SATOM souhaite valoriser davantage les restes de table des ménages à Villeneuve

DéchetsNos sacs poubelles contiennent un tiers de déchets de cuisine. SATOM met au point un système de collecte auprès des privés.

Les conteneurs sont équipés d'un dispositif de sécurité à carte magnétique

Les conteneurs sont équipés d'un dispositif de sécurité à carte magnétique Image: DR/SATOM

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout le monde n’a pas un coin de jardin où cultiver son compost, tout le monde n’a pas non plus la patience de séparer le cru du cuit, le végétal de l’animal, les coquilles d’œuf du marc de café… Si bien que les fonds d’assiette, os de côtelettes et autres épluchures finissent souvent en vrac dans le sac à ordures du ménage, fût-il taxé. Quelque 32% du volume de nos restes de cuisine finissent ainsi incinérés, alors que cette biomasse humide recèle d’un potentiel de valorisation nettement supérieur.

Empoignant ce défi réputé des plus complexes dans la filière, la société de valorisation des déchets tente de développer un système de récupération de cette catégorie d’ordures auprès des privés. Son offre GastroVert développée pour les professionnels de la restauration fonctionne déjà auprès de 500 établissements et permet de traiter annuellement 3500 tonnes d’aliments à l’usine de méthanisation de Villeneuve, qui les transforme en biogaz, en électricité, en chaleur et en engrais.

Testé dans plusieurs communes de la Riviera et du Bas-Valais, un système de collecte sera proposé cet automne aux 79 communes vaudoises et valaisannes actionnaires de SATOM. Il fonctionne sur la base de conteneurs sécurisés: «L’immense difficulté de cette filière, c’est que trop d’impuretés souillent ces déchets dès la collecte, comme des bouts de plastique, d’alu ou des tessons de céramique, déplore Edi Blatter, directeur de SATOM SA. Les conteneurs seront donc accessibles grâce à des cartes magnétiques permettant aux déposants de s’identifier. Cela offre une forme de contrôle et permet de remonter, le cas échéant, aux quartiers où un problème a été repéré.»

Par ce biais, l’entreprise de traitement des déchets pourrait mieux exploiter le potentiel de son usine de méthanisation de Villeneuve. SATOM met en ce moment à l’enquête l’augmentation de sa capacité de traitement, pour passer des 20 000 tonnes annuelles autorisées actuellement à 50 000 au maximum. La qualité de l’engrais sera meilleure, puisque les restes alimentaires fournissent une matière plus riche. «C’est réalisable sans gros investissements puisqu’on n’agrandit pas les installations et cela se fera progressivement et sans générer les nuisances olfactives qui ont valu des soucis à cette usine par le passé, avant sa reprise par SATOM», assure Edi Blatter.

Restera à convaincre les communes de proposer ce dispositif à leurs habitants, pour un coût qui ne peut pas être calculé de manière absolue. «Mais on estime que l’économie réalisée sur la collecte par un camion poubelles permet déjà de couvrir 60% à 70% du coût de cette collecte séparée», conclut le directeur . (24 heures)

Créé: 31.05.2017, 08h08

Articles en relation

La Satom repense sa gestion

Collombey-Muraz En main de 79 communes vaudoises et valaisannes, l’entreprise d’incinération des déchets se réorganise pour se professionnaliser. Plus...

En croissance, la SATOM repense sa gestion

Collombey (VS) En mains de 79 communes vaudoises et valaisannes, l’entreprise d’incinération de déchets de Collombey réorganise son conseil d’administration pour se professionnaliser. Plus...

La Satom produit de l'énergie pour l'équivalent de 40'000 ménages

Monthey L’usine à déchets est devenue le plus gros producteur d’électricité du genre en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.