Le train de Blonay freine pour mieux accélérer

Transports publicsLa compagnie réduira le nombre de ses courses en 2018 lors des travaux visant à parvenir à la cadence au quart d’heure en 2019. Il s’agit de créer deux nouveaux points de croisements.

Après avoir inauguré ses nouvelles rames (ici à Saint-Légier-Gare), la compagnie MOB/MVR va améliorer son réseau ferroviaire, en créant deux nouveaux points de croisement entre Vevey et Blonay.

Après avoir inauguré ses nouvelles rames (ici à Saint-Légier-Gare), la compagnie MOB/MVR va améliorer son réseau ferroviaire, en créant deux nouveaux points de croisement entre Vevey et Blonay. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Bientôt, il suffira de se rendre à la gare sans regarder l’horaire, comme pour prendre le métro», lance Gabriel Rosetti, responsable voyageurs du MOB/MVR. La Compagnie va effectuer pour près de 40 millions de francs de travaux sur la ligne ferroviaire Vevey-Blonay, afin d’augmenter la cadence des trains à quatre par heure en 2019 et la capacité horaire à 1'200 passagers entre les deux destinations. Dans ce but, deux importants chantiers seront menés durant un an aux Bosquets, à l’entrée supérieure de Vevey, et à Saint-Légier-Gare, pour aménager deux nouveaux points de croisements.

Au Bosquet, les travaux n’engendreront que quelques ruptures nocturnes. En revanche, la reconstruction de Saint-Légier-Gare, qui se déroulera durant douze mois dès décembre, affectera notablement le trafic et contraindra la compagnie à réduire la cadence des trains de trois à deux par heure pendant cette période. Car une seule voie restera en service. Ces gros travaux comprennent la pose de deux nouvelles voies sur cent mètres environ et le rallongement des quais d’une trentaine de mètres. Un passage sous-voie doit aussi être créé, notamment pour relier à la gare le nouveau quartier voisin En Granchamp, où 150 logements sont en construction.

En 2018, le trafic ferroviaire ne sera néanmoins pas interrompu, à l’exception d’un week-end estival, durant lequel les trains seront remplacés par des bus. Sauf incident, les deux chantiers des Bosquets et de Saint-Légier-Gare devraient s’achever en décembre 2018, alors que les installations de sécurité devraient être finalisées en juin 2019, juste à temps pour la Fête des Vignerons.

Cet investissement de 40 millions de francs, obtenus de la Confédération, s’ajoute aux 48 millions qui ont servi à l’acquisition de huit nouvelles rames commandées à l’entreprise Stadler et dont certaines sont déjà en service. Il s’agit d’une des premières mises en œuvre en Suisse romande d’un projet financé par le fonds fédéral d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF).

Car le train des Pléiades, qui connaît une progression fulgurante, est saturé. Il a enregistré une augmentation de sa fréquentation de 90% ces quinze dernières années, passant de 335'000 à 750'000 voyageurs entre 2001 et 2016. Et, tout comme l’Office fédéral des transports (OFT), le MOB/MVR s’attend encore à une hausse de 80%, soit plus d’un million de passagers annuels, d’ici à 2030. (24 heures)

Créé: 22.10.2017, 13h00

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...