Le Chablais renforce son rôle de pôle est du Léman

DéveloppementUne table ronde, mardi à Vouvry, portait sur les façons d’accroître les collaborations entre Chablais suisses et français.

La ligne du RER Sud Léman (ex-Tonkin, ici à la frontière de Saint-Gingolph) est l'enjeu principal dans l'optique du désenclavement du Chablais.

La ligne du RER Sud Léman (ex-Tonkin, ici à la frontière de Saint-Gingolph) est l'enjeu principal dans l'optique du désenclavement du Chablais. Image: Chantal Dervey/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On ne peut pas rivaliser avec le Grand Genève, ce n’est pas possible. Mais la marque Chablais existe. Les trois régions qui la forment ont ensemble des atouts indéniables, des projets d’envergure et un dynamisme à valoriser, à faire progresser.» C’est en ces termes que Pascal Broulis ouvrait mardi à Vouvry la table ronde organisée par Chablais Région autour du thème «Rééquilibrage de l’espace lémanique». Soit l’évolution commune des Chablais vaudois, valaisan et français (région Évian-Thonon), au sud-est du lac, en miroir de celle du Grand Genève au nord-ouest.

«L’interaction des trois Chablais est croissante, elle doit se poursuivre», précise Georges Mariétan, secrétaire général de Chablais Région. «Je suis subjugué par l’élan, les idées, le savoir-faire, la réussite des entreprises chablaisiennes. Ça ne suffit pas. La région doit mieux se faire connaître et s’affirmer», appuie Christophe Darbellay, conseiller d’État valaisan. D’autant plus que les trois Chablais sont confrontés à des enjeux majeurs. Ils dépendent principalement de la croissance exponentielle des habitants enregistrée depuis les années 1970. Elle est largement supérieure aux moyennes cantonales. Aujourd’hui, le Chablais suisse est fort de près de 100'000 habitants, environ 140'000 âmes côté français (voir infographie). «Mais ne nous y trompons pas: cette croissance est une chance. Elle est génératrice d’emplois. On le voit sur Aigle et sa région avec des entreprises de pointe, notamment dans le secteur du secondaire», plaide Pascal Broulis. Ici, le ratio emplois/habitants du Chablais est en retrait par rapport aux moyennes cantonales, mais il connaît une progression notable. Monthey comme Aigle attirent des sociétés à valeur ajoutée.

Une base solide

La volonté d’avancer ensemble, le dynamisme, tous les responsables politiques chablaisiens veulent les cultiver. Ils ont une base solide et peuvent s’appuyer sur des projets d’envergure. Exemples? Le futur hôpital intercantonal à Rennaz qui ouvrira à l’été 2019. «C’est un fabuleux rouage porteur d’un important développement économique», souligne le ministre vaudois. Citons encore le gymnase cantonal planifié à Aigle, l’agglomération intercantonale centrée sur la mobilité avec un développement qualitatif des transports publics. Éphémères, mais ô combien porteuses, les manifestations sportives hypermédiatisées: les JOJ 2020, avec différentes épreuves dans le Chablais suisse, mais aussi les éventuels JO 2026, où Champéry se profile pour le curling, Aigle pour le patinage de vitesse.

Cliquez ici pour agrandir l'infographie

Un accent est mis sur le tourisme, élément phare du développement chablaisien. «Si nous avons ici aussi nos spécificités propres, nous avons surtout une vision d’ensemble, une stratégie, des intérêts communs. Le touriste qui vient dans la région, on doit l’encourager à la fois à visiter Évian comme Lausanne, à s’amuser au Bouveret, à skier à Châtel, etc.», détaille Josette Léi, présidente de la Communauté de communes pays d’Évian-vallée d’Abondance.

Réouverture du RER espérée

«Cette chance de vivre dans ce Chablais en évolution, ce dynamisme commun comme levier, nous impose des responsabilités lourdes en matière d’aménagement cohérent du territoire», prévient Géraldine Pflieger, maire de Saint-Gingolph, nouvellement élue à la tête du Syndicat intercommunal d’aménagement du Chablais français. L’augmentation là aussi exponentielle des travailleurs frontaliers et des nœuds créés par le trafic automobile ajoute de l’eau au moulin de l’édile gingolais: «Un plan transfrontalier pour la mobilité reste à créer.»

Si l’ouverture de la route H144 et la déviation actuellement en construction aux Évouettes sont de nature à mieux canaliser le trafic, l’enjeu primordial pour le désenclavement de l’ensemble du Chablais passe par la réouverture de la ligne ferroviaire RER Sud-Léman. Souhaitée et fortement portée par tous les responsables chablaisiens, la réaffectation des 18 km fermés de longue date à tout transport passagers est pour l’heure incertaine. Le coût global dépasse les 200 millions et doit être cofinancé par les deux pays. Pour l’heure, la Suisse n’entre pas en matière.

D’autres pistes ont été relancées mardi: incitation au covoiturage en France avec création d’aires dédiées, amélioration et accroissement des dessertes lacustres, développement de bus interurbains en Suisse.

Les deux conseillers d’État, au nom de leurs cantons respectifs, l’ont martelé à l’adresse des responsables politiques locaux: «Vous avez tout notre soutien. Continuez d’imaginer des projets, de les multiplier. Proposez-les-nous. Peut-être que quelquefois on dira non, mais très majoritairement ce sera oui.» (24 heures)

Créé: 18.04.2018, 17h48

Articles en relation

Unité franco-suisse pour que le train ne déraille pas

RER Sud-Léman Deux informations semblent obstruer la réouverture de la ligne ferroviaire. Mais, mobilisation et optimisme restent forts des deux côtés de la frontière. Plus...

Mobilisation générale pour l'Aigle-Leysin et le Tonkin

Chablais La Confédération n'allouera pas de fonds à deux projets d'envergure: le prolongement de l'Aigle-Leysin et la liaison Saint-Gingolph - Evian. La fronde s'organise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.