Action coup de poing contre les forfaits fiscaux à Montreux

Votation du 30 novembreLe collectif SolidaritéS a rendu visite à une milliardaire autrichienne pour lui faire remplir une déclaration d'impôt.

Le député et avocat Jean-Michel Dolivo (ici lors d'un procès à Lausanne) a pris part à l'action des militants de SolidaritéS.

Le député et avocat Jean-Michel Dolivo (ici lors d'un procès à Lausanne) a pris part à l'action des militants de SolidaritéS. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans sa lutte pour l’abolition des forfaits fiscaux, initiative sur laquelle la population suisse aura à se prononcer le 30 novembre prochain, SolidaritéS n’y va pas avec le dos de la cuillère. Mercredi à Montreux, une poignée de militants de la plate-forme anticapitaliste s’est rendue chez une dame au bénéfice d’un forfait fiscal.

«Cette ex-propriétaire d’entreprise a une fortune estimée à 2,5 milliards. Elle est la 10e héritière de Suisse», affirme Pablo Cruchon, secrétaire politique de SolidaritéS. Les militants, dont faisait partie le député et avocat Jean-Michel Dolivo, ont souhaité rencontrer cette dame. «Le but est de lui faire remplir une déclaration d’impôt comme tout citoyen de base. Et pour ne pas la prendre au dépourvu nous avons aussi apporté un guide pour remplir la déclaration», poursuit le secrétaire politique.

Mauvaise cible?

Armé de pancartes mentionnant notamment «L’égalité devant l’impôt», ils ont entamé leur «balade citoyenne» qui les a menés jusque devant la porte de la Montreusienne d’adoption. Las! Leurs coups de sonnette n’ont pas trouvé d’écho. La délégation a alors déposé le matériel prévu dans la boîte aux lettres de la propriété.

Quelques minutes plus tard, la dame est rentrée chez elle, et un membre de la délégation a sonné à nouveau à sa porte. «Elle était furax et me l’a claquée au nez.» Il est à noter que cette personne retraitée est présidente d’une fondation qui soutient très activement la recherche scientifique; le domaine artistique et des beaux-arts, et encore l’aide humanitaire. SolidaritéS ne se serait-elle pas trompée de «victime»? Durant son intervention préalable à l’action, Pablo Cruchon avait bien spécifié que «l’idée n’est pas de stigmatiser des personnes, qui bénéficient de privilèges inadmissibles contrairement à l’ensemble de la population, mais de leur proposer de participer à la solidarité fiscale.»

Créé: 05.11.2014, 18h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...