L’Aigle–Sépey–Diablerets se prémunit petit à petit contre les dangers naturels

ChablaisUne nouvelle digue de terre se greffera bientôt en dessus de l’ASD. Le chantier s’inscrit dans une campagne destinée à protéger la ligne de train des dangers naturels.

Une rame des Transports Publics du Chablais (TPC) sur la ligne de l'Aigle-Sepey-Diablerets.

Une rame des Transports Publics du Chablais (TPC) sur la ligne de l'Aigle-Sepey-Diablerets. Image: Jean-Bernard Sieber/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sécurité avant tout! La ligne Aigle – Sépey – Diablerets (ASD), bénéficiera bientôt d’une protection supplémentaire contre les chutes de pierres. Une digue en terre d’une cinquantaine de mètres doit être aménagée prochainement du côté de Plambuit, hors zone à bâtir. La mise à l’enquête est en cours.

La construction s’inscrit dans une campagne de travaux conséquente destinée à sécuriser l’ensemble de la ligne. «Elle clôt la quatrième étape», indique l’ingénieur en charge du projet Jean-François Huck, avant de préciser: «Chacune est définie par un ensemble d’ouvrages échelonnés stratégiquement sur le territoire. La cinquième et dernière sera entamée l’an prochain et se terminera entre 2019 et 2020.»

Ainsi, sur les 20 kilomètres de la ligne, 3,6 seront sécurisés à l’issue de la campagne, dont 900 mètres encore en attente. Les premiers coups de pioche avaient été donnés en 2007, au terme d’une étude géologique évaluant les dangers naturels. «Ils sont divers et variés dans ce secteur, révèle l’ingénieur. Nous redoutons particulièrement les chutes de pierres car les parois qui surplombent les rails sont parfois abruptes.»

Les scientifiques avaient alors ciblé le nombre de secteurs à risque, en définissant des priorités. «Le planning varie ensuite en fonction des événements naturels», explique Samuel Anon, chef de projet aux Transports publics du Chablais (TPC), en pointant une situation géologique changeante.

«Meilleur marché»

Si le dernier permis de construire concerne une digue en terre dans un secteur forestier, d’autres options s’appliquent en fonction du terrain ou du type de menace. «Les digues sont meil­leur marché que les filets de retenue et remplissent un rôle similaire, admet Jean-François Huck en montrant des images de rideaux métalliques retenus par des câbles. Mais le dénivelé ne permet pas d’en faire partout.»

Quant aux grosses instabilités de roches, elles sont recouvertes par des treillis plaqués, ancrés dans la pierre par de gros clous.

Parmi les zones aménagées, certaines appartiennent à l’Etat de Vaud, d’autres aux communes ou à des privés. «Les propriétaires concernés ont toujours été conciliants, constate Samuel Anon. Si toutefois une mésentente avait dû survenir, la loi des compagnies de chemins de fer aurait pu mener à l’expropriation.»

Pour l’heure, près de 10 millions ont déjà été dépensés sur l’ensemble des quatre étapes. La Direction générale de l’environnement (DGE) et l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) versent 70% de cette somme.

Le solde de 30% est partagé entre l’Office fédéral des transports, les conventions de prestation ainsi que les demandes de crédits et subventions. «La dernière étape devrait encore coûter 3,6 millions, estime l’ingénieur. Et les installations nécessiteront ensuite un entretien régulier.» (24 heures)

Créé: 09.08.2017, 10h04

Articles en relation

Un train de plus vers Les Diablerets va être étudié

Mobilisation Les autorités prennent acte des 426 signatures demandant une course supplémentaire de l’Aigle-Sépey-Diablerets le soir. Plus...

Voyage à bord de l’ASD au Musée des Ormonts

Vers-l'Eglise Le musée marque les 100 ans du petit train en entraînant le visiteur, par une exposition interactive, dans l’incroyable siècle de vie qu’a connu l’Aigle-Sépey-Diablerets. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...