La population de Chessel va beaucoup augmenter

UrbanismeTrois projets immobiliers successifs feront passer la petite commune de 360 habitants à plus de 500.

Le paisible village de Chessel possède une belle église du XIIIe siècle.

Le paisible village de Chessel possède une belle église du XIIIe siècle. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chessel: sa belle église du XIIIe siècle, sa quiétude, ses Turcs (gentilé des villageois), son championnat de Suisse de pocket bike (minimotos), ses cultures maraîchères à perte de vue et bientôt… ses immeubles de logement. Trois en tout vont changer quelque peu la physionomie du paisible village chablaisien bordé par le Rhône.

«Avec la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire, certains propriétaires ont eu peur de perdre leurs droits à bâtir. Ils ont donc décidé de vendre leur terrain. D’où l’arrivée de ces projets locatifs successifs», résume le syndic, Jacques Borgeaud. A noter que ces projets ont été redimensionnés pour se «fondre» dans l’image actuelle du village, notamment son centre. «Des négociations avec les opposants et les porteurs de projet ont été menées pour limiter leur ampleur», indique Marc-Olivier Narbel, municipal en charge de l’Aménagement du territoire.

Un bâtiment est déjà sorti de terre. Il compte 16 appartements. Deux autres permis de construire ont été accordés cette année par la Municipalité pour autant de projets d’habitation. L’un a été conçu par DMArch Group à Lausanne. Il s’agit ici de deux bâtiments qui sortiront prochainement de terre à l’entrée du village. Avec un garage souterrain et 16 places de parc. Trente-six logements seront construits, essentiellement des deux pièces et demie. L’autre projet est l’œuvre de Link Architectes à La Tour-de-Peilz. A proximité de l’église, du parc et de l’école contiguë, il comprendra 49 appartements et un garage enterré pour 44 véhicules. Les Monuments et sites du Canton ont posé des conditions quant à cette construction proche de l’église.

Avec une petite centaine de nouveaux logements, la population de Chessel, commune la moins peuplée du district d’Aigle, va considérablement augmenter. Elle passerait des 360 Turcs actuels à grosso modo plus de 500, dans une commune qui ne compte guère d’activité commerciale. Un tea-room devrait ouvrir avec le projet immobilier du centre. «Et d’autres commerces auront peut-être l’envie de s’y installer», note Marc-Olivier Narbel.

Perte d’identité?

Le syndic dit se faire «un peu de souci quant au maintien de l’identité» de sa commune, même «si certains nouveaux habitants démontrent leur envie de s’intégrer à la vie du village».

Résident depuis dix ans, Daniel Gaudard rappelle que «deux tiers des habitants, soucieux de l’identité villageoise, se sont opposés aux projets, qui ont dû être redimensionnés». Pour ce représentant de commerce, «il va désormais falloir gérer un nouveau trafic et adapter les infrastructures, notamment l’école». «C’est une évolution logique pour un village comme le nôtre. Certes, ça va peut-être modifier un peu les habitudes des anciens», estime Marc-Olivier Narbel.

Brigitte Rieser s’est installée il y a dix-sept ans. Elle ne voit pas d’un mauvais œil l’arrivée de nombreux nouveaux habitants: «On sait qu’en Suisse, il manque de logements. Ici comme ailleurs. C’est une réalité. Il faut bien loger les gens tout de même.» Au risque de transformer Chessel en cité-dortoir? «Notre village l’est déjà en partie», considère Marc-Olivier Narbel.

A contrario, cette arrivée «massive» équivaudra à de nouveaux contribuables et donc à une nouvelle manne pour la Commune, dont la situation financière est plutôt bonne. Les comptes 2014 ont été bouclés avec un bénéfice de 130'000 francs (le budget était de 1,6 million). Les impôts pourraient peut-être même baisser, le taux de 76% étant l’un des plus élevés du district. Par ailleurs, la très dynamique Jeunesse de Chessel pourrait recevoir du sang neuf.

Pour l’heure, et afin d’empêcher une «urbanisation» galopante, les autorités vont revoir le plan des zones de la commune, qui s’étend sur 355 hectares. «Notre Plan général d’affectation est obsolète. Il date de 1973», informe Marc-Olivier Narbel. «Nous avons d’ores et déjà mandaté des bureaux d’urbanistes pour nous aider à le modifier», conclut Jacques Borgeaud. (24 heures)

Créé: 12.10.2015, 07h46

La H144 a ramené la quiétude au village

Exit les centaines de véhicules qui coupaient la route cantonale par Chessel, roulant à tombeau ouvert dans les zones 30 du village, les heures de pointe et les jours de départ en week-end. La construction de la H144, qui relie Les Evouettes (VS) à Rennaz, sur 4,2 km, a changé la donne; éliminant par ailleurs les interminables bouchons des deux côtés de la Porte du Scex, pont qui enjambe le Rhône et relie Vaud au Valais. Il aura fallu néanmoins attendre plus d’un demi-siècle entre l’arrêté du Conseil fédéral du 17 mars 1961 et l’ouverture à la circulation en novembre 2012.

Avant l’ouverture de la Transchablaisienne, le trafic via la Porte du Scex et le village de Chessel s’est accru progressivement, «jusqu’à pas moins de 11'000 véhicules par jour», rappelle le syndic de Chessel, Jacques Borgeaud. L’édile se réjouit qu’aujourd’hui, selon les derniers chiffres, «ce ne sont plus que 2000 à 3000 véhicules par jour» qui circulent sur la route cantonale à hauteur de Chessel, sans pénétrer dans le village.

Articles en relation

Le pocket bike va fêter ses 18 ans

Chessel Près de 4000 spectateurs sont attendus ce week-end dans le village pour la 18e course de petites motos. Afin de marquer le coup, les bolides tourneront dans l’autre sens du circuit. Plus...

Flashé à 146 km/h sur une route cantonale à Chessel

Vitesse Un Français de 42 ans a été contrôlé à 146 km/h sur la route Les Evouettes - Rennaz jeudi. Il ne pourra plus conduire en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...