Un gymnase sous leurs fenêtres? Non merci

AigleLe Collectif de défense des intérêts des habitants du quartier de l’Hôpital d’Aigle souhaite que le futur gymnase soit implanté ailleurs en ville.

Installer le futur gymnase du Chablais sur le site de l'hôpital bientôt libre n'est pas du goût d'une partie des riverains

Installer le futur gymnase du Chablais sur le site de l'hôpital bientôt libre n'est pas du goût d'une partie des riverains Image: Chantal Dervey - Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous ne sommes absolument pas en opposition avec la création d’un gymnase à Aigle. Bien au contraire», déclare Flavie Sochon, habitante du quartier de l’hôpital. L’établissement sanitaire sera déplacé le mois prochain à Rennaz, dans le nouvel Hôpital Riviera-Chablais. Le site de l’hôpital aiglon a été de longue date choisi par le Canton en accord avec la Commune pour implanter le Gymnase du Chablais, qui accueillera environ un millier d’élèves à une date pas encore arrêtée, même si celle de 2023 est souvent avancée.

Pascal Broulis, qui ne fait pas de pronostic quant à la date d’ouverture, le rappelle: «Il est bien clair que le Conseil d’État veut implanter le futur Gymnase du Chablais à Aigle. C’est une priorité pour l’État. En ce sens, nous avons d’excellents contacts avec les autorités d’Aigle qui nous aident et nous facilitent la vie, mais aussi avec les propriétaires des parcelles concernées.»

Craintes de nuisances

Flavie Sochon s’exprime au nom d’un collectif qui s’est constitué dans le quartier des abords de l’Hôpital d’Aigle. Il agrège pour l’heure environ 25 foyers, près de 80 habitants. Parmi eux, entrepreneurs, retraités, enseignants, architecte d’intérieur, employé des CFF, etc. La possible utilisation des préaux rendus publics le soir et les week-ends, mais aussi de la triple salle de gymnastique par les sociétés locales ou de l’aula pour des conférences, inquiète le collectif du quartier. Selon les riverains, leur quiétude sera entamée par trop de nuisances. «Nous nous tiendrons bien évidemment à l’écoute de ces habitants, de ce qu’ils veulent. Nous allons discuter de leurs préoccupations, essayer de trouver des arrangements. Je peux leur assurer que la zone de villas ne deviendra pas une zone de transit», assure le syndic, Frédéric Borloz, qui travaille depuis plus de dix ans pour accueillir le gymnase dans sa ville. «L’établissement va aussi renforcer notre rôle de centre, avec des prestations pour tout le district et la région.»

Pas suffisant pour calmer l’inquiétude du collectif. «Clairement, nous estimons que l’emplacement est mal choisi pour ce futur gymnase – bien évidemment nécessaire pour Aigle et sa région, et qui va apporter une importante plus-value, nous le reconnaissons. Pour autant, nous estimons que ce choix est mal adapté au cœur d’un quartier résidentiel et pas suffisamment proche de la gare. Ne serait-ce que pour l’accessibilité des futurs gymnasiens, de leurs enseignants… Il n’y a pas de supermarché, de commerces, de café, etc.»

Du coup, le collectif souhaite que d’autres pistes soient sérieusement travaillées afin que Canton et Commune installent l’école soit sur le site de l’arsenal fédéral, proche de la gare, soit un petit peu plus loin dans le quartier des Glariers. «On reste néanmoins dans le quartier de la gare, à proximité de tous les commerces. Beaucoup plus simple pour l’accessibilité et des avantages pour l’économie aiglonne», poursuit Flavie Sochon au nom du collectif.

Ce dernier propose par ailleurs que le site de l’hôpital rendu libre soit conservé. «On peut imaginer y installer un EMS, un centre médical, des appartements protégés, d’autres espaces en lien avec le quartier résidentiel, etc.», détaille Flavie Sochon pour le collectif. Pharmacien et président de l’Entente aiglonne, Marcel-Jacques Bacca estime le site idéal pour y installer une structure de rééducation pour tout le district. D’autres évoquent un hôtel.

Pas de plan B à l’arsenal

Au sujet d’un plan B qui consisterait à construire le gymnase sur le site de l’arsenal fédéral, proche de la gare d’Aigle, Pascal Broulis est catégorique: «Il faudrait d’abord que la Confédération parte et soit d’accord de vendre. Ce qui n’est pas sûr et en tout cas pas rapidement. Il faudrait alors par la suite entamer une procédure pour légaliser le terrain (ndlr: faire passer la zone artisanale actuelle en zone d’utilité publique), ce qui retarderait d’autant le projet.» Frédéric Borloz va plus loin: «L’emplacement ne fait pas débat. Toutes les possibilités ont été soigneusement étudiées. Le site de l’hôpital est le meilleur endroit. Outre l’impossibilité d’aller à l’arsenal, le choix des Glariers est impossible: pas de surfaces suffisamment grandes. Par ailleurs, le temps presse. Il faut avancer sans tarder afin de pouvoir offrir à nos enfants et aux générations futures la possibilité d’aller au gymnase non plus à La Tour-de-Peilz ou à Lausanne, mais à côté de chez eux.»

Le chef du Département des finances et des relations extérieures, qui n’a pas eu de contacts pour l’heure avec le collectif opposé à la construction du futur établissement scolaire sur le site de l’hôpital, entend aussi aller de l’avant. «Les pourparlers quasi quotidiens avec les propriétaires (ndlr: deux fondations et la Commune d’Aigle) des terrains qui nous seront nécessaires pour construire le futur Gymnase du Chablais vont bon train. Les signaux sont positifs. Nous espérons finaliser l’acquisition d’ici à la fin de l’année», conclut le ministre.

Créé: 05.10.2019, 09h20

Articles en relation

«Le gymnase en quatre ans, c'est déjà la norme en Suisse»

Vaud À terme, le cursus gymnasial vaudois s’allongera d’un an. D’ici là, le Canton doit gérer l’afflux toujours plus grand d’étudiants. Interview de Lionel Éperon. Plus...

Le gymnase renforce son rôle de ciment de la Broye

Payerne L’agrandissement du gymnase intercantonal sera mis à l’enquête en juin pour l’ouverture de 25 nouvelles salles. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.