Une affaire d'abus sexuels met la justice mal à l'aise

ProcèsLe Tribunal de Vevey a ordonné lundi une expertise de la crédibilité d’une fillette qui a accusé le compagnon de sa mère puis s’est rétractée.

Le Tribunal correctionnel de Vevey suspend un procès pour faire réaliser une expertise de crédibilité d'une enfant qui est revenue sur ses accusations.

Le Tribunal correctionnel de Vevey suspend un procès pour faire réaliser une expertise de crédibilité d'une enfant qui est revenue sur ses accusations. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Il serait insatisfaisant de condamner les prévenus, et insatisfaisant de ne pas les condamner.» Sandrine Osojnak, présidente du Tribunal correctionnel, a exprimé lundi en termes choisis l’impuissance de la Cour face à une affaire d’abus sexuels d’enfants impossible à trancher sur la base des éléments à sa disposition.

Deux fillettes accusent celui qui était le nouveau compagnon de leur mère de graves attouchements répétés qui pourraient lui valoir plusieurs années de prison. Cela se serait passé entre 2012 et 2014. Elles étaient toutes les deux âgées de moins de 10 ans. Les enfants sont aujourd’hui placées chez le père de l’une d’elles. Leur maman est elle aussi sur le banc des accusés. Elle ne serait jamais intervenue pour protéger ses filles des agissements de son ami.

Les deux prévenus contestent ces reproches formulés dans un climat de relations conjugales tendues. La justice est coutumière de ce genre de situation. Sauf qu’ici, l’affaire se complique avec les rétractations de l’une des deux fillettes. Ce n’est dès lors plus seulement la parole des uns contre celle des autres qu’il faut juger à la lumière d’un contexte général, mais d’abord la crédibilité de la fillette qui a déclaré à son père avoir inventé cette histoire.

Enfant crédible?
Mal à l’aise, après une longue discussion avec les parties, le tribunal a décidé que cette enfant soit soumise à une expertise de crédibilité. Cela sera réalisé par commission rogatoire en France où elle réside. Ce genre de test, conduit par des professionnels, est mené en application d’une procédure bien établie. Il donne rarement un résultat blanc ou noir, mais il est censé mettre en évidence des attitudes révélatrices de la vérité ou de l’affabulation.

Selon l’avocat de Madame, le procureur aurait dû prononcer un classement la concernant à la suite du revirement de la jeune fille. Pour justifier un renvoi devant un tribunal, le magistrat a considéré que les rétractations de l’une des fillettes n’emportaient pas davantage sa conviction que les accusations portées par les deux précédemment.

Le procès reprendra à une date ultérieure. Quel que soit le résultat de l’expertise de crédibilité, le tribunal, contraint à trancher, désignera qui a menti aux yeux de la vérité judiciaire. (24 heures)

Créé: 13.11.2017, 17h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...