3800 paires de bras portent les JOJ

JOJ Lausanne 2020Le succès des JOJ tient pour une large part à l’engagement des bénévoles. Reportage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La dernière compétition de ski alpin des JOJ ne démarre que dans trois heures, mais la piste de la Jorasse fourmille déjà de monde en ce mercredi matin. Tandis que les officiels de la Fédération internationale de ski examinent le parcours du slalom parallèle, les bénévoles en peaufinent les derniers détails. Les portes ont été installées la veille, mais le travail ne manque pas. Yann Gilliéron, l’un des sept chefs de secteur en charge de la surveillance de la piste, et son équipe s’affairent à déplacer des filets de protection le long du tracé. Armé d’un râteau, Hervé Rempp chasse la terre et les cailloux qui émergent sur la ligne de l’arrivée. Responsable des «lisseurs» qui auront pour tâche d’aplanir la piste après le passage des athlètes, Sandrine Pittier briefe son équipe: «J’ai besoin de dix personnes à l’aise sur la glace et avec des carres bien affûtées.» Avant de s’aventurer sur la piste olympique gelée, l’avertissement n’est pas inutile: «Certains se sont inscrits à ce poste sans être conscients de ce qu’est une piste olympique. Le premier jour, ça a été la sélection naturelle», raconte Jan Luminati, un autre chef de secteur.

Aux Diablerets, ils étaient 240 engagés bénévolement pour les six jours d’épreuves. Au total, le comité de Lausanne 2020 a pu compter sur 3800 bonnes âmes dispersées sur tous les sites et occupant des fonctions variées allant de l’accueil au ravitaillement, en passant par l’accompagnement des athlètes dans les trains ou le nettoyage des chambres du Vortex. C’est l’École hôtelière de Lausanne qui a mis en place une large part de cette organisation.

Journées chargées

Au bas du Meilleret, les journées commencent tôt, généralement à 6h45. «Aujourd'hui (ndlr: mercredi), on a pu faire grasse mat’ et dormir quinze minutes de plus que d’habitude», rigole Jan Luminati en sirotant un café bienvenu. La journée de mardi a été chargée et longue: quatre manches de slaloms ont été disputées, entre lesquelles il a fallu déplacer toutes les portes. «Ça devrait être un peu plus calme pour ce dernier jour», estime Hervé Rempp. Vers 9h30, l’équipe s’offre d’ailleurs un luxe inédit: une pause café. «Ces derniers jours, on a dîné en mangeant un sandwich au bord de la piste», raconte Heinz Schneiter. À plusieurs reprises, les journées se sont prolongées jusque tard dans la nuit. À la gare, les équipes qui accueillent les athlètes doivent également être sur place à l’aube.

Ces conditions ne semblent pas entamer l’enthousiasme général. «L’ambiance est géniale et on fait de belles rencontres. J’ai pu faire des photos avec Amélie Klopfenstein, qui vient du même ski-club que moi», poursuit le Jurassien. «Je suis épaté par le sacrifice de chacun, confirme Hervé. Même lorsque le travail était pénible et qu’on a fini tard, je n’ai entendu personne se plaindre.» Certains répondent présent depuis le 2 janvier: avant les compétitions le 10 janvier, il a fallu préparer le site.

Athlètes enchantés

L’heure de la compétition approche. Yann Gilliéron et ses collègues entament l’ascension du parcours pour se répartir de part et d’autre des deux couloirs de slalom. Sur la pente gelée, les crampons sont de rigueur. Les premiers skieurs s’élancent. Les bénévoles entrent en scène sur leurs talons pour remettre en état les portes malmenées avant le départ suivant.

La finale terminée, les bénévoles ne perdent pas de temps et commencent déjà le démontage du site avec l’aide de l’armée. Objectif: tout remettre en état avant le lendemain soir. La motivation est toute trouvée: il s’agit de terminer tôt pour profiter du repas organisé pour les bénévoles le jeudi soir. Les compliments régulièrement entendus dans les rangs des athlètes tout au long de cette semaine constitueront un autre salaire mérité

Créé: 17.01.2020, 06h46

Un «livre ouvert» pour l’avenir de l’olympisme

Mercredi, à mi-parcours des 3es Jeux de la jeunesse d’hiver, Christophe Dubi, directeur exécutif des Jeux pour le CIO, tirait un bilan des plus enthousiastes de l’événement. «Pour ce qui est de la fréquentation, nous ne comparons plus Lausanne 2020 aux derniers Jeux d’hiver de Lillehammer, mais à ceux d’été de Buenos Aires, bien plus grands en termes de nombre de disciplines et d’athlètes engagés et organisés dans une ville d’un million d’habitants. Je suis Lausannois, mais je n’ai jamais vu une telle atmosphère et un tel enthousiasme dans cette ville!» Les organisateurs estiment que plus de 170'000 spectateurs ont déjà répondu présent, dont 65'000 écoliers vaudois. Pour Christophe Dubi, l’événement est à la fois l’aboutissement de la vision de jeux durables posée en 2014 et «un livre ouvert» à étudier pour les futurs rendez-vous olympiques: «Le comité d’organisation de Milan-Cortina 2026 est présent à Lausanne. Ils veulent voir l’ambiance sur la place des médailles, le Vortex et surtout comment l’organisation d’un événement éclaté sur plusieurs sites fonctionne. Ils feront face aux mêmes défis chez eux. On peut le leur montrer car tout a été extrêmement bien fait par Lausanne 2020.» Le souhait du directeur exécutif pour les prochains Jeux d’hiver de Pékin? «J’espère que les organisateurs impliqueront la jeunesse comme elle l’a été ici. Des milliers d’enfants ont pu tester différents sports. Dans une ville de la taille de Pékin, ce sont des millions qui pourront être touchés.» Mercredi, la première vague d’athlètes a pris le départ pour céder la place à la seconde.»

Articles en relation

Le train a séduit les athlètes des JOJ

Mobilité Lausanne 2020 fait le pari de la mobilité douce. Reportage dans le train ensommeillé en partance pour Les Diablerets. Plus...

«Si on va aux JOJ, c’est pour aller chercher la médaille d’or»

Lausanne 2020 Seul Genevois aux Jeux de la jeunesse, Robin Leibzig est ambitieux. Il vise le titre avec l’équipe de Suisse de hockey sur glace. Plus...

Thomas Bach: «Je ne m’attendais pas à voir autant de monde aux JOJ»

Lausanne 2020 Même le président du CIO a été surpris par les affluences. Prise de pouls au cœur des Jeux, lors du premier week-end de compétition. Plus...

La sécurité des Jeux est bien plus légère qu’à la Fête des vignerons

Dispositif Quelque 350 personnes sont mobilisées chaque jour pour assurer la sécurité et les secours, avec un QG à La Blécherette. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.