«Nous ne sommes pas complètement rassurés»

ChablaisParents et enseignants ont été informés mercredi soir du plan de désamiantage du collège des Dents-du-Midi, à Aigle.

Les travaux de désamiantage commenceront ce lundi.

Les travaux de désamiantage commenceront ce lundi. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Si vous deviez envoyer votre enfant dans une classe remplie d’amiante, le feriez-vous?» a demandé un parent mercredi soir, lors d’une réunion publique d’information en relation avec cette problématique qui touche le collège des Dents-du-Midi, à Aigle. «Oui, sans hésiter», ont répondu successivement deux experts présents.

Une cinquantaine de personnes, des parents mais aussi des élus, ont répondu à l’appel du Canton, de la Direction des écoles et de la Municipalité. But: écouter responsables et experts chargés de régler la problématique de l’amiante présente dans le bâtiment. Mais aussi entendre les inquiétudes des parents et tenter d’y répondre, voire de les rassurer. Juste avant, la même démarche avait été menée à l’intention des enseignants et du personnel de l’établissement.

Tous les faux plafonds démontés

Pour rappel, une salle de classe a été fermée en urgence au début du mois. Elle présentait une présence d’amiante cinq fois supérieure aux normes admises. Dans les autres, les résultats sont faibles, voire inexistants. Néanmoins, et par principe de précaution, la décision était prise quelques jours plus tard de démonter les faux plafonds de l’ensemble des salles de cours.

Alors que des recommandations avaient été données en 2014, puis en mai 2015 aux autorités aiglonnes pour procéder à ces travaux immédiats, aucun processus n’a été engagé. Pis, un rapport allait déjà dans ce sens en… 2005, a révélé un conseiller communal. Il aura fallu la sagacité de conseillers, informés tardivement, pour prendre le taureau par les cornes. Avec l’entrée en lice du Canton.

Clarté et pédagogie

«Il est essentiel ici pour nous de jouer la carte de la transparence. Avec la volonté d’entendre tous les acteurs concernés, notamment vous, les parents d’élèves. Nous communiquerons régulièrement sur ce dossier», a résumé Pierre Jaccard, directeur général adjoint à la Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO).

La réunion s’est déroulée dans un climat collaboratif. Les experts se sont appliqués à répondre clairement et avec pédagogie, mettant en avant une expérience similaire menée dans un collège genevois. Ils ont gommé quelques inquiétudes. «Vous n’aurez en tout cas pas droit à un merci, assène un papa. Et puis il se pose un gros problème de confiance vis-à-vis des pouvoirs publics, qui n’ont rien entrepris. Certes les experts sont transparents, mais, pour moi, pas rassurants.»

Ce sentiment était largement partagé à l’issue de la séance. «Nous ne sommes en effet pas totalement rassurées», clament en chœur deux mamans qui ont chacune une fille scolarisée dans la salle de classe condamnée. «Je m’inquiète de ce que mon enfant a pu ingérer. Il aurait peut-être fallu fermer l’école», dit une autre. Une dernière indiquait que, au vu des résultats des analyses et des travaux, elle se réservait la possibilité de retirer son enfant du collège. (24 heures)

Créé: 10.12.2015, 16h58

Les travaux ont démarré

Des travaux préparatoires ont été lancés au collège des Dents-du-Midi, érigé en 1972. Le gros œuvre, soit principalement la dépose des faux plafonds des 24 salles de classe, va commencer lundi. «Les élèves seront déplacés par tranches de trois classes dans les modules installés à l’extérieur», précise Pierre-Alain Hermann, directeur des établissements scolaires. Les travaux, effectués par des spécialistes accrédités, dureront trois mois. «Les zones concernées seront isolées. Une bulle étanche et ventilée, avec des sas de passage, sera installée en ce sens. Les faux plafonds seront démontés, placés dans des sacs qui seront «douchés» puis mis dans un autre sac; comme une deuxième peau. Chaque soir, les sacs seront placés dans une benne. Le tout sera acheminé ensuite dans une décharge spécifique, située dans le canton de Fribourg», détaille Marc Dutoit, patron de HSE Conseils, société de référence en matière de diagnostic amiante et suivi de chantier.

Articles en relation

L'école d'Aigle s'organise en vue de son désamiantage

Chablais Les mesures ont relevé des taux d'amiante faible. L'établissement s'organise pour que la vie scolaire perdure malgré les perturbations prévues. Plus...

Une classe ferme en urgence à Aigle à cause de l’amiante

Chablais Des élèves du Collège des Dents-du-Midi ont dû être déplacés lundi, alors que le problème est connu depuis mai. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...