«J’ai enfin créé l’école de spectacles de mes rêves»

VeveyL’humoriste Benjamin Cuche a inauguré La Fabrik à côté de la gare. A 50 ans, il s’agit d’un virage dans sa carrière.

L'humoriste Benjamin Cuche s'éclate à Vevey dans son nouveau lieu de cours de spectacle, la Fabrik, située à côté de la gare.

L'humoriste Benjamin Cuche s'éclate à Vevey dans son nouveau lieu de cours de spectacle, la Fabrik, située à côté de la gare. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Benjamin Cuche reçoit en rollers dans sa Fabrik Cucheturelle. Virevoltant, comme à son habitude. Visiblement comme un poisson dans l’eau dans la halle de la rue des Communaux à Vevey, à deux pas de la gare, dans une cour à l’arrière de l’Hôtel Astra.

Le toit d’usine très typé et ses trois pans vitrés inclinés confèrent une identité immédiate au lieu. Benjamin Cuche en a même fait le logo de son nouveau bébé: «J’ai enfin pu créer l’école de spectacle de mes rêves», s’enthousiasme l’humoriste neuchâtelois, qui vit à Vevey depuis l’an 2000. Une première opportunité à Lausanne était tombée à l’eau par le passé.

Laboratoire artistique

Dans cet ancien garage à voitures, qui fut aussi une imprimerie et une fabrique de luminaires LED ces vingt dernières années, l’humoriste concocte un véritable laboratoire artistique pour enfants, jeunes et adultes. L’école propose depuis un mois des cours hebdomadaires d’improvisation et de cinéma (donnés en partie par Benjamin Cuche himself), d’impro en famille, de comédie musicale, de chant, de théâtre, de magie, de contes et des stages de cirque.

Lieu d’émulation

Pour assurer une offre à la hauteur, le maître des lieux s’est entouré de professionnels de son réseau et de gens qu’il estime. «Je défends un esprit et je m’entoure de gens qui collent à la philosophie maison, un lieu d’émulation permanente, où l’on vient pour faire un truc et on finit par en faire un autre.»

L’enfant du Val-de-Ruz (NE) n’en revient toujours pas: «Fin février, je vois une annonce pour des locaux de 300 m2 près de la gare. Je me suis dit: où est l’embrouille? Le 1er mars, on avait signé. Je suis du 27 février, donc j’ai même pu y fêter dignement mes 50 ans», s’amuse-t-il.

Le chantier autour de la petite scène aménagée dans la salle principale. Un piano, des percussions, des ballons de cirque, des miroirs hauts hérités d’une école de danse, des décos improbables mais dans la tonalité du lieu.

Au mur, les portraits au spray de Cuche et Barbezat sur des draps sont signés Franck Bouroullec, un autre artiste et Veveysan d’adoption. A l’arrière, une salle de cours sert d’antichambre à un local de répétition tout en longueur. «En ce moment, je récupère plein de trucs. Je me laisse trois ou quatre ans pour façonner le lieu en mode définitif. Je suis locataire, mais j’ai l’autorisation d’entreprendre toute une série de travaux à ma charge.»

«Envie de transmettre»

Sans attendre jusque-là, LaFabrik est en ébullition. «J’ai organisé quelques soirées d’entreprise, avec des exercices d’impro où les gens se mettent en danger. Le programme de cours est en place. Et j’ai dans l’idée de créer une troupe de théâtre de LaFabrik et une autre avec l’équipe d’impro et de monter une Revue pour fin 2017.»

L’artiste hyperactif, en tournée notamment aux côtés de son acolyte Jean-Luc Barbezat avec un spectacle hommage à François Silvant, peut heureusement compter sur Chloé Stalder, administratrice de l’espace culturel, pour canaliser sa fougue: «Elle est mon bras droit, sans qui je serais manchot. J’aime bien déclencher des avalanches, mais après pour les contenir…»

Paradoxalement, si l’humoriste entend tout donner pour sa nouvelle aventure, il y voit une façon de lever le pied après trente-cinq ans de carrière intense: «J’ai toujours des projets avec Barbezat, mais lui aussi a ses projets à côté. LaFabrik, c’est une occasion de moins courir, de transmettre quelque chose. Je cherchais simplement un local pour des cours, et je me retrouve avec un lieu de rencontre autour du spectacle, le genre d’expérience artistique dont t’as envie de faire partie. Un peu à l’image du Marais à Paris, mon fantasme absolu. Je suis parti pour cinquante nouvelles années de bonheur.»

LaFabrik Cucheturelle, rue des Communaux 35, Vevey, www.lafabrikcucheturelle.ch (24 heures)

Créé: 11.07.2017, 07h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Pro Infirmis aide à reconnaître les artistes handicapés. Paru le 24 avril 2018
(Image: Bénédicte) Plus...