L'assemblée de la dernière chance pour Aigle-Cité

CommerceUne réunion tentera d’apaiser le climat au sein du groupement de commerçants. Mais les fronts sont-ils prêts à faire la paix?

Les commerçants du centre aspirent à développer leur attrait. Les attentes autour de leur faîtière sont grandes.

Les commerçants du centre aspirent à développer leur attrait. Les attentes autour de leur faîtière sont grandes. Image: CHANTAL DERVEY/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus précaire que jamais, le sort de la faîtière des commerçants aiglons se réglera au cours d’une assemblée générale extraordinaire la semaine prochaine. Hors statuts depuis des semaines après des démissions en série, le groupement n’a plus à sa tête qu’un comité de trois rescapés, contre les sept exigés par le règlement et les neuf qu’il comptait encore l’an dernier à pareille époque.

Au-delà de cette irrégularité, des membres regrettent et dénoncent la vision minimaliste du président récurrent, le pharmacien Marcel Jacques Bacca, qui a officieusement repris les rênes en octobre dernier. Ce dernier annonçait dans nos colonnes vouloir s’en tenir aux activités d’animation classiques, quand la base aspire à voir ses généreuses cotisations (600 francs annuels) investies dans des projets plus ambitieux.

«Prélude à une dictature»

Deux camps s’affronteront donc au cours de cette réunion agendée à la suite d’une récolte de signatures, menée par un membre désormais isolé au sein de ce qu’il reste du comité. Didier Dvorak a réuni le cinquième des membres nécessaire pour exiger la tenue d’une session extraordinaire.

L’ordre du jour en dit long sur les intentions du président ad interim: l’unique point de débat consiste en une modification des statuts afin de concentrer le pouvoir entre les mains d’un comité de trois membres au moins. Et, comme il se doit lors de discorde, «en cas d’égalité des voix, celle du président décide».

La proposition aura-t-elle l’heur de convenir aux membres? Un petit coup de sonde laisse présager du contraire. «C’est tout bonnement le prélude à une dictature», se fâche un affilié. Quelles solutions pour sortir de la crise? «Soit on arrive à mettre en selle un nouveau comité motivé, soit il faudra dissoudre cette association et repartir de zéro, car je prédis qu’avec le maintien d’un comité à trois il y aura beaucoup de défections. Pour ma part, je ne souhaite pas rempiler dans ces conditions et, cas échéant, j’offrirai de sortir», assène Didier Dvorak. (24 heures)

Créé: 30.05.2018, 18h16

Articles en relation

Décapité, le commerce aiglon a le blues tenace

Économie L’association Aigle-Cité est en plein passage à vide. La base met en cause l’équipe dirigeante et l’un de ses piliers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.