Passer au contenu principal

L’avenir touristique des Mosses échauffe les esprits

L’exécutif sollicitait un crédit de 107'000 fr. pour étudier les besoins de la station. Des citoyens l’accusent de dilapider les deniers publics.

Quel avenir pour le plateau des Mosses? La Municipalité sollicitait 107'000 francs pour y réfléchir. Certains citoyens ne l'entendent pas de cette oreille.
Quel avenir pour le plateau des Mosses? La Municipalité sollicitait 107'000 francs pour y réfléchir. Certains citoyens ne l'entendent pas de cette oreille.
Odile Meylan - Archives

Depuis 1987, les esprits ont eu l’occasion de s’échauffer au sujet de l’avenir du plateau des Mosses. L’acceptation en 2015, après 25 ans d’âpres négociations, du plan cantonal 292A fixant les règles de développement touristique et de protection des marais augurait d’un climat de paix retrouvé. On repassera.

Mercredi dernier, la Municipalité d’Ormont-Dessous entendait demander à son Conseil communal un crédit de 107'000 fr. afin d’étudier les offres touristiques à créer aux Mosses. «Un groupe de travail s’était constitué en novembre dans ce but, explique la syndique Gretel Ginier. Des pistes intéressantes en étaient sorties, comme la création d’une piscine naturelle ou d’une piste de ski à roulettes. Ce crédit aurait dû permettre d'étudier la faisabilité de ces idées et d’esquisser un avant-projet.» A noter qu’Ormont-Dessus est engagé depuis plusieurs années dans un processus similaire, baptisé Vision 2025.

Mais la démarche a déplu à plusieurs citoyens qui ont écrit aux autorités pour les mettre en garde: «Ils nous accusent de gestion déloyale, de dilapider des deniers publics dans des projets privés», décrit la syndique.

Dans ce contexte tendu, la Municipalité a reporté sa demande de crédit. «Nous voulons laisser le temps aux conseillers de s’informer avant de voter.» Et vérifier la légalité du texte soumis aux voix: «Nous avons transmis notre préavis à nos avocats, ainsi qu’à la préfète du district d’Aigle. Tous nous ont confirmé sa conformité.»

Face à la violence des propos de ses détracteurs, l’exécutif envisage de déposer une plainte pour calomnie et diffamation. Les édiles se réuniront mardi matin pour en discuter. La demande de crédit sera à nouveau soumise aux élus le 22 juin. Sans modification.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.