Passer au contenu principal

A 35 ans, la centrale «maison» de Daniel Hubert veut grandir

En 1982, le Bellerin inaugurait sa propre usine hydroélectrique. Un projet pionnier dont la production devrait doubler.

Il a fallu huit ans au menuisier de Bex, Daniel Hubert, pour construire sa microcentrale hydroélectrique, mise en service en 1982.
Il a fallu huit ans au menuisier de Bex, Daniel Hubert, pour construire sa microcentrale hydroélectrique, mise en service en 1982.
Chantal Dervey
Il a fallu huit ans au menuisier de Bex, Daniel Hubert, pour construire sa microcentrale hydroélectrique, mise en service en 1982.
Il a fallu huit ans au menuisier de Bex, Daniel Hubert, pour construire sa microcentrale hydroélectrique, mise en service en 1982.
Chantal Dervey
Alors qu'il cherchait du matériel d'occasion, Daniel Hubert a trouvé une usine électrique à vendre dans le canton de Saint-Gall. Il l'a démontée pièce par pièce pour la remonter à Bex.
Alors qu'il cherchait du matériel d'occasion, Daniel Hubert a trouvé une usine électrique à vendre dans le canton de Saint-Gall. Il l'a démontée pièce par pièce pour la remonter à Bex.
Chantal Dervey
1 / 11

«Ces machines ont plus de 80 ans, elles tournent encore comme parfaitement.» Avec l’assurance du Galilée de la force hydraulique, Daniel Hubert contemple sa microcentrale au fil de l’eau, sise à deux pas de la Saline de Bex. Dans les années 1970, il l’assemblait seul et l’exploite toujours en solo depuis, produisant 1,5 million de kWh par an, soit de quoi alimenter 350 ménages. Une production appelée à doubler dans un avenir proche.

A la recherche d’un terrain pour son entreprise de construction, le Bellerin rachète en 1972 la scierie d’Auguste Genillard, sur la berge de l’Avançon. Une roue équipée de dents en bois y transforme l’or bleu en électricité, perpétuant une tradition séculaire: «Cette parcelle est au bénéfice d’un droit d’eau perpétuel depuis… 1693, raconte Daniel Hubert. Des textes anciens indiquent qu’on turbinait déjà à cette époque pour actionner une scie et une forge.» Mais le nouvel acquéreur ne peut que constater la vétusté des installations. Durant trois ans, il cherche désespérément du matériel d’occasion pour bâtir une nouvelle usine. «J’ai fini par trouver une centrale à vendre dans la région de Saint-Gall.»

Comment rapatrier une conduite forcée de 580 m pour 1,6 m de diamètre, soit 300 tonnes de métal et de joints? Le casse-tête est de taille. «J’ai demandé des offres à des transporteurs. Le premier a fait un devis à 240'000 fr. Un autre m’a dit: «C’est pas possible», raconte Daniel Hubert en imitant l’accent alémanique.

Bon an mal an, il organise le déplacement en affrétant des convois des CFF. Le Bellerin démonte alors entièrement l’installation, numérotant soigneusement chaque pièce. Et la reconstruit à Bex. «A l’époque, ceux qui passaient devant le chantier disaient: «Ça y est, Hubert a tourné la boule!» J’ai pris un sacré risque. J’aurais pu tomber sur du matériel défectueux et tout aurait été perdu.» Mais le premier pari est gagné: Daniel Hubert réduit le coût estimé de son usine de 2,5 millions de francs à 800'000 fr., comme le relève 24 heures lors de l’inauguration, en septembre 1982.

Plein potentiel

Si la microcentrale est née presque par hasard, ce sont bien les plans de développement de la Saline de Bex qui poussent désormais Daniel Hubert à augmenter sa production. L’entreprise bellerine a récemment déposé une demande de concession pour augmenter sa production de 10,5 à 15,7 GWh, grâce à l’installation d’une nouvelle conduite forcée (qui doit encore être mise à l’enquête).

Daniel Hubert s’adaptera à ce débit. Actuellement à l’enquête, une demande de concession lui permettra de produire 3,33 GWh, l’équivalent de la consommation de 800 ménages. Pourraient s’y ajouter une capacité de 4 GWh si un projet de centrale porté par Romande Energie et les Forces Motrices de l’Avançon (FMA) voit le jour à l’aval. Exploitée par les quatre sociétés - Romande Energie, FMA, Saline et Immo-Hydro (société de Daniel Hubert), la rivière bellerine dégagera alors presque son plein potentiel, avec une de 21 000 kW.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.