Au pays des ballons, le courrier emprunte la voie des airs

Pays-d'EnhautDepuis trente-sept ans, à chaque édition du Festival de ballons, le club philatélique local confie ses plis à un aérostier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sans en avoir l’air, les timbres exposés à l’Hôtel de Ville de Château-d’Œx durant le 38e Festival international de ballons racontent une foule d’aventures rocambolesques. Comme cet atterrissage acrobatique en plein milieu des rizières de Momo, près de Milan, en 1994. Ou ce vol qui s’est malencontreusement terminé sur une base militaire italienne.

«En 2013, on a fait notre plus long vol: on a atterri après cinq heurs trente-cinq à Saint-Marin»

C’est une tradition immuable au pays des ballons: depuis la première édition du festival, la Société philatélique du Pays-d’Enhaut confie chaque année une série d’enveloppes à un pilote. Sa mission? Voler le plus loin possible et renvoyer les plis depuis l’office postal le plus proche de son lieu d’atterrissage. Pour compliquer le jeu, le ciel fait preuve de plus ou moins bonne volonté. «En 2013, on a fait notre plus long vol: on a atterri après cinq heurs trente-cinq à Saint-Marin», raconte John Bertholet, président d’honneur du club et membre depuis un demi-siècle. Soit un périple de 505 km. «Et d’autres années, on n’a quasi pas de vent… Une fois, on s’est posé à Rougemont.»

Lundi, c’est ce dernier cas de figure qui s’est présenté. Faute de courants, le ballon parti de Château-d’Œx à 9 h 45 avec à son bord les 350 enveloppes timbrées pour l’occasion semble faire du surplace au-dessus du château de Gruyères. Il lui faudra plus de cinq heures pour dépasser Romont et atterrir près d’un champ de Villeneuve (FR). Le temps de plier l’enveloppe et l’équipe prend la direction de la poste la plus proche.

Des postes qui ferment

Un équipage s’était déjà posé là en 1991, mais il n’y aura pas de doublon cette année: la poste de Villeneuve n’est plus et c’est vers le guichet de Granges-près-Marnand qu’un habitant dirige l’équipage. «C’est un problème auquel nous sommes de plus en plus confrontés: avec tous les bureaux de poste qui ferment, ça devient difficile d’atterrir dans un village qui en possède un», note Martin Geser, vice-président du club.

Dans l’office, John Bertholet et Roland Oguey, président du club qui compte une trentaine de membres, tentent d’expliquer leur démarche à une guichetière méfiante. Par le passé, le courrier était oblitéré sur place par les membres du club, sous la conduite du responsable de la poste de Château-d’Œx. «C’était du boulot: on a expédié jusqu’à 800 enveloppes! Après une heure de tampon, même le chef d’office qui avait l’habitude devait être remplacé», rigole John Bertholet. Désormais, le courrier doit transiter par Berne, où le sceau de l’office de Granges-près-Marnand sera appliqué.

Rareté et météo

Au fil des ans, les 350 enveloppes de cette édition devraient prendre de la valeur. Les plus recherchées – principalement celles des premiers vols philatéliques aujour­d’hui quasi introuvables – peuvent atteindre 1200 francs la pièce. «La valeur dépend bien sûr de la rareté, explique Roland Oguey. Mais aussi du motif représenté sur l’enveloppe. L’édition du 700e de la Confédération est très recherchée, par exemple. Et puis, mine de rien, la météo joue aussi un rôle: le beau temps va amener du monde au festival et donc à notre exposition. On touchera un plus large public.» (24 heures)

Créé: 27.01.2016, 17h00

Des timbres racontent Claude Nicollier

L’exposition de la Société philatélique du Pays-d’Enhaut, àdécouvrir en marge du Festival de ballons, en atteste: le timbre est une véritable source historique. En 32 tableaux de douze pages, la collection prêtée par la Société suisse d’astrophilatélie narre le parcours de Claude Nicollier. «On peut le suivre depuis ses années de pilote jusqu’à ses vols à bord des quatre navettes spatiales existantes. On découvre chaque étape de sa formation, puis des sélections à l’ESA et à la NASA», détaille Roland Oguey, président du club damounais.

Ce récit s’égraine au rythme de documents officiels ou de cour­riers commémoratifs. «Ce n’est pas le timbre lui-même qui fait la valeur d’un document mais la combinaison d’un ensemble d’éléments: l’enveloppe, les photos qui y sont jointes, etc., pour- suit Roland Oguey. Cette collection unique est exposée pour la dernière fois en Suisse romande. Dans quelques années, elle sera réassemblée et confiée au Musée des transports de Lucerne.»


Exposition philatélique à l’Hôtel de Ville de Château-d’Œx. De 13 h
à 17 h en semaine et de 10 h à 17 h le week-end. Entrée libre.

Articles en relation

Le festival de ballons incite les enfants à voler

La manifestation de Château-d’Œx propose, pour la première fois en week-end, des vols captifs aux 5 à 12 ans. Reportage. Plus...

Un soleil de bon augure au-dessus du Pays-d'Enhaut

Manifestation Le Festival de ballons de Château-d’Œx démarre ce samedi. La météo favorable tiendra-t-elle jusqu'au spectacle de clôture? Plus...

Grosse bouffée d’oxygène pour le Festival de ballons en péril

Château-d’Œx Les élus locaux ont octroyé un crédit de 195'000 francs pour assainir le festival. Il comptait 335'000 francs de dettes. Plus...

La relève se fait désirer parmi les aérostiers

Festival de ballons Le ballon suscite moins de vocations. La concurrence d'autres disciplines de vol l'explique en partie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...