Des maternités en sursis avant le terme

Vevey-AigleLa situation financière de l’Hôpital Riviera-Chablais contraint la direction à fermer des services bien avant l’ouverture du site unique à Rennaz.

Une des deux maternités aiglonne et veveysanne (sise au Samaritain) va fermer prématurément.

Une des deux maternités aiglonne et veveysanne (sise au Samaritain) va fermer prématurément. Image: Chantal Dervey/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La décision a été prise récemment: la direction de l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC) va regrouper très prochainement sur un seul site les services de gynécologie-obstétrique et de pédiatrie du Samaritain de Vevey et de l’antenne d’Aigle. Il était prévu de longue date que cette concentration ne s’opère que dans le futur hôpital intercantonal, en construction à Rennaz. L’ouverture de l’immense complexe médical, prévu pour un bassin de population de 180 000 habitants, se fera au printemps 2019.

«Nous pensions tenir dans le dispositif actuel jusqu’à l’ouverture de Rennaz, explique Pascal Rubin, directeur général de l’HRC. Mais au vu de la situation financière qui se péjore, nous devons prendre des mesures urgentes. Le regroupement des activités sur un seul site est inéluctable.»

Jérôme Christen, municipal veveysan et député, n’est pas étonné (lire encadré). «Ce n’est pas nouveau, le bruit d’une concentration courrait déjà depuis une année. Mais avec les élections cantonales de l’an passé, la décision a été mise en suspens», estime l’élu.

Parallèlement, l’anticipation du regroupement temporaire des services veveysan et aiglon avant déménagement définitif à Rennaz a fait florès sur Facebook. Avec l’affirmation que la concentration serait effective le 1er mars 2018 sur le site d’Aigle, condamnant avant terme celui de Vevey. Une avalanche de messages a suivi sur le fil. L’incompréhension l’y dispute à l’inquiétude, voire à la colère. Pour la direction, rien ne serait décidé: «Les modalités concernant la date et le site sont actuellement à l’étude. En première analyse, il nous est apparu que le site d’Aigle pouvait être privilégié, mais aucune décision n’a encore été prise.» Elle sera actée d’ici un mois, selon nos informations.

Une des raisons de ce regroupement accéléré réside dans l’activité des deux services de pédiatrie existants. Tournant à faible régime (40%), ils ne sont pas rentables. Le taux d’occupation des maternités est quant à lui de 60%, avec une tendance à la baisse: -4% en 2016, comme en 2017. Financièrement, l’HRC a perdu plus de 5 millions en 2016 et l’exercice 2017 sera du même acabit. D’où des concentrations afin d’éviter de voir le bilan se péjorer. Aucun licenciement n’est envisagé, affirme la direction.

L’Etat veille au grain

Cette décision d’anticiper le regroupement – soutenu par les cadres soignants des services concernés – appartient au seul conseil d’établissement. «Nous savons que l’hôpital mène des réflexions relatives à la transition progressive des services, en vue de la concentration sur le site de Rennaz, déclare Anouk Farine-Hitz, porte-parole du Département cantonal de la santé et de l’action sociale. Nous n’avons pas reçu de calendrier ou d’information officielle concernant ces transferts. Il a été convenu entre le chef de département et la direction de l’hôpital que nous serons informés du détail avant toute décision définitive.»

«Le regroupement des services de gynécologie-obstétrique et de pédiatrie sur un seul site est inéluctable» Pascal Rubin, Directeur général de l’Hôpital Riviera-Chablais

Vevey Samaritain ou Aigle, la destination transitoire et temporaire n’inquiète pas outre mesure Laurence Juillerat, présidente du Groupement des sages-femmes indépendantes vaudoises: «Il faut d’abord rester calme. Nous pensons, au regard de la bonne collaboration que nous avons avec l’hôpital, que les choses seront bien faites. Il y aura sans doute une surcharge de travail lors des regroupements, mais je pense que ce sera gérable. En revanche, il est capital que la direction informe rapidement et complètement la population et les professionnels concernés.»

Pas de dialyse à Monthey

En marge de l’annonce du regroupement de services sur un seul site, on a appris incidemment que d’autres mutations étaient envisagées. Elles concernent principalement le service de dialyse, qui aurait dû être maintenu à Monthey pour le Chablais et au Samaritain pour la Riviera. Ce n’est plus à l’ordre du jour. Tout sera regroupé à Rennaz. Le service veveysan, qui se trouvait à la Providence, seconde antenne médicale veveysanne – appelée à fermer en 2021 – n’est du reste déjà plus en service. Le responsable est parti et a créé un centre de dialyse privé au centre-ville. (24 heures)

Créé: 07.10.2017, 09h27

Un Samaritain «incertain»

Municipal veveysan et député, Jérôme Christen s’interroge quant à l’avenir de l’Hôpital
du Samaritain, qu’il juge «incertain». Il a développé une interpellation le 29 août au Grand Conseil.

Pour rappel, la création de l’HRC à Rennaz s’accompagne à terme de la fermeture de sites actuels (Montreux, Aigle, Vevey Providence). D’autres hôpitaux seront transformés, comme Monthey et le Samaritain. Si des services disparaîtront, ces deux derniers doivent conserver une vocation de «policlinique», selon l’élu; de «permanence médicale», selon l’HRC.

Peu importe la dénomination, l’Etat s’y était engagé en 2008, rappelle Jérôme Christen – qui espère que le Conseil d’Etat «respectera ou fera respecter ses engagements.» Il s’interroge aussi sur «le contenu précis» donné au Samaritain. On sait depuis peu que la dialyse n’en fera plus partie. Mais Vevey et Monthey conserveront normalement, outre une permanence médicale, des consultations spécialisées, une unité de réadaptation, et une autre de gériatrie.

Articles en relation

La «carcasse» de l’hôpital unique est achevée

Riviera-Chablais A Rennaz, le gros œuvre de l’établissement valdo-valaisan a duré deux ans, place à la seconde peau. Visite des lieux qui ouvriront mi-2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...