Les squelettes racontent leurs premiers secrets

Chablais«Découverte majeure», les 250 tombes mises au jour à Saint-Maurice permettront d’en savoir plus sur la vie au haut Moyen Âge.

Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout muets qu’ils sont, les squelettes qui gisaient sous le chemin des Condémines, à Saint-Maurice, auront bien des secrets à raconter. Charge aux archéologues et anthropologues de savoir les entendre. Commencées en avril, les fouilles menées sur le chantier de construction d’un immeuble devraient révéler au final quelque 250 sépultures datant, pour les plus anciennes, du VIe siècle. C’est bien plus que ce qu’envisageaient les archéologues, qui tablaient sur une septantaine de tombes.

Celles-ci entourent les restes d’une église funéraire déjà explorés partiellement en 1951 par l’archéologue Louis Blondel. Les premières observations confirment une parenté avec l’abbaye de Saint-Maurice, fondée en 515. «Il existe des caractéristiques architecturales communes. Ceux qui l’ont construite ont certainement contribué d’une manière ou d’une autre à bâtir cette église», explique la responsable du chantier, Marie-Paule Guex, de la société TERA.

Un mystérieux martyre

Utilisé jusqu’au XIIIe siècle avant d’être démantelé pour servir à la construction d’une autre église, l’édifice interpelle les scientifiques. «Pourquoi à cet endroit et aussi loin – 300 mètres – du complexe abbatial? se demande Caroline Brunetti, archéologue cantonale. Est-ce que cette église a été construite sur le site d’un temple romain?» Une deuxième hypothèse pourrait être la commémoration d’un autre martyre que celui de saint Maurice et de ses compagnons, au début du IVe siècle. «Un texte médiéval en mentionne un, près du Rhône au VIe siècle», révèle Marie-Paule Guex.

Qui étaient les personnes enterrées dans ce cimetière utilisé bien après la démolition de l’église? Des paroissiens et des pèlerins? «On retrouve de tout: un bébé, des enfants, des hommes, des femmes, énumère la responsable du site. Ils étaient globalement en bonne santé. À ce jour, on n’a par exemple pas observé de fractures.» Les corps inhumés dans l’église ou sous son portique devaient en tout cas appartenir à des «privilégiés», selon Caroline Brunetti.

Un projet à 2 millions

Avant de pouvoir répondre à ces questions, il faudra encore des mois d’étude. «Le chantier se poursuit jusqu’à la fin de novembre. La phase d’analyses qui suivra durera aussi longtemps, voire plus que la fouille elle-même», indique Caroline Brunetti. Le budget alloué par l’État du Valais et la Confédération est à l’avenant: l’enveloppe initiale pour la fouille s’élevait à 300'000 francs; face à l’ampleur des découvertes, elle a été portée à 1 million. Au final, le budget devrait atteindre 2 millions, analyses et publications comprises.

Il s’agira notamment de dater avec plus de précision la construction de l’église et les tombes, ou encore de déterminer l’âge des morts ou leurs pathologies. «En observant la position des os dans la tombe, les anthropologues pourront par exemple dire si les corps étaient emballés dans un linceul», poursuit l’archéologue cantonale. Une somme d’informations qui permettra de raconter petit bout par petit bout la vie au haut Moyen Âge.

«Les sources écrites de cette époque sont rares, et ce sont principalement les témoignages archéologiques qui peuvent nous renseigner», explique Caroline Brunetti. La trouvaille agaunoise tombe à pic: le Musée cantonal d’histoire consacre son exposition actuelle au haut Moyen Âge, pour tordre le cou aux clichés qui entourent cette période longtemps qualifiée d’«âge sombre». «On peut voir ici, dans le terrain, ce qui est présenté dans l’exposition de Sion», se réjouit Caroline Brunetti.

Créé: 26.09.2019, 18h25

Articles en relation

Plus de cent squelettes exhumés à Saint-Maurice

Archéologie Les spécialistes annoncent que des vestiges d’église mis au jour sont contemporains de la construction de l’Abbaye. Plus...

Qui doit payer les fouilles archéologiques?

Construction Des élus et des archéologues jugent la facture des fouilles préventives aux privés et aux communes trop lourde. Ils plaident pour une révision du système. Plus...

La maison d’enfance de Mix & Remix cachait un cimetière

Archéologie Plusieurs dizaines de tombes ont été mises au jour à Saint-Maurice, là où se dressait il y a peu la «villa Becquelin». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.