L’assainissement de la raffinerie Tamoil est garanti

Collombey (VS)Une convention, qui règle l’octroi d’une garantie financière pour Tamoil SA de 5,5 millions de francs, vient d’être signée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une convention a été signée entre l’Etat du Valais, la Commune de Collombey-Muraz et Tamoil SA. Elle fixe l’octroi d’une garantie financière à charge de la compagnie. Fixée à 5,5 millions de francs, elle couvrira les coûts d’assainissement des sols de cinq secteurs de la raffinerie. Mais aussi ceux de la surveillance de trois secteurs spécifiques à l’intérieur du périmètre; surveillance qui incombe à Tamoil durant dix ans.

Cinq millions et demi, ça parait peu. «Les pollutions justifiant la mise en œuvre de mesures d’assainissement sont en effet moins étendues que ce que pouvaient craindre les experts de Tamoil, au vu de l’âge de la raffinerie», précise Yves Degoumois, chef de la section sites pollués, déchets et sols du Service de la protection de l’environnement valaisan. «Selon les analyses, la raffinerie, active depuis les années 1960, est demeurée dans un bon état», ajoute Stéphane Trachsler, directeur de Tamoil SA. Pour ce dernier, la mise en œuvre des travaux d’assainissement «pourrait débuter lors du premier semestre 2017».

Dans quelle proportion? «Outre la surveillance globale du site, les cinq secteurs à assainir et les trois à surveiller spécifiquement sont répartis en trois groupes dans les zones des installations de raffinage, de traitement des eaux résiduaires ainsi que de stockage. Les surfaces correspondent au total à un peu plus de 2 hectares», détaille Yves Degoumois.

Toutes les parties se sont déclarées «pleinement satisfaites» par la conclusion de cet accord. La procédure judiciaire est éteinte pour ce volet du dossier.

La question du démantèlement en suspend

Si le volet assainissement du sol est de compétence cantonale, celui du démontage des installations de la raffinerie est communal. Une procédure devant les tribunaux était également en cours. «Elle a été suspendue, déclare Yannick Buttet, président de la Commune de Collombey-Muraz. Tamoil a fait preuve d’ouverture en permettant à notre expert neutre d’avoir accès à toutes les installations et aux documents.» Propos confirmés par Stéphane Trachsler.

L’expert, spécialisé dans les sites industriels, «devrait rendre son rapport à la fin du mois», complète Yannick Buttet. Au préalable, et bien avant que l’expert ne se mette au travail, l’estimation de la garantie financière du coût de démontage fixée par les autorités était de 22 millions de francs. Tamoil «a reçu une offre ferme d’un repreneur qui récupérerait tout l’acier, après avoir démonté toutes les installations. Une opération quasi blanche pour nous», indique Stéphane Trachsler. Rappelons que le délai pour que Tamoil se détermine sur le sort de la raffinerie court jusqu’à 2020.

Créé: 17.11.2016, 19h53

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.