Le musée Pyromin pète le feu

ChablaisSitué dans l’ancien fort de Champillon, le musée dédié aux explosifs et à la pyrotechnie rouvre ses portes pour sa saison 2013.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quelques virages au-dessus d'Aigle, sur la route de Corbeyrier, se niche un musée original. Dédié à la pyrotechnie, aux explosifs et aux feux d’artifice, Pyromin vient tout juste d'ouvrir ses portes pour une deuxième saison. Installé dans l'ancien fort militaire de Champillon, le musée fait voyager les visiteurs à travers le temps. Suivez le guide!

Une fois à l’intérieur, la pénombre enveloppe le visiteur créant une sensation de dépaysement. Après un bref film sur les consignes de sécurité, on se trouve tout de même dans un lieu confiné et souterrain, le visiteur s’engage dans le long couloir humide sous l’œil vigilant de Sainte-Barbe, gardienne des artificiers. Ici et là subsistent quelques traces du passé du fort. «Notre but n’était pas de mettre en avant le caractère militaire de cet endroit. Même les antimilitaristes apprécient la visite!» rigole Martial Baudin, directeur et concepteur du musée. A l’origine, la société du Vaudois, NL Pyrotechnique, avait acquis Champillon pour en faire un lieu de stockage. Puis l’entreprise a décidé d’y créer un musée lié à son domaine, pour profiter davantage de la surface disponible et donner une nouvelle vie au fort.

Armes et feux d'artifice
Pendant un peu plus d’une heure, le guide mène le public à travers ces dédales de couloirs en égrenant les explications, de la découverte de la poudre noire aux moteurs de fusées. «Le but est de présenter les explosifs et de donner une idée globale des applications qu’on peut en faire», détaille Martial Baudin. Des maquettes, des films et du matériel décortiqué illustrent les explications du cicérone.

Après les armes, une pièce fait la part belle aux utilisations plus esthétiques de la poudre noire: les feux d’artifice. De prime abord, les boules de différentes grandeurs qui trônent sur une estrade ne semblent pas particulièrement explosives. A l’intérieur, de petites balles noires tapissent leurs parois. Le détonateur qui provoque l’explosion de la balle est situé au centre. La combustion de ce dernier fait péter les petites balles noires qui génèrent les belles bleues et autres palmiers étincelants.

Pour ceux qui voudraient passer ensuite aux travaux pratiques, le musée Pyromin organise des ateliers feu d’artifice. Les participants conçoivent leur chorégraphie lumineuse, puis soupent en attendant que la nuit tombe et en dessert ils assistent à leur propre show. (24 heures)

Créé: 05.04.2013, 16h54

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...