L’ex de Gaëlle P. puni pour injure

VeveyL’ex-ami de la femme retrouvée morte dans le Léman avait insulté sur Facebook les hommes jugés pour avoir abusé d’elle.

C'est l'un des quatre abuseurs de Gaëlle P., ici lors de leur procès en mars 2019 à Longemalle, qui a porté plainte contre l'ex de la jeune femme pour injures.

C'est l'un des quatre abuseurs de Gaëlle P., ici lors de leur procès en mars 2019 à Longemalle, qui a porté plainte contre l'ex de la jeune femme pour injures. Image: Gilles-Emmanuel Fiaux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En mars 2019, quelques jours avant leur procès pour actes d’ordre sexuel commis en commun sur Gaëlle P., quatre requérants d’asile ont vu leurs noms livrés en pâture sur Facebook, assortis d’insultes racistes et autres incitations à la haine, image d’arme à feu à l’appui.

L’auteur du post n’est autre que l’ex-compagnon de Gaëlle, jeune transsexuelle retrouvée morte dans le lac en mars 2018 après avoir subi les abus des quatre Maghrébins finalement condamnés. Devant le Tribunal de police de l’Est vaudois jeudi, l’ex a contesté une sanction récemment prononcée à son encontre par le Ministère public pour diffamation, injure et discrimination raciale. Du fond de sa prison, l’un des quatre abuseurs de Gaëlle avait porté plainte.

Car un justiciable a droit à la protection de son honneur et de sa personnalité. Qu’il soit soupçonné ou même condamné pour un crime grave n’y change rien. Une notion manifestement difficile à saisir pour l’ex-petit ami débarquant dans le prétoire très remonté, s’asseyant d’abord sur une table, rouspétant sur la présence de public et houspillant la juge en agitant ses béquilles, casquette à écusson helvétique vissée au crâne. Stoïque, la magistrate a déployé des trésors de patience pour mener son audience. Extrait:

– C’est culotté d’avoir déposé une plainte contre moi, Gaëlle est morte, là! Faut qu’il arrête, sinon il est mort.
– Pardon?
– Non, vous n’avez pas entendu…
– Attention à ne pas proférer de menaces tout de même.
– Je vais vous dire un truc, si la justice vaudoise avait fait son travail, elle ne serait pas morte. Avec Gaëlle, on était allé voir Madame Leimgruber (ndlr: la syndique de Vevey) pour lui dire ce qui se passait à l’EVAM, le trafic, les agressions. Ça a été mieux deux semaines et ça a recommencé.
– Ce n’est pas ce dont on doit s’occuper aujourd’hui, vous mélangez tout! Le problème, c’est ce texte sur Facebook. On peut comprendre que vous ayez été affecté par la disparition de votre ex-compagne, mais cela ne vous donnait pas le droit de faire justice vous-même, ce n’est pas tolérable. Chacun peut avoir ses idées, mais vous ne pouvez pas insulter ou inciter à la haine sur un réseau social. Le Code pénal est clair là-dessus.

Une vingtaine de minutes de ce dialogue ont convaincu le prévenu qu’il perdrait son bras de fer avec une loi posant la présomption d’innocence (lors de la publication du post, les requérants visés n’étaient que prévenus) et pouvant admettre la diffamation même lorsque les faits allégués sont véridiques. Soucieux de ses finances précaires, il a compris son intérêt à assumer la sentence initialement infligée par le Ministère public, plutôt qu’à laisser l’instruction se poursuivre et la douloureuse enfler. Il paiera 180 francs d’amende et plus du double de frais de procédure.

Créé: 16.01.2020, 19h48

Articles en relation

Après les outrages physiques, Gaëlle P. voit sa mémoire salie

Justice Quatre hommes auraient abusé de la femme retrouvée morte dans le lac à Vevey. Leur procès est une plongée dans le mépris. Plus...

Pas de révision pour les abuseurs de Gaëlle P.

Justice Les juges cantonaux déboutent deux agresseurs de la défunte retrouvée dans le lac à Vevey en 2018. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...