Goicea lance son cri du cœur: «Merci Vevey!»

ReportageUne délégation veveysanne s’est rendue en Roumanie la semaine dernière, marquant vingt-cinq ans d’entraide.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la salle comble de la Maison de la Culture à Goicea, une voix cristalline s’élève. Debout sur la scène, une petite fille entonne a cappella… l’hymne national suisse. Présente ce soir-là, la délégation de l’Association Vevey-Goicea, accompagnée pour l’occasion de Laurent Ballif, syndic socialiste de la cité vaudoise, est surprise; puis émue. Durant le spectacle préparé et joué par une partie de la population, particulièrement les écoliers qui chantent des comptines francophones, la joie des Suisses est manifeste. A l’heure du discours, Viorel Marcu, le primar (syndic) de Goicea, met en avant «la solidarité et l’aide sans faille de nos frères veveysans durant le dernier quart de siècle».

Village situé dans le sud-ouest de la Roumanie, près de la frontière avec la Bulgarie, Goicea bénéficie, depuis 1990, du soutien indéfectible et régulier de la Ville de Vevey et de l’association. Cette dernière fait partie de l’Opération Villages Roumains ( lire ci-contre). Les deux organismes ont versé à ce jour plus de 100'000 francs à Goicea, qui compte 2670 âmes. Une multitude de projets, modestes pour la Suisse, considérables pour le village roumain, ont été réalisés.

«J’avais été sensibilisé à l’action dictée par Ceausescu, qui consistait à raser des villages ruraux»

Vevey-Goicea a été créée par Pierre-André Roduit, alors conseiller communal de Vevey – candidat PLR à la prochaine Municipalité. «J’avais été sensibilisé à l’action dictée par Ceausescu, qui consistait à raser des villages ruraux. Le choix de Goicea a été retenu à la demande pressante du docteur Mitroï. Aujourd’hui décédé, ce résident de Vevey était originaire du village roumain.» Le Conseil communal vote alors en 1989 un crédit pour aider à constituer une association de parrainage. «J’étais dans les rangs du public. J’ai tout de suite voulu en être. Je n’ai, depuis, plus quitté l’aventure», raconte Eric Oguey. L’élu socialiste préside actuellement Vevey-Goicea.

Les choses se mettent rapidement en place. Pierre-André Roduit organise en janvier 1990 le premier déplacement. Eric Oguey en fait partie: «Nous étions cinq. Nous avons porté une tonne de matériel, notamment scolaire, récolté auprès des élèves veveysans. Mais encore des médicaments. Les besoins étaient énormes. Quand nous sommes entrés en Roumanie, nous avions l’impression d’avoir emprunté une machine à remonter le temps.»

Ecoles, culture, dispensaire

Au fil des ans, les projets se matérialisent. «L’école, la culture et le dispensaire ont été prioritaires», précise Pierre-André Roduit. Ainsi, les Veveysans auront notamment participé à l’achalandage de la bibliothèque communale, aux aménagements et aux travaux dans les écoles et dans la salle de spectacle, à la réfection du toit du dispensaire ou encore à l’installation d’un chauffage à bois.

Fierté de Goicea, une salle d’informatique avec des ordinateurs, six au départ, a pu être constituée grâce à la générosité des «frères» veveysans. Un tilleul venu de Vevey a été planté dans le parc de la mairie. Des échanges entre adolescents des deux localités ont été organisés. Partout des panneaux dans le village indiquent «Merci Vevey». «A chacune de nos demandes, l’Association Vevey-Goicea a trouvé des solutions», remarque le primar, qui s’est rendu à plusieurs reprises sur les bords du Léman. De même que l’enseignante de français Mihaela Stancioi, qui a résidé chez le syndic Ballif.

«C’est incroyable à quel point le village a changé!»

D’autres réalisations ont pu se faire grâce à divers fonds ou prêts, dont ceux de la Banque mondiale, qui ont contribué, en partie, à construire un jardin d’enfants flambant neuf. Durant sa visite, le syndic de Vevey est étonné: «C’est incroyable à quel point le village a changé! Les routes sont meilleures, les barrières ont été refaites, les jardins sont aménagés, etc. Rien à voir avec mon premier séjour en 2007.» Cette année-là, la Roumanie entre dans l’Union européenne. «Nous nous sommes alors dit: notre mission est achevée», note Pierre-André Roduit. «Que nenni! répond Laurent Ballif. Il faut continuer à les aider.» L’association et la Ville ont donc poursuivi leur œuvre. La semaine dernière, discutant avec la bibliothécaire en place depuis vingt-cinq ans, Eric Oguey s’inquiète des besoins et lui promet d’«y remédier rapidement».

Don d'un camion de pompiers

Le soir de la visite, à l’heure du repas concocté depuis le matin par des dames du village, le don d’un camion de défense incendie d’occasion avec tout son équipement – offert par la Confédération à l’initiative de Pierre-André Roduit – est accepté. Les onze membres du Conseil municipal se sont prononcés à l’unanimité. En donnant l’assurance formelle que Goicea construira, en collaboration avec les localités voisines, un local pour le conserver à l’abri. Une formation sera donnée aux pompiers volontaires de Goicea. Le camion et son équipement seront livrés le 21 mai prochain. (24 heures)

Créé: 25.09.2015, 19h13

Sur la Riviera, l’Opération Villages Roumains continue

L’Opération Villages Roumains est née en 1988 en signe derésistance à la politique ditede «systématisation» des villages. Elle a été envisagée dès 1965 par le pouvoir communiste en place – symbolisée par Nicolae Ceausescu. Le projet du «Génie des Carpates», mort en 1989, visait à détruire l’habitat rural, environ un tiers des villages roumains, dans le but de collectiviser et de cultiver de manière intensive les terres agricoles ainsi réquisitionnées.

De bonnes âmes se sont donc levées en Europe pour contrecarrer ce «projet» en venant en aide à plusieurs villages. La Suisse s’est montrée généreuse, même si beaucoup de communes se sont, depuis, essoufflées. Dans le canton, une dizaine d’associations et de personnes – sur la Riviera, outre Vevey, Saint-Légier parraine aussi Morareni – poursuivent l’action. Sans faillir.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...