Peilz, l'île au platane solitaire

Les îles du Léman 1/5Au large de Villeneuve, elle est la seule île naturelle du Léman, mais aussi la plus petite et la plus éloignée du rivage.

L’île est contenue par un mur de soutènement, qui doit régulièrement être refait pour lutter contre l’avancée des racines de son seul habitant.

L’île est contenue par un mur de soutènement, qui doit régulièrement être refait pour lutter contre l’avancée des racines de son seul habitant. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Vis-à-vis de moi, il y avait une petite île qui semblait me sourire; la seule que je pusse voir; une petite île verte; à peine me paraissait-elle plus grande que ma prison; mais il y croissait trois grands arbres; la brise des montagnes y soufflait; les ondes se brisaient doucement sur son rivage, et elle était émaillée d’une multitude de fleurs de couleurs brillantes et d’un parfum ravissant.» Ce sont les mots choisis par Lord Byron en 1816 pour décrire l’île de Peilz, dans son fameux poème «Le Prisonnier de Chillon». Pure fiction d’ailleurs, puisque à l’époque de l’incarcération de son personnage historique François Bonivard (défenseur de Genève), au XVIe siècle, l’île n’était probablement qu’un rocher nu. Désormais, des trois arbres originels, ne subsiste qu’un imposant platane.


Lire aussi: L'invitation au voyage


En cette après-midi de juin, la vue de carte postale est quelque peu gâchée par une drague non loin, qui lutte contre l’ensablement. Beaucoup de voiliers se sont retrouvés piégés aux alentours, et c’est probablement ce caractère inatteignable de l’îlot de 40 m2 qui fait tout son charme. L’accès à l’île n’est pas interdit en soi, elle fait partie du domaine public cantonal, à quelques centaines de mètres du rivage. Mais les nombreux rochers qui l’entourent compliquent l’approche, même en pédalo. Alors comment faire? «Même si c’est permis, on n’encourage pas les visiteurs à y aller, ils auraient vite fait le tour», indique-t-on à l’Office du tourisme. Certains ont manifestement perdu tout sens du romantisme.

«Marcher sur la glace jusqu'à l'île»

C’est grâce à Roger Allamand, 71 ans, mémoire vivante de Villeneuve, que nous pourrons y accoster, en barque. «L’eau est haute aujourd’hui, on a de la chance», commente celui qui nage tous les jours de la vieille digue vers cette île à la belle saison. «Je ne monte jamais dessus parce que ça me refroidit et ce n’est pas très intéressant.» Dans son enfance, «pendant les hivers très froids dans le temps, il était possible de marcher sur la glace jusqu’à l’île». Et selon un ouvrage historique*, en mars 1922, «la baisse des eaux fut telle qu’on put y aller […] à pied sec». Alors qu’aujourd’hui, poser le pied sur l’île se mérite, et l’accomplissement de ce petit exploit s’accompagne d’une joie enfantine pour qui n’est pas un blasé de la région.

Un court escalier facilite la montée, un haut de maillot de bain y est abandonné. L’île est entièrement contenue par un mur de soutènement, qui doit régulièrement être refait, pour lutter contre l’avancée des racines de son seul habitant. Quoique des illustrations anciennes font figurer une maisonnette. Plus récemment un couple avec enfants aurait passé quinze jours sur place sous tente.

Parmi les nombreuses gravures dont les visiteurs ont affublé l’écorce de l’arbre, une initiale mystérieuse se distingue par sa grandeur: «F». «Probablement la première lettre de celui qui a disposé de plus de temps», déduit Roger Allamand. Il mesure le diamètre du platane en se servant d’une corde comme jauge: 5,40 mètres. Ce jour-là, la chasse au trésor dans les herbes folles est maigre: deux œufs et une capsule de bière.

«En été, ça devient vraiment comme une cathédrale, il y a une lumière tamisée c’est vraiment extraordinaire»

Jean-Marc Fivat, photographe

Les branches tombantes protègent du soleil, pas de trace des oiseaux connus pour en avoir fait leur perchoir. Les mots du photographe Jean-Marc Fivat, qui a immortalisé l’endroit sous toutes ses coutures, nous reviennent: «En été, ça devient vraiment comme une cathédrale, il y a une lumière tamisée c’est vraiment extraordinaire. Et puis en automne quand les feuilles tournent, l’île devient dorée et ensuite les cormorans commencent à la blanchir et ensuite les feuilles tombent et ça devient le squelette blanchi par le guano (ndlr: amas de déjections)

Deux légendes qui circulent sur l’île ne sont attestées par aucune preuve historique, confirme l’archiviste communale. Non, l’île n’a probablement pas été érigée par une fiancée anglaise à l’endroit de la noyade de son promis au XIXe siècle. Non, rien n’indique que la Suisse a fait don de l’île à la reine Victoria, qui l’aurait ensuite rendue pour ne pas payer les impôts fonciers réclamés.


Lire aussi: Chillon, pierre flottante


Qu’à cela ne tienne pour l’aura de Peilz: son platane est le héros d’un documentaire sur les arbres visible sur le site d’Arte. Le chanteur Bastian Baker y a tourné son clip «Leaving tomorrow», où les images de l'île de Peilz sont combinées à celle d'un camp de réfugiés en Jordanie.

Enfin l’île figure en photo à l’intérieur de la pochette du disque «Going for the one», du groupe de rock britannique Yes. Âmes d’aventuriers, ne pas s’abstenir. Surtout pas devant la possibilité d’une île.

*«Villeneuve, promenade dans son histoire»


Infos pratiques

Pour y accéder: à la nage, ou en louant un paddle ou un kayak auprès de Nautic Loisirs, au port de l'Ouchettaz: 078 606 15 88. L'accès en pédalo est interdit.

Sinon deux croisières longent l'île de Peilz sans y faire escale: le Riviera Tour de la CGN, à partir de 36 francs, ou un safari dans la réserve des Grangettes sur un bateau solaire, l'Aquarel, de 65 à 74 francs.

Signalons enfin l'amusante série sur les îles suisses, réalisée en 2016 par nos confrères de la RTS

Créé: 12.08.2019, 10h03

Articles en relation

Le platane de l'île de Peilz devient une star européenne

Lac Léman Il est le seul arbre de Suisse à avoir été retenu pour une série de documentaires de dimension européenne. A voir dimanche sur RTS1. Plus...

Localisation

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.