Les pavés tapageurs de Montreux seront réduits au silence

RivieraLa troisième pétition des habitants incommodés aura été la bonne: le pavement bruyant posé en 2009 sera bientôt remplacé.

Fer de lance des pétitionnaires, Marguerite Bonjour n'en peut plus du bruit généré par les pavés de la rue du Pont.
Vidéo: Pascal Wassmer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les uns se sont mis aux somnifères, les autres aux boules Quiès. Certains ont même opté pour les deux à la fois, tout en fermant soigneusement leur fenêtre. C’est que, avec la circulation routière, les pavés de la rue du Pont, dans la vieille ville de Montreux, font un tel bruit que celui-ci résonne jusque dans la salle du Conseil communal. Et cela depuis 2009, année même durant laquelle ce pavement de la discorde a été posé.

Huit ans plus tard, après deux pétitions (2009 et 2014) et une pluie de missives régulièrement adressées aux autorités, les jours des pavés tapageurs sont désormais comptés. Le Conseil communal a, cette fois, accepté, par 43 oui, 28 non et 11 abstentions, la troisième pétition des habitants de la rue du Pont réclamant la suppression du pavement qui les insupporte. La Municipalité est chargée de proposer un projet de remplacement.

Les limites de la démocratie
Fer de lance des pétitionnaires, Marguerite Bonjour en retrouverait presque le sommeil: «Maintenant, avec ce que nous avons vécu jusqu’ici, je suis prête à endurer les travaux. Je m’en réjouis», sourit-elle. Car malgré les différentes interventions techniques effectuées ces dernières années sur le pavement et l’introduction de la zone 30 pour réduire la vitesse des automobilistes, les nuisances sonores perdurent. De son côté, la Ville rappelle qu’elle a au fil des ans prêté une oreille attentive à cette problématique. «Nous avons toujours été ouverts à des améliorations, explique le municipal Christian Neukomm. Mais nous ne pouvions pas enlever les pavés de notre propre chef, sans l’aval du Conseil communal, qui a refusé de prendre en considération les deux premières pétitions et de nous les renvoyer.»

A l’origine des refus de 2009 et de 2014 de l’organe délibérant figure le fait que la pose des pavés avait été réclamée par les habitants de la vieille ville eux-mêmes. «Nous n’avons retrouvé aucun procès-verbal qui étaye cette thèse, nuance Marguerite Bonjour. Et si certains habitants les avaient effectivement demandés, ils n’étaient pas nombreux et surtout domiciliés loin de la rue du Pont.»

Quoi qu’il en soit, certains conseillers communaux ont décidé d’aller constater les nuisances sonores des pavés eux-mêmes. François Grand (PLR), ancien commandant du feu s’est mis à rejouer les pompiers: «Force est de constater que les riverains sont dérangés à chaque passage de voiture. Il faut arrêter de jouer avec leurs nerfs!» Gaëtan Cousin (Les Verts) abonde dans son sens: «Il y a là un vrai problème de nuisances. D’ailleurs, on s’accorde aujourd’hui un peu partout à le dire: les pavés, c’est acceptable sur un trottoir, mais pas sur une route proche d’habitations - de surcroît sur laquelle circulent 3000 voitures par jour, comme ici. Les villes ont plutôt tendance à choisir un autre revêtement.»

Nouvelles normes
Cette problématique des pavés bruyants tombe sous le feu de l’actualité avec l’entrée en vigueur prochaine des nouvelles normes antibruit. Avec elles, le pavement de la rue du Pont aurait très certainement été appelé à disparaître, même si leur disparition incitera moins les automobilistes à lever le pied.

A Montreux, la ville établit actuellement un cadastre du bruit sur l’ensemble de son territoire. Il s’agit de faire des projections de l’évolution du trafic jusqu’en 2035, avec un logiciel qui calcule de manière théorique les mesures du bruit, en fonction des données techniques des rues (hauteur des maisons ou encore largeur des routes). «Nous attendons incessamment le rapport des experts avant de déterminer s’il y a lieu de poser un revêtement phonoabsorbant ou une alternative privilégiant l’aspect historique tout en garantissant la tranquillité des habitants, confie Christian Neukomm. Mais, compte tenu de l’évolution technique dans ce domaine, il est fort probable que nous retenions la première option.» Ce qui réjouira les riverains de la vieille ville. A noter que ces derniers sont d’ailleurs peu intéressés par l’offre de l’entreprise qui a posé les pavés de prendre à sa charge le remplacement du pavement. Car, en plus, les pavés se fissurent en raison d’un défaut dans la composition du mortier.

Pour sa part, Jean-Pierre Bourgeois, également riverain, raconte une anecdote piquante: «J’étais là lors du pavage de la rue en 2009. Un des ouvriers chargé de les poser, sans doute fier de son œuvre, m’avait alors lancé: «Vous allez en entendre parler de ces pavés!» (24 heures)

Créé: 22.05.2017, 18h51

Articles en relation

«Face au bruit, les enfants sont passifs»

Prévention Le bruit peut rendre malade. Et les enfants sont particulièrement fragiles face aux agressions sonores. C’est le thème de la journée nationale contre le bruit. Interview Plus...

Deux avenues serviront de labo à la lutte contre le bruit du trafic

Lausanne La limitation à 30 km/h la nuit est inédite et constituera peut-être le socle d'une politique généralisée de limitation de la vitesse sur les axes à fortes nuisances sonores. Plus...

Le bruit perturbe les bébés prématurés

Sciences Une étude de l’Université de Genève montre que les enfants nés avant 33 semaines souffrent d’un environnement bruyant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.