Passer au contenu principal

«Archétype» trône sur la rive de la Grande-Eau

La sculpture en marbre de Turquie a été inaugurée lundi à Aigle, en présence de l’artiste Alexia Weill et d’une forte délégation municipale.

«Archétype» et sa créatrice, la sculptrice Alexia Weill, au bord de la Grande-Eau à Aigle.
«Archétype» et sa créatrice, la sculptrice Alexia Weill, au bord de la Grande-Eau à Aigle.

Une nouvelle oeuvre d'art, une sculpture, orne la ville d'Aigle depuis lundi. Il s'agit d'«Archétype» créée par l'artiste Alexia Weill, qui a habité quatre ans dans la capitale du district et y a commencé la sculpture sur pierre. «C'est donc un peu de vous qui va demeurer ici, à Aigle», souligne le syndic Frédéric Borloz.

«Archétype», installée sur la rive de la Grande-Eau, a été inaugurée en présence de l’artiste et d’une forte délégation municipale. Étaient aussi présents Patricia Dominique Lachat, préfète du district, et Jean-Marc Crousaz qui a financé plus de la moitié de l’acquisition, dont le montant n’a pas été dévoilé.

Tête d'homme

Selon sa conceptrice, qui s'est dite «touchée qu'une de ses oeuvres soit installée dans ce lieu que j'adore», ce monolithe abstrait en marbre de Turquie mesurant 133cm sans son socle représente une tête d'homme et son regard conscient se porte sur son environnement. La sculpture avait été installée cet été à Yvorne dans le cadre d'Ailyos, exposition temporaire et en plein air.

Frédéric Borloz a profité de l'occasion pour rappeler qu'Aigle, qui accuse du retard en la matière par rapport à d'autres villes de la même taille, va continuer à développer son offre culturelle de manière éclectique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.