Le grand turbo hydroélectrique du canton est opérationnel

VeytauxLa nouvelle centrale Hongrin-Léman pouvant alimenter 300'000 ménages a déjà fait ses preuves durant ces jours de froid.

Dès sa mise en service, la nouvelle installation a permis de remplir le barrage de l’Hongrin et de produire de l’électricité au moment où la vague de froid a fait augmenter la demande en électricité.

Dès sa mise en service, la nouvelle installation a permis de remplir le barrage de l’Hongrin et de produire de l’électricité au moment où la vague de froid a fait augmenter la demande en électricité. Image: David Picard/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour pouvoir réaliser ce projet, il a d’abord fallu excaver 140'000 mètres cubes de gravats, soit une fois et demie le volume de la cathédrale de Lausanne. Après une décennie d’études et près de six ans de travaux, la nouvelle centrale hydroélectrique de Veytaux est pleinement opérationnelle depuis le début de l’année. «C’est une grande satisfaction», explique Pierre-Alain Urech, président des Forces Motrices Hongrin-Léman (FMHL).

L’installation, comprenant les quatre groupes de pompage-turbinage existant préalablement, ainsi que les deux nouveaux groupes de production, turbine désormais à sa nouvelle puissance maximale de 420 MW (avec une réserve de 60 MW), soit le double d’auparavant. Elle peut, inversement, pomper l’eau du Léman vers le lac de l’Hongrin, 880 m plus haut, avec la même capacité doublée.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Le barrage rempli

La mise en service du premier groupe de pompage-turbinage a commencé avant les fêtes de Noël et celle du second ces derniers jours. La nouvelle installation, issue du «chantier hydroélectrique vaudois du siècle», a déjà permis de pomper plus de 20 millions de m3 d’eau dans le barrage de l’Hongrin durant les fêtes de fin d’année, quand la consommation d’énergie en Europe était au plus bas, alors que le barrage était encore en partie vide le 23 décembre. En même temps, l’installation a produit 30 millions de kWh entre le 30 décembre et le 8 janvier, au moment même où la vague de froid a fait augmenter la demande en électricité.

L’aménagement produira annuellement un milliard de kilowattheures (kWh) de pointe, soit l’équivalent de la consommation de 300'000 ménages et le double de la production d’avant les travaux (520 millions de kWh).

D’un coût de 331 millions de francs, les travaux ont été financés par les partenaires des FMHL, soit Romande Energie (41,14%), Alpiq (39,29%), Groupe E (13,14%) et la Ville de Lausanne (6,43%). «Cette installation, qui devrait s’intégrer parfaitement dans le contexte énergétique européen actuel, est un complément nécessaire aux nouvelles énergies renouvelables, estime Pierre-Alain Urech. Elle constitue un véritable stock d’énergie injectable en tout temps sur le réseau, en permettant de combler immédiatement les baisses de production ou en stockant les surplus d’électricité. Face à la croissance des énergies éolienne et photovoltaïque, dont la production est aléatoire, sa production est indispensable pour assurer la stabilité du réseau électrique suisse et européen, comme elle l’a d’ailleurs prouvé ces derniers jours face à la vague de froid.»

La mise en service de la centrale intervient néanmoins dans un contexte économique difficile pour l’énergie hydraulique. Car le marché de l’électricité est marqué par un bas niveau des prix de gros, alors que les conditions-cadres réglementaires ne permettent pas actuellement de valoriser économiquement ces aménagements. «Mais nous restons optimistes, commente Pierre-Alain Urech. Avec la transition énergétique, l’importance de cette centrale, et de la force hydraulique en général, est appelée à croître ces prochaines années.»

Un chantier ardu

Le chantier s’achève toutefois avec deux ans de retard sur le planning prévu. «Cela est dû à la complexité géologique du site», explique Pierre-Alain Urech. Lors des travaux, il a en effet fallu creuser profondément pour créer la gigantesque caverne souterraine qui abrite désormais les deux groupes supplémentaires de pompage-turbinage. Et cela avec une attention particulière, vu que le chantier se trouvait à proximité des piliers qui supportent l’autoroute, au viaduc de Chillon. Une vingtaine de sismographes avaient d’ailleurs été placés pour observer la réaction du sol.

La nouvelle centrale sera inaugurée le 11 mai et présentée au public lors d’une journée portes ouvertes, le 13 mai 2017.

Créé: 17.01.2017, 21h19

En chiffres

480 La puissance en mégawatts de la nouvelle usine, soit un quart de celle des quatre centrales de la Grande-Dixence.

15 Les jours nécessaires pour remplir le lac de l’Hongrin,
en pompant l’eau du Léman, au lieu de 25 auparavant.

52 millions Les mètres cubes d’eau du lac de l’Hongrin contre 400 millions pour la Grande-Dixence

1 milliard La production en kWh de l’usine. Soit le neuvième de l’énergie produite par la centrale nucléaire de Leibstadt.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...