Les Diablerets mis en cabine par Pascal Bettex

SculptureLa «Diablobine», nouveau mobile de l’artiste cinétique, trône désormais devant l’Office du tourisme de la station.

Vidéo: MARCELINE MICHON

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment case-t-on toute une station dans une télécabine? Si quelqu’un était en mesure de résoudre cette énigme aux airs de blagues de Pierre Desproges, ça ne pouvait être que Pascal Bettex.

Vendredi dernier, l’artiste cinétique de la Riviera a dévoilé son nouveau mobile: la «Diablobine». Installé devant l’Office du tourisme des Diablerets, l’engin résume en un impossible et poétique assemblage d’engrenages et courroies toute la vie de la région et un peu celle de son créateur. Un pignon biscornu montrant le téléphérique de Glacier 3000, un train pour symboliser l’Aigle-Sépey-Diablerets, des remontées mécaniques, une bouteille de Bitter des Diablerets, un panneau de randonnée, une pellicule pour le Festival du film alpin… «Et une vache, comme il se doit!» précise l’autoproclamé «spécialiste des trucs qui ne servent à rien».

Ce dernier a aussi intégré une paire de jumelles, pointant vers le refuge de Pierredar: «Pour observer les chamois. Ce sont celles de mon grand-père, qui est justement l’un des fondateurs de cette cabane.»

Le concept rappelle celui du Chablais-Scope, imposante création de Pascal Bettex installée en 2014 dans une rame des Transports Publics du Chablais et illustrant l’activité de cette région. «La municipale d’Ormont-Dessus Françoise Dutoit avait fait venir le Chablais-Scope aux Diablerets, il y a quelques années. De là, est née l’idée d’installer un mobile similaire qui resterait dans la station et qui servirait en quelque sorte de «vitrine» pour l’offre de la région», explique l’artiste. Les organisateurs du forum Ecovillages, à suivre vendredi aux Diablerets, ont financé cette œuvre.

Si la mécanique est peinte aux couleurs des armoiries d’Ormont-Dessus (bleu, jaune et vert), elle se veut surtout «verte»: «Par souci d’économie d’énergie, j’ai installé deux détecteurs. Le premier allumera un éclairage lorsque quelqu’une personne passe dans la rue, pour l’inciter à s’approcher. Le second mettra en marche le mobile.» (24 heures)

Créé: 23.08.2017, 21h02

Articles en relation

L’art de Pascal Bettex ne tourne plus très rond

Sculpture mobile L’artiste cinétique a décidé de mettre en mouvement des engrenages biscornus. «Inutile», mais magique. Plus...

Pascal Bettex fait tourner le tourisme chablaisien

Sculpture L'artiste cinétique assemble le deuxième module du Chablais-Scope. L’œuvre met en lumière remontées mécaniques et culture. Plus...

La tirelire connectée reçoit des sous de partout

Montreux Commandée par le Lion’s Club pour ses 100 ans, la crousille et oeuvre d’art de Pascal Bettex peut être remplie de partout sur Terre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...