«Une ville se développe rarement par la volonté de ses autorités»

AigleLa Commune va adapter ses outils de planification territoriale. Quelles modifications pour la ville et sa population? Entretien avec son syndic.

Vue aérienne de la ville d'Aigle

Vue aérienne de la ville d'Aigle Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Commune de 9800 habitants, Aigle est reconnue comme ville depuis 2015 par la Confédération, en raison de la densité de son territoire habité. Justement, les outils pour le planifier sont soit obsolète (Plan directeur communal), soit inexistant (Plan général d’affectation).

La Municipalité a lancé la réflexion pour se doter de moyens accompagnant à moyen terme «la croissance la plus harmonieuse possible», assure le syndic Frédéric Borloz. Selon l’édile: «De manière générale, une ville se développe rarement par la volonté de ses autorités. Notre responsabilité est d’accompagner ces changements en dotant la ville d’écoles, garderies, transports publics, eaux, égouts, voies d’accès, etc.»

7500 âmes en 2000, près de 10 000 aujourd’hui. Pourquoi Aigle attire-t-elle autant de nouveaux habitants?

Nous avons un territoire, et surtout un fort potentiel de développement que n’ont plus forcément les villes et villages de l’arc lémanique, notamment sur la Riviera voisine. Et nous sommes idéalement situés en termes d’accueil et d’emplacement à proximité du Léman.

Cette augmentation de la démographie va-t-elle se poursuivre?

Oui, à court terme. Nous avons actuellement plus de 500 logements en construction ou projetés en ville. Les plus importants sont Sous Le Bourg, Margencel, Pré de la Cure. Et l’ancien silo Landi réaffecté en résidence. La population aiglonne va rapidement monter à 11'500.

Et ensuite?

D’autres régions comme le Chablais valaisan, la ceinture lausannoise, Payerne ou Fribourg Sud croissent beaucoup. Donc, nous savons que la demande sur Aigle va se tasser. Les chiffres vont se stabiliser. Avec nos nouveaux outils, il y aura une réorganisation des zones à bâtir. Parfois pour créer de l’habitat, en fonction des besoins. Mais il est possible qu’on réaffecte des parcelles en zones constructibles ou intermédiaires. Nous n’allons de toute manière pas laisser se construire n’importe quoi et n’importe où. Et c’est un travail titanesque car notamment chacun à son avis et le partage…

Comme dans le périmètre du Château par exemple?

Qui est une partie protégée, historique et qui conservera bien sûr ses vignes. C’est une des particularités de notre centre-ville. Il n’est par ailleurs pas dans nos plans de laisser s’étendre la partie urbaine d’Aigle. Le périmètre ne va pas changer, il sera mieux développé, modifié, élevé. Sans l’abîmer mais au contraire dans un essor plus stratégique: qualité de ville doit rimer avec qualité de vie.

Comment y parvient-on?

Par une meilleure attractivité. En accroissant la requalification du centre de la commune, stoppée par diverses procédures. En augmentant les prestations, en complément avec les institutions sociales existantes. En réaménagent les espaces publics, y créant des cheminements piétonniers. En accroissant les possibilités de stationnement à proximité. Et en soutenant nos commerçants, catégorie qui souffre depuis plusieurs années.

Nous devons donner aux gens des raisons de venir au centre-ville, qu’il soit plus accessible, mais aussi convivial et agréable à vivre afin de multiplier les raisons de s’y rendre. En ce sens la cadence des trains venant de Lausanne comme du Valais au quart d’heure à l’horizon 2018-2019 va bien nous seconder.

Aigle possède aussi une zone industrielle qualitative. Va-t-elle aussi croître?

Notre politique, via une promotion économique active, est de tabler sur un ratio d’un emploi pour deux habitants. Une personne qui décroche un travail doit avoir la possibilité de vivre à proximité. Et vice versa. Nous allons accueillir de nouvelles entreprises, principalement des PME. La Municipalité est actuellement en discussions avec cinq sociétés.

Ce qui est capital pour nous, c’est la diversification des emplois et de la formation des jeunes. Nous voulons du travail pour toutes les couches de la population, qu’elle soit peu ou très qualifiée. Nous n’encouragerons pas en revanche l’arrivée de très grandes enseignes commerciales.

Le prochain gymnase vaudois sera implanté à Aigle. Ce qui va forcément participer à l’essor de votre commune.

Bien sûr. Et un soutien pour l’économie locale. Plus encore, il va surtout profiter à toute notre région.

Justement quels sont les rôles d’Aigle en sa qualité de chef-lieu de district et de pôle urbain de l’agglomération?

Nous apportons notre dynamisme et entendons nous impliquer davantage dans le district, notamment sa partie Ouest. Aigle joue un rôle à divers échelons. En montagne, nous faisons partie des signataires du dossier Alpes vaudoises 2020. En plaine, nous sommes en effet un des axes importants de Chablais Agglo, une des rares de Suisse à être intercantonale. A ce titre, nous sommes également impliqués dans l’avancée du dossier RER Sud Léman (ex-ligne ferroviaire du Tonkin). (24 heures)

Créé: 25.06.2017, 11h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...