Les disciples du dalai-lama convergent au Mont-Pèlerin depuis 40 ans

AnniversaireEn 1977, Rabten Choeling ouvrait avec l’accord du dalaï-lama. Le lieu est à découvrir du 1er au 4 septembre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Vénérable Gonsar Rinpotché avait 28 ans en 1977 quand il contribua à l’ouverture du Centre des hautes études tibétaines du Mont-Pèlerin – Rabten Choeling. Il n’était alors que l’élève du Vénérable Guéshé Rabten, promu directeur du premier centre d’enseignement de la culture tibétaine en Europe par le dalaï-lama lui-même, dont il était un proche. «Rabten Choeling a été fondé pour préserver notre culture de manière vivante et authentique, aider de jeunes Tibétains à garder leur identité spirituelle et répondre à ceux qui, indépendamment de leur origine, sont intéressés par la spiritualité», explique celui qui codirige le centre depuis 1986, soit l’année du décès de son maître.

On peut parler d’un havre de quiétude, avec vue époustouflante sur le lac. Des moines souriants et emplis de béatitude y saluent les visiteurs, sans poser de question. Le lieu est par essence ouvert à tous, du temple, agrandi avec le temps, au réfectoire, des jardins soigneusement entretenus à la bibliothèque de manuscrits anciens. Septante moines, nonnes et laïcs vivent ici à l’année. Certains sont là depuis le début et le pensionnaire le plus âgé affiche 92 ans. Les élèves sont astreints à un enseignement strict, dont l’apprentissage de la langue tibétaine. Le lieu est intimement lié à un exil – celui du dalaï-lama en 1959, qui dut fuir le Tibet vers l’Inde à la suite de l’invasion du pays par la Chine – et à l’engouement occidental pour la culture tibétaine dès les années 1960. «Des Occidentaux venaient à Dharamsala pour une audience avec le dalaï-lama. Mais il était trop occupé, alors il déléguait la tâche à son entourage.»

Parmi ces visiteurs étrangers, une certaine Anne Ansermet, fille du célèbre chef d’orchestre Ernest Ansermet: «Elle a constitué une association des amis du Tibet qui nous a soutenus et qui existe toujours, précise le directeur. On lui doit en partie le fait que mon maître vienne en Suisse pour le premier enseignement en Europe. Il fut donné durant trois semaines à Rolle.»

Quatre visites du Maître

En 1974, Guéshé Rabten s’établit en Suisse à long terme. Gonsar Rinpotché est du voyage. «Durant deux ans, nous avons enseigné dans un petit temple de Zurich, sans perspective de développement. Nous nous sommes mis en quête d’un lieu avec l’aide d’Anne Ansermet, et mon maître a choisi le Mont-Pèlerin. Avec le temps, j’ai compris combien il avait su se montrer visionnaire.»

Le centre eut quatre fois l’honneur d’une visite du dalaï-lama, la première pour l’inauguration officielle en 1979, la dernière en 1988 pour sa rénovation. Depuis, les liens se sont distendus. «Lui n’a pas changé. Son entourage, oui. Tout ça est très politique, mais j’ai l’impression que ces personnes ont perdu en spiritualité, en sagesse et en honnêteté.» Le directeur regrette notamment l’abandon d’un rêve: l’indépendance du Tibet.

Existe-t-il une chance que le dalaï-lama repasse par le Mont-Pèlerin? «Pas tant que son entourage sera celui-là. Mais ce n’est pas grave, nous l’aimons toujours autant et nous sommes fiers d’avoir contribué à son rayonnement en Europe.»

(24 heures)

Créé: 25.08.2017, 07h08

Portes ouvertes

Vendredi 1er septembre: discours à 10 h, visites guidées, marche, tombola.

Samedi 2: offrande de fumée devant le temple à 8 h 30, partie officielle à 10 h, repas tibétain, performances de danse et de musique dès 15 h, documentaire sur l’histoire du centre à 17 h 30.

Dimanche 3: portes ouvertes et performances de danse et de musique de divers pays.

Lundi 4: puja de longue vie pour Sa Sainteté de 9 h à midi, repas, et initiation transmise par Kyabdjé Trijang Tchogtrul Rinpotché, réincarnation du tuteur du dalaï-lama (dès 14 h 30).

www.rabten.eu

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...