverte d'une femme dans un container aux Monts-de-Corsier en avril 2017 avait marqué les esprits. Cette septuagénaire aurait été tuée par son époux et sa fille. Leur procès s'ouvre ce lundi à Vevey. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...