Aigle va dire adieu à ses Messageries

Histoire d’iciL’établissement de la rue du Midi édifié en 1871 fera place à de l’immobilier et des commerces.

Le Café-Restaurant des Messageries, institution aiglonne depuis 150 ans.

Le Café-Restaurant des Messageries, institution aiglonne depuis 150 ans. Image: ARCHIVES COMMUNALES D’AIGLE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

5 avril 1923. Deux vaches quittent leur troupeau descendu des Ormonts pour pâturer aux Isles. Elles s’enfilent en douce dans le Café-Auberge des Messageries, au 19 de la rue du Midi, à Aigle. Curieuses mais finalement prises de peur, elles se bousculent dans l’estaminet, mettant à mal le mobilier et les vitres, avant, un peu aidées quand même, d’en retrouver l’issue… L’anecdote, relatée dans la «Feuille d’Avis d’Aigle», est l’un des nombreux épisodes qui ont rythmé les 150 ans d’existence des Messageries. L’immeuble sera détruit pour faire place à des appartements, bureaux et commerces (lire encadré).

«Cette démolition est regrettable. Aigle a conservé des témoins du patrimoine bâti historique depuis longtemps disparu ailleurs, mais qui tend progressivement à disparaître ici aussi», déclare Michèle Grote, historienne des monuments. «Ce bâtiment figure en note 4 à l’inventaire, ce qui lui confère donc un statut de bien d’intérêt local», ajoute Béatrice Lovis, présidente de la section vaudoise de Patrimoine suisse. «C’est vrai que c’est une institution qui va disparaître», lance un habitué. Enfants, on venait y faire des bêtises. Dans les années 50-60, l’orchestre des Diablerets y jouait tous les jours de Braderie. À l’intérieur, les marchands de bétail y faisaient leurs affaires autour d’un verre, ou plusieurs.»

«Ville-étape»

Bien avant les Messageries, la parcelle était occupée par une grange, deux étables, un jardin, propriétés de Jacques Gonthey en 1718. Plus tard, Otto Veillon y adjoint une écurie. Jusqu’en 1920, la rue du Midi est l’unique voie de transit à travers Aigle, «ville-étape» pour les voyageurs vers l’Italie. La construction du bâtiment actuel, en 1871, est l’œuvre de Marc-Louis Regord. Il se compose d’une cave voûtée, d’une remise, d’un fenil, d’une chambre et toujours d’une écurie.

La première mention d’un relais public, précisément un café, date d’un an plus tard. Regord se voit attribuer une patente pour vente de boissons. En 1878, le préfet dépose une plainte contre sa veuve pour avoir logé des voyageurs sans patente d’auberge. Un an avant, des travaux importants ont été menés aux Messageries, qui peuvent laisser accroire que le simple café est devenu café-auberge.

Attesté Café des Messageries en 1896 par l’Indicateur vaudois, le relais compte 23 lits après la Grande Guerre. Durant ses 150 ans, outre les voyageurs en calèche, à pied ou à cheval, Les Messageries font partie de la vie locale. Un bal de la landsturm (classe d’âge de l’armée) s’y tient en mars 1893 par exemple. Des concerts, assemblées générales, soupers de contemporains, banquets d’entreprises s’y tiennent régulièrement, y compris… des cours de couture.

L’établissement a changé maintes fois de mains, des Borloz aux Wehren en passant par les Mottier, Racine, Monney, Baud (durant 36 ans); mais en conservant la double affectation café-hôtel. En 1917, le patron Chenaux adresse une plainte contre l’autorité militaire qui interdit la fréquentation de son estaminet à ses soldats.


Sources «Feuille d’Avis d’Aigle», Archives cantonales vaudoises et Archives communales d’Aigle

Créé: 17.08.2019, 09h56

Deux bâtiments et un parking

Les constructions qui remplaceront les Messageries après démolition sont contenues dans un projet développé par deux propriétaires, Jean-Jacques Gippa et Peter Herrmann. Le tandem, déjà au bénéfice d’un permis de construire, est actuellement en discussions avec différents constructeurs et promoteurs.

Deux bâtiments, entre rue du Midi et avenue du Chamossaire, seront édifiés; l’un sur cinq niveaux, l’autre sur quatre. Dessous, un parking souterrain de 118 places, sur deux niveaux.

Les instigateurs du futur complexe envisagent de louer des espaces pour des commerces, notamment de proximité et de consommation courante. Des pourparlers sont engagés pour éventuellement conserver le tea-room actuel, qui jouit d’un beau succès. La belle terrasse ombragée sera conservée.

Dans les étages de l’un des deux bâtiments, place à 15 appartements, espaces bureaux, voire cabinets médicaux (location ou vente). L’autre sera dévolu à des appartements protégés en location pour personnes âgés ou à mobilité réduite.

Les travaux dureront 24 mois. La date de leur début n’est pas encore arrêtée.

Articles en relation

Le charme unique du quartier du Cloître à Aigle

Esprit des lieux Entre vignoble réputé, caveaux, tavernes et maisons anciennes au charme admirable, le quartier du Cloître à Aigle vit paisiblement à l’abri de son château. Plus...

Aigle verrait bien de l’art dans ses anciens abattoirs

Transformation La Municipalité planche pour créer un pôle artistique et culturel dans les halles situées au centre-ville Plus...

Aigle s’apprête à dire adieu au «Suisse»

Patrimoine L’hôtel-restaurant va être déconstruit. Retour sur une histoire riche en anecdotes… souvent dramatiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...