A Bex, deux visions d’avenir s’apprêtent à en découdre dans les urnes

VotationLe référendum sur la densification du quartier du Glarey génère une campagne centrée sur l’évolution du village. Face à face.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 10 juin, les Bellerins diront s’ils adoptent un plan de quartier permettant l’arrivée de quelque 600 habitants. En portant cette question devant le peuple, les citoyens à l’origine du référendum soulèvent la question très large du développement du village. Albin Masson, membre du comité référendaire «Non à la boulimie immobilière» et Sandrine Moesching-Hubert, membre du comité «Oui au Plan partiel d’affectation (PPA) du Glarey II» ont accepté d’en débattre.

Quels reproches, respectivement quelles louanges, adresse-t-on au PPA Glarey II?

Albin Masson (A.M.) Par rapport au PPA de 1998 en vigueur, cette mouture accroît le nombre d’habitants potentiel de l’ordre de 50%. Les accès ne permettent plus de traverser le quartier dans les deux sens, Nord-Sud et Est-Ouest et la hausse de trafic serait énorme. Les bâtiments peuvent être plus hauts, ce qui gênerait le voisinage, les surfaces d’utilité publiques sont moins importantes que dans le premier plan et les espaces verts sont également réduits.
Sandrine Moesching-Hubert (S.M.H.) Il y a des incompréhensions notamment dans l’interprétation des hauteurs et des surfaces (Ndlr: les débatteurs passent de longues minutes à interpréter des chiffres, sans parvenir à se mettre d’accord). Un PPA ne fait que fixer des règles, on ne parle pas de constructions effectives. Nous reprochons au plan de 1998 d’être trop rigide, chaque bâtiment y est figé en surface et en volume. La version révisée offre des périmètres et des hauteurs maximales, mais pas de volumes fixes, et l’architecte aura la latitude de proposer des formes variées. Si la population accepte ce PPA, chaque projet sera encore soumis à une consultation publique.

A.M.Sauf qu’une fois le cadre accepté, si des personnes déposent des oppositions, la Commune pourra s’appuyer sur le PPA pour les lever.

S.M.H. De toute façon, constructions il y aura. Avec ce PPA II on peut imaginer des bâtiments mieux intégrés au village, offrant une articulation plus délicate avec le bâti alentour. Pour le trafic piétons, il faudra renoncer à traverser la propriété du château Grenier. Par contre, le promoteur cédera des bandes de terrain de 3 m le long de certaines routes, pour des améliorations piétonnières et l’aménagement de croisements. Les études montrent que l’accroissement du nombre de véhicules ne provoquera pas de saturation.

Le village de Bex peut-il et veut-il absorber cette population supplémentaire?

S.M.H. La croissance démographique est une réalité dans le canton, on doit s’organiser pour y faire face. On est dans l’application de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT). Malgré cela, le promoteur reste 10% en deçà de ce que pourrait exiger le Canton, en termes de densité de population.

A.M. L’Agglo prévoit 1200 habitants de plus pour Bex d’ici à 2030 et la moitié viendrait d’abord dans ce quartier un peu décentré où les terrains sont utilisés pour l’agriculture, alors que les zones sous le Montet ou le quartier de la gare disposent de friches? Ce n’est pas logique. Il aurait été souhaitable que le Plan général d’affectation (PGA) de la commune soit travaillé en amont. Là, on construit et ensuite on réfléchit! La population a énormément augmenté ces dix dernières années et rien n’a suivi. On ne peut se permettre que cela continue durant les dix prochaines.

S.M.H. Mais attention, il n’est de toute façon pas question d’un dézonage! Un PPA existe, le promoteur va de toute façon construire. Autant que cela soit de manière harmonieuse.

A.M. Oui, mais on parle d’y mettre davantage de monde alors que la loi sur l’aménagement du territoire n’oblige pas à densifier au maximum.

S.M.H. La loi va dans le sens de contraindre à utiliser tout le potentiel d'un PPA.

A.M. En attendant, le Chablais et le Valais ont passablement de logements libres et les locations récemment mises sur le marché à Bex peinent à trouver preneur.

Les infrastructures du village sont-elles prêtes à accueillir ces citoyens en plus?

A.M. Quand vous venez vous installer de l’extérieur, vous vous renseignez sur les transports publics, les solutions de garde pour les enfants, les écoles… Or, il n’y a qu’un train par heure qui dessert Bex, la garderie a dû ajouter des containers et les écoles ont doublé de capacité avec le nouveau collège, mais les classes sont déjà pleines. Sans parler de la déchetterie qui est saturée.

S.M.H. Plus il y aura d’habitants plus le développement se fera! On ne peut pas soutenir les commerçants sans de nouveaux clients, intensifier la cadence des transports publics sans une meilleure dynamique, sauver un office de poste sans une masse critique. On développe et on planifie au fur et à mesure que les gens s’installent. (24 heures)

Créé: 23.05.2018, 07h22

Articles en relation

Un référendum pointe la densification de Bex

Mobilisation Des citoyens remettent en question un plan de quartier qui autoriserait 600 nouveaux habitants. Plus...

Le Conseil communal de Bex votera sur un projet contesté

Immobilier Une quinzaine de riverains s’oppose à l’érection de nouveaux immeubles au Glarey, prévus pour accueillir 500 nouveaux Bellerins. Plus...

De quoi parle-t-on?

Le plan partiel d’affectation (PPA) «Le Glarey II» couvre
6,5 hectares en bordure de la zone centre de Bex et inclut le site protégé du Château Grenier et de son parc. Les parcelles appartenant à une quinzaine de propriétaires sont promises vendues sous condition au groupe HRS. Ce PPA révisé avait pour but de mettre au goût du jour un précédent plan de quartier datant de 1998. Si le PPA Glarey II est rejeté par les Bellerins, ce sont les règles de cette première mouture qui continueront donc de s’appliquer. Avec la version révisée du PPA,623
habitants
pourraient y être réunis (soit 210 de plus que dans la version antérieure).
Mis à l’enquête en juillet 2016, validé par le Conseil communal en mars 2017, le PPA Glarey II a fait l’objet d’un référendum mené par un groupe de citoyens qui a réuni
1185 signatures
pour soumettre l’objet au vote le
10 juin prochain.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.