L’an passé, Chillon a dépassé le cap des 400 000 visiteurs

VeytauxGrâce à son offre et à l’embellie touristique, le monument a réalisé un record historique. Mais il paiera plus pour la taxe sur les divertissements.

Le Château a vu affluer un nombre de visiteurs asiatiques en nette hausse en 2017.

Le Château a vu affluer un nombre de visiteurs asiatiques en nette hausse en 2017. Image: Archives/24heures

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous avons cartonné tous les mois de l’année», se réjouit Marta dos Santos, directrice. Le château de Chillon a accueilli 405 000 touristes en 2017 (+10,3%), record absolu. Le précédent datait de 2014 (375 600). Son abondante offre culturelle n’est pas étrangère à ce résultat. L’exposition temporaire «Médiévale Factory», le spectacle centenaire Histoire du soldat ou encore l’immersion des bouteilles du Clos de Chillon dans le Léman ont attiré davantage de visiteurs. Et le château a obtenu la distinction du 1er Prix suisse de l’œnotourisme. «Nous avons aussi bénéficié de l’embellie économique et touristique générale», relève Marta dos Santos.

La baisse du franc fort et la reprise du marché asiatique ont été favorables au château. Les principaux intéressés restent les Suisses (le quart des visiteurs), devant les Chinois (+15%), les Américains (+12%), les Français et les Coréens du Sud (+46%). À Chillon, on déplore toutefois la décision communale d’augmenter de 72 centimes à 1 franc par billet d’entrée l’impôt sur les divertissements. «Nous ne saisissons pas cette hausse, qui ne repose sur rien d’objectif et sur aucune prestation particulière, explique Claude Ruey, président de la Fondation de Chillon. Cette décision alourdit nos charges fiscales de 345 500 francs, soit plus que la subvention cantonale de 250 000 francs.» «Je concède que cette hausse est importante, mais nous avons estimé nécessaire de revoir cette taxe, explique Christine Chevalley, syndique de Veytaux. Car elle est fixe depuis des années.»

Marta dos Santos n’envisage cependant pas une majoration du prix d’entrée, au vu des désagréments qu’engendreront les travaux projetés sur le site durant cette année. «Nous générons par ailleurs déjà plus de 90% de nos recettes via nos propres activités», ajoute-t-elle (dont 65% grâce aux entrées en 2017). «Mais nous ne recevons que 5% de subventions pour les travaux de restauration et d’entretien du château.» Le projet d’embellissement de la zone extérieure vient néanmoins d’être lancé. (24 heures)

Créé: 17.01.2018, 11h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...