Chardonne, pieds dans l’eau, tête dans les nuages

L'Esprit de lieux«C’est une fierté pour les gens d’ici d’avoir le lac, les vignes et le Mont-Pèlerin».

Comme les vignes qui l’entourent, le village de Chardonne se présente en terrasses. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les Chardonnerets sont très fiers de leur village. Il y a plein de fontaines et de vignerons», déclare en rigolant Simon Messicomer. Emblème du village, le petit oiseau brun, tête rouge et touches de jaune sur les ailes, a pour habitude de manger les chardons. Les gens du cru parlent d’une seule voix pour raconter comment il fait bon vivre entre le soleil et les vignes.

Le territoire de la commune s’étend du bord du lac aux pentes douces du Mont-Pèlerin, en passant par le réputé vignoble en terrasses. Où que l’on soit, la vue sur Vevey et le lac est à couper le souffle. Riche de cette diversité, la commune est truffée de petits trésors et sait varier les plaisirs.

Chardonne, c’est comme un immeuble de trois étages très indépendants. La campagne, les vignes et le lac. Sujets de la même administration, ils entretiennent des rapports de bon voisinage sans trop se mélanger. Depuis Vevey, on y accède par le petit funiculaire – sans chauffeur –, la colonne vertébrale reliant le haut et le bas de la commune. «Ils ont essayé de le peindre aux couleurs du Golden Pass en 2014, mais on s’est mobilisés pour qu’il soit de nouveau rouge comme à l’origine, avec son petit soleil», raconte Thierry Sax, le patron d’Au Bon Vin dans le centre du village. Avec sa femme, ils ont repris le restaurant il y a 27 ans: «Quand on est arrivé de Genève, il a fallu s’intégrer à la vie du lieu. Alors on a fait le tour des vignerons du coin et j’ai mis leurs vins à la carte. C’est encore le cas aujourd’hui et mon assortiment s’ajuste à la production.»

Deuxième étage, côté vignes. La Commune fait de son mieux pour maintenir la vie dans son centre. Avec la complicité de ses vignerons, elle organise des manifestations comme le Marché des vins, les Caves ouvertes ou une fondue sur la place. Les commerces suivent le mouvement avec, notamment, des soirées musicales. Cosette Mottier, qui tient l’épicerie avec sa sœur Claudine depuis 1994, a vu les habitudes changer: «Les gens s’arrêtent moins, le village devient une cité-dortoir, dommage.»

La montagne

A l’attique, il y a le Mont-Pèlerin, la montagne. On trouve de grandes villas et des hôtels: «Des gens qu’on ne voit pas beaucoup au village», constate Thierry Sax en haussant les épaules. Il ajoute: «Notre réputation pour la cochonnaille vient du fait que les vignerons d’ici ont des terres et du bétail là-haut et qu’ils faisaient boucherie. J’essaie de perpétuer cette tradition.» Au sommet, la tour de diffusion Plein Ciel fait le bonheur des touristes, qui peuvent profiter d’une vue imprenable sur le lac et se promener dans la campagne vaudoise.

Le lac

Retour tout en bas, niveau lac. Le port est à l’écart de tout. Au bout d’un cul-de-sac, niché entre le Léman et les rails. Dans ce petit havre de paix, la vie s’écoule à un autre rythme. Peu de gens le savent, mais le Camping de la Pichette est sur le territoire de Chardonne. «Je dors sur Corseaux, je mange à Chardonne et je suis payé par Vevey», s’exclame Gérard Egg, le gérant. Cette pluralité, on la retrouve partout sur la presqu’île.

Les résidents viennent des quatre coins du monde. Simon Messicomer a grandi à Chardonne et depuis deux ans, il passe tout l’été au camping. «Il y a bien des gens du village qui ont des bateaux, mais il n’y a pas vraiment de liens avec les gens du haut. C’est un monde à part. Ici, j’ai trouvé une belle solidarité et la chance de vivre à côté du lac.»

Peut-être qu’il est là, l’esprit de Chardonne. Au soleil, les pieds dans l’eau, un bon verre de vin à la main et le regard perdu dans le ciel. (24 heures)

Créé: 27.08.2017, 11h08



Simon Messicomer, au retour d’une balade en paddle board, prend la pose devant un arbre du Camping de la Pichette, où il a posé son sac pour l’été.



Helena et Thierry Sax tiennent Au Bon Vin depuis 27 ans.



Cosette Mottier a repris l’épicerie ouverte par son père en 1951.

Articles en relation

Philippe Leuba cultive ses madeleines de Proust à Lavaux

Un homme et sa région Le conseiller d’Etat a passé toute sa vie entre Riex, Puidoux, Chexbres et Chardonne. Depuis sa maison qui plonge sur le vignoble en terrasses, il voit ses souvenirs d’enfance. Plus...

Réflexion sur une union à quatre dans le cercle de Corsier

Fusion Un comité s’est constitué pour lancer l’idée et demander une étude. Une motion sera déposée aux Conseils communaux de juin à Chardonne, Jongny, Corsier et Corseaux. Plus...

Au propre et au figuré, elle bâtit son village

Portrait Elise Neyroud, future municipale de Chardonne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...