Les bananes ont profité du fort soleil estival pour mûrir

NatureLa plante d’une Blonaysanne a donné des fruits pour la première fois en 20 ans. Ce cas ne devrait pas être isolé dans le canton.

Christamène et André Bonny, à Blonay, avec les fruits que leur a donnés leur bananier.

Christamène et André Bonny, à Blonay, avec les fruits que leur a donnés leur bananier. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Haïtienne d’origine, Christamène Bonny a dû attendre de venir en Suisse, à Blonay, à 740 m d’altitude, pour faire pousser des bananes. Dans sa véranda, son bananier de décoration en pot vient de donner un premier lot d’une dizaine des bananes. Et mangeables, de surcroît!

«Elles sont même succulentes, confirme Anthony Leclerc, maître paysagiste chez Krebs, à Blonay, et enseignant à l’École d’agriculture de Grangeneuve (FR). Leur goût très sucré provient du fort ensoleillement et des températures élevées de cet été qui ont permis à la plante de faire un cycle complet. Ce cas de fructification aboutie est rare, chez des particuliers en tout cas. Je n’avais rien entendu de pareil jusqu’ici. Mais, cette année, il est possible que d’autres personnes connaissent une surprise semblable.» Reste que Christamène Bonny a la main verte à voir les belles plantes qui garnissent sa propriété. «Sur mon bananier, j’ai toujours été attentive à couper les feuilles séchées», souffle-t-elle. «Et moi je mets de la bonne musique pour les faire pousser», sourit André Bonny, son époux. Leur bananier de 20 ans a déjà donné cinq autres plantes. Dont la plus ancienne est aussi garnie d’une vingtaine de bananes, en voie de mûrissement celles-ci. «Nous constatons depuis plusieurs années une évolution semblable pour les plantes d’origine méditerranéenne, figuiers, lauriers-roses, palmiers chanvre ou encore lilas d’Inde, qui s’adaptent de mieux en mieux à nos contrées.»

En Suisse, on voit principalement deux types de bananiers, utilisés uniquement pour la décoration. L’hiver, les variétés gélives doivent être mises sous serres, alors que les bananiers non gélifs peuvent rester à l’extérieur, protégés par des amas de feuilles ou du sapin. (24 heures)

Créé: 03.09.2018, 16h48

Articles en relation

La canicule est passée. Elle aura duré neuf longs jours

Météo La vague de chaleur, qui a connu un pic à 34,8°, n’a pas eu de grosses conséquences sanitaires. Pluie et orages reviennent. Plus...

La sécheresse fait grimper le prix de l'essence

Prix de l'essence La canicule impacte le prix de nos carburants. La raison? Le niveau d’eau très bas du Rhin qui achemine les barils vers la Suisse Plus...

L’armée livre par les airs l’eau que le ciel refuse aux vaches

Agriculture Comme en 2015, l’État ravitaille les alpages frappés par la canicule. Souvent par la route, parfois avec l’aide des forces aériennes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...