À Vevey, les Effeuilleuses ont fait place aux dévisseuses

Fête des VigneronsLe démontage de l’arène a été lancé lundi. La place sera rendue au public en novembre. L’avenir des Terrasses se décide ce mardi.

Les travaux de démontage de l’arène ont débuté lundi. «Il s’agit de libérer d’abord la scène et ainsi de la place pour pouvoir démonter les gradins et assurer la venue des grues», explique Daniel Willi, ingénieur responsable des infrastructures. 
Images: Vanessa Cardoso

Les travaux de démontage de l’arène ont débuté lundi. «Il s’agit de libérer d’abord la scène et ainsi de la place pour pouvoir démonter les gradins et assurer la venue des grues», explique Daniel Willi, ingénieur responsable des infrastructures. Images: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans l’arène, le son des visseuses, ou plutôt des dévisseuses, a remplacé l’hymne de la troupe des Effeuilleuses. Et en ville de Vevey, c’est un autre bal qui a débuté: celui des camions. Avec des larmes, aussi. À peine achevée, la Fête des Vignerons 2019 se voit démembrée de son cœur. Le démontage de l’arène a été lancé lundi. Les travaux devront être achevés le 15 octobre, pour la venue du Cirque Knie. Mais la place du Marché ne sera rendue au public qu’à la mi-novembre, pour la Foire de la Saint-Martin. Après avoir soutenu l’arène et ses 20'000 spectateurs quotidiens avec de solides fondations, elle devra encore être rafistolée.

«Toute histoire a une fin», déplore une Veveysanne en observant le démontage, les yeux brillants. Son amie part en pleurs. Dans les rues, les astreints de la protection civile et les militaires ont désormais remplacé les acteurs-figurants.

Lundi, les décors du spectacle ont été sortis de l’arène, de même que le matériel technique, audiovisuel notamment.

Fini la Fête? Pas tout à fait, peut-être. Son cœur pourrait encore battre un peu sur les Terrasses de la Confrérie jusqu’à la fin de l’automne. «C’est à la Municipalité de décider de l’avenir des Terrasses de la Confrérie. Quoi qu’il arrive, elles ne seront pas démontées avant novembre. Elles seront donc exploitables jusque-là, sans aucun intérêt financier pour nous, explique Frédéric Hohl, directeur exécutif de la Fête des Vignerons. Ce ne sont pas des recettes de quelques dizaines de milliers de francs qui auront un impact sur notre budget de 100 millions.»

Des zones de non-droit

En fin de semaine dernière, la Ville avait refusé la prolongation de l’exploitation des Terrasses. Mais, depuis lors, l’Association des commerçants de Vevey (ACV) lui a proposé un concept d’animation de ces structures délaissées. Leur avenir sera décidé ce mardi. «Nous entendrons toutes les parties concernées avant de nous prononcer», confirme Elina Leimgruber, syndique. «Nous avons demandé une réunion d’urgence à ce sujet, précise Frédéric Hohl. Car nous pouvons organiser différemment les travaux de démontage si la Ville et les commerçants ne souhaitent pas exploiter les Terrasses. Mais, dans ce cas-là, nous serions contraints de les fermer, afin d’éviter qu’elles deviennent des zones de non-droit, des repaires de squatteurs ou autres lieu d’incivilités.» La Fête a mis le feu à la ville. Et le démontage y rajoute de l’huile.

Sous l’arène de la Fête, ce sont d’autres uniformes qui remplacent désormais ceux des acteurs-figurants.

Ce n’est pas l’affaire des ouvriers. Ils sont près de 300 à travailler au démontage de l’arène. Et cela pour deux semaines. Leur nombre sera ensuite réduit à une centaine. «C’est un gros défi, commente Robert Bruchez, coordinateur des constructions. Il faut démonter en deux mois ce que nous avons construit en cinq mois. Et le risque d’accident est accru en raison de ce planning serré.» Préalablement, lundi matin, des barrières ont été placées tout autour du site pour le sécuriser. C’est le matériel technique qui est d’abord sorti de l’arène, avec les décors. Le démontage du plancher LED a aussi été entamé. «L’objectif est de libérer d’abord la scène et ainsi de la place pour pouvoir démonter les gradins et assurer la venue des grues», explique Daniel Willi, ingénieur responsable des infrastructures. Les ouvriers ont encore une autre priorité: démonter les sièges bleus. La Fête fédérale de la lutte et des jeux alpestres de Zoug en a besoin.

Créé: 12.08.2019, 19h23

Articles en relation

Souffrez-vous du FeVi-blues?

Vidéos Pour vous consoler, retrouvez l'ensemble de nos reportages vidéos sur la Fête des Vignerons 2019. Plus...

Les vibrants adieux du dernier jour de Fête

Fête des Vignerons Pris entre larmes de joie et de tristesse, les 5500 acteurs-figurants, les techniciens et l’équipe artistique ont tout fait pour prolonger la magie de ces trois dernières semaines. Plus...

«J’espère que nous laisserons derrière nous notre amour pour la vie»

Fête des vignerons Les auteurs de la Fête reviennent sur les moments marquant de cette édition 2019. Plus...

«Une folie unique au monde»

Fête des vignerons L’édition 2019 bat tous les records de fréquentation: un million de visiteurs et 375'000 spectateurs. Ses organisateurs se disent «fatigués, mais heureux». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...