«Le château d’Hauteville sera rénové comme il faut»

Saint-LégierPepperdine fera de son nouveau fief sa plus importante université hors États-Unis. Mieux qu’à Londres ou encore à Shanghaï.

Gary A. Hanson, directeur et chef opérationnel de Pepperdine University, le nouveau propriétaire du château.

Gary A. Hanson, directeur et chef opérationnel de Pepperdine University, le nouveau propriétaire du château.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Saint-Légier, le château d’Hauteville s’était vainement porté candidat pour abriter le nouveau Musée cantonal des beaux-arts. Mais, cette fois, le célèbre édifice des hauts de Vevey n’a pas raté le coche. Acquis en décembre par Pepperdine University – grande école américaine propriétaire de plusieurs campus dans le monde – pour un montant légèrement inférieur à 50 millions de francs, ce monument classé deviendra une université. Et pas n’importe laquelle. Le nouveau propriétaire américain s’engage en outre à investir «plusieurs dizaines de millions de francs» pour restaurer le château dans les règles de l’art. Interview de Gary A. Hanson, directeur et chef opérationnel de Pepperdine University, le nouveau châtelain.


A lire: Vendu, le château d’Hauteville deviendra une université


Un campus de la Pepperdine University à Saint-Légier, pourquoi ce choix?
Parce que nous y avons vu ce château en vente qui nous a émerveillés. Il est situé dans un site magnifique. Nous y avons découvert une communauté villageoise familiale correspondant à nos valeurs et n’étant pas sans rappeler celle de Malibu aux États-Unis, ville de notre siège. Nous avons donc décidé de transférer à Saint-Légier notre université existante à Lausanne pour en faire notre plus important campus hors des États-Unis, devant ceux de Londres, de Shanghaï, de Buenos Aires, de Florence et de Heidelberg, en Allemagne. Il sera en effet le seul à compter entre 75 et 150 étudiants qui pourront y étudier à la fois le droit et l’économie (HEC), soit deux de nos facultés sur quatre, pour obtenir aussi bien un bachelor qu’un master.

Mais, auparavant, il s’agira de rénover l’édifice. Un gros investissement…
Oui. Nous investirons l’argent nécessaire pour restaurer le château comme il faut. Nous collaborons avec le Service des monuments historiques et rencontrons régulièrement Pascal Broulis, le principal conseiller d’État concerné, à ce sujet. Car il nous faut aussi effectuer de petits aménagements pour les salles de classe et le logement des élèves. Tout sera restauré, selon les besoins, du toit à l’intérieur, dont notamment les trois salons et leurs œuvres murales. Nous avons mandaté l’architecte Nicolas Delachaux, auteur des rénovations des châteaux Saint-Maire, à Lausanne, et de Prangins. Les travaux devraient être entamés dès la fin de l’année pour une durée de deux ans. L’ouverture de l’université est prévue en septembre 2022, si tout va bien.

La Pepperdine University, qu’est-ce que c’est?
C’est une institution privée d’intérêt public, sans but lucratif. Nous nous targuons d’un enseignement d’excellence, figurant récemment à la 46e place du classement des meilleures universités aux États-Unis, qui en comptent près de 4000. La première place est revenue à Harvard. D’obédience chrétienne, nous accueillons les étudiants de toutes nationalités, de toutes les religions et laïcs. Nous ne cherchons à convertir personne. Mais nous prônons l’honnêteté, l’intégrité, l’hospitalité ou encore le sens du service aux autres. Nous ouvrons aussi nos portes aux étudiants désargentés, selon un barème financier prenant en compte leur état de fortune. Chez nous, certains ne paient donc pas leurs études. Mais il leur faut être motivés. Nous comptons encore deux autres facultés, les sciences politiques et la psychologie.

Le château sera-t-il ouvert au public?
Oui. Dans la mesure du possible, évidemment. Notre priorité est avant tout la sécurité de nos élèves. Nous organiserons des activités culturelles ouvertes au public. Nous souhaitons vraiment nous intégrer dans la communauté locale. D’ailleurs des contacts ont déjà été pris avec des sociétés et des entreprises du lieu. Car cela fait près de deux ans que nous sommes sur ce projet. Nous avons également relevé que Saint-Légier possédait la meilleure boulangerie du monde. Les habitants du village, de Blonay et de Vevey ne devraient pas regretter notre présence. Nous serons de bons citoyens. (24 heures)

Créé: 23.01.2019, 07h10

Articles en relation

Vendu, le château d’Hauteville deviendra une université

Saint-Légier L’édifice a été vendu à la Pepperdine University. L’école y créera un campus Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.