Un os de plus sur la route de la mosquée de Vevey

RivieraLa rénovation du lieu de culte a été stoppée net après la découverte de vestiges. Le retour à la rue du Clos se complique.

Sous le bitume de la rue des Communaux, 17 squelettes avaient été exhumés.

Sous le bitume de la rue des Communaux, 17 squelettes avaient été exhumés. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À l’instar de la société Groupe E Celsius (lire en encadré), la mosquée de Vevey fait les frais des richesses historiques du sous-sol de la rue des Communaux. Engagés dans des travaux de rénovation, les responsables du lieu de culte ont dû les stopper net fin septembre dernier après la découverte de vestiges archéologiques à l’arrière de la parcelle, comme relaté sur la page Facebook «Bonjour la Municipalité».

Le retour des fidèles entre leurs murs de la rue du Clos, prévu ce printemps, s’en retrouve ainsi repoussé. Ce contre-temps s’ajoute à une longue liste d’imprévus qui ont déjà contribué à retarder de 18 mois la rénovation des lieux à la suite de diverses complications liées au déménagement provisoire de l’espace de prière au 2e étage de la rue du Verger 10, loué à la Ville depuis l’automne 2018.

La découverte d’anciens murs et d’ossements contraignent ainsi la Fondation islamique du district de la Riviera-Pays d’Enhaut (FIDR) à revoir ses plans. En tant que propriétaire depuis 2009, la facture des fouilles archéologiques et de prélèvement des vestiges lui incombe, comme le veut la pratique vaudoise, même si des subventions cantonales sont envisageables.

Surcoûts importants

En tous les cas, il faut trouver plus de 100'000 francs, sans quoi le chantier ne pourra reprendre. L’écueil n’arrange pas les affaires du centre religieux, qui fait face à d’autres charges inattendues depuis le début du projet. «En tout, ce sont quelque 500'000 francs qui manquent, selon Grégory Stergiou, président de la FIDR. Je tape à toutes les portes, mais je reste confiant.» L’estimation totale de la rénovation de la mosquée s’élève à environ 2,9 millions.

«En tout, ce sont quelque 500' 000 francs qui manquent. Je tape à toutes les portes, mais je reste confiant»

«Dans un premier temps, reprend-il, nous avions envisagé de couper le chantier en deux, en laissant tomber la partie nord et en nous concentrant sur le lieu de prière. Mais les frais de séparation des deux parties avoisinaient à eux seuls 100'000 francs. D’où l’intérêt de réunir les fonds pour tout faire d’un coup.» Le périmètre bloqué doit accueillir des bureaux, l’entrée principale à la mosquée (actuellement située côté rue du Clos) et des places de parc.

À la question de savoir quand la mosquée rénovée sera à disposition des fidèles, Grégory Stergiou n’a pas de date précise à donner. Cette zone de flou impacte également la Ville de Vevey qui planche sur la réaffectation des locaux de Verger 10. «Ce bâtiment a, depuis longtemps, vocation de devenir un centre de compétences liées à l’image», rappelle Michel Agnant, municipal du Logement. Du reste, la Fondation Vevey, ville d’images s’y trouve déjà. Mais l’élu tient à rassurer les musulmans de la région: «Rien ne sera prévu dans les locaux de la mosquée provisoire tant que les fidèles n’auront pas réintégré leur lieu de prière rénové à la rue du Clos.»

Créé: 16.01.2020, 17h09

Grosse facture en prévision

Divers services industriels et Groupe E Celsius, maître d'ouvrage, ont eux aussi vu leurs plans contrariés cet automne après l’exhumation de 17 squelettes dans leur tranchée ouverte à la rue des Communaux, à l’arrière du bâtiment de l’OSEO et du Swiss Media Center (notre édition du 9 octobre).

Le chantier devait permettre des travaux sur diverses conduites et une extension du chauffage à distance de la ville en vue de raccorder plusieurs bâtiments, dont celui de la mosquée justement.

Prévu sur 100 mètres, il a été stoppé après 25 mètres. «Après récupération des vestiges, nous avons refermé la route pour l’hiver, le temps de connaître les chiffres exacts du coût des fouilles archéologiques, explique Alexandre Chollet, conducteur de travaux pour Groupe E Celsius.

Si la densité des trouvailles reste la même sur l’entier du tracé, la facture pourrait monter jusqu'à 800000 francs, mais ce serait dans le pire des cas, et c’est un chiffre à prendre avec des pincettes.» Une clé de répartition «à plus ou moins parts égales entre les quatre partenaires du chantier» (Groupe E, SIGE, Romande Énergie et la Compagnie industrielle et commerciale du gaz) a été convenue.

De son côté, «la Ville de Vevey n’étant pas partie prenante, elle n’est pas impactée», selon Claude Lehrian, chef de la Direction de l’architecture, des infrastructures et de l’énergie.

Les découvertes archéologiques n’ont pas constitué une grande surprise. Le Canton avait émis un avis de prudence compte tenu de précédents dans le secteur. Une centaine de squelettes avaient été déterrés dans le quartier durant les années 50. Une nécropole du Moyen Âge avait ressurgi dans les années 80 à un jet de pierre. «Nous ne nous attendions toutefois pas à trouver autant de vestiges», admet Alexandre Chollet.

Le chantier devrait reprendre au printemps. Un autre tracé est à l’étude. Un abandon des travaux, s’il n’est pas désiré, reste tout de même une possibilité selon les coûts à envisager. Une subvention cantonale de 40% est acquise pour une partie des travaux. Sur Fribourg, où est basé Groupe E, les frais de fouilles sont pris en charge à 100% par l’État.

Articles en relation

Quatorze squelettes font surface au centre de Vevey

Archéologie Un cimetière du Moyen Âge s’offre à la vue des habitants de la rue des Communaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...