La Belle Epoque fait son grand retour sur la ligne des Rochers-de-Naye

MontreuxLe groupe MOB relance ses trains historiques afin de répondre à la forte demande pour ces voyages issus d’un passé glorieux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sans les fastes de la Belle Epoque, la ligne de train des Rochers-de-Naye n’aurait jamais été construite, il y a 125 ans. Après avoir investi 50 millions de francs dans les infrastructures et les ouvrages d’art de ce chemin de fer, le groupe MOB veut renouer avec ce passé glorieux pour booster sa fréquentation. Afin de relancer sa ligne Belle Epoque disparue depuis de longues années, la compagnie vient de restaurer quatre voitures historiques construites entre 1892 et 1907, qui étaient restées inutilisées dans ses hangars. «Nous voulons répondre à la forte demande des touristes pour cette thématique, confie Hans-Ruedi Gerber, directeur marketing. A notre ère trépidante, il semble que les gens veulent de plus en plus se replonger dans cette période.»

Mais, à l’époque, sur la Riviera, seule la clientèle des palaces pouvait se payer le voyage de Naye. «C’était la destination des riches, rappelle Gabriel Rosetti, responsable voyageurs. Or, nous proposons désormais ce voyage à un prix abordable, même si un train Belle Epoque engendre des coûts plus importants, en raison entre autres de la présence de deux conducteurs.»

Sissi, cette traîtresse

Ancienne archiviste de Montreux, désormais à la tête des Archives hôtelières suisses, Evelyne Lüthi-Graf était du voyage inaugural jeudi. Elle applaudit des deux mains: «Il faut exploiter le patrimoine Belle Epoque de la Riviera, qui est le plus riche de Suisse. Au Bürgenstock (NI), des Qatariens ont investi un demi-milliard de francs pour des parcours sur cette thématique. Or, la région de Montreux à Lausanne est celle dans le pays qui dénombre le plus d’hôtels ayant préservé l’esprit de cette période. Car leurs propriétaires avaient moins de moyens qu’en Suisse alémanique pour renouveler leur mobilier.»

Et le tourisme marchait si fort alors sur la Riviera que François-Joseph Ier d’Autriche, époux de Sissi l’impératrice, régulièrement en séjour à Territet et à Caux, avait commandé une étude pour connaître les raisons de ce succès vaudois. «Celle-ci est peut-être à l’origine de l’élan du tourisme autrichien qui surpasse la Suisse», sourit Evelyne Lüthi-Graf. Mais le MOB ne tient pas rigueur à l’ex-impératrice. Parallèlement aux trains historiques, il a mis sur pied des journées sur les traces de Sissi. Au programme: visite du Jardin des roses à Territet, où trône sa statue, et du Caux-Palace, où elle a logé. Il est même prévu de déguster ses plats favoris, de la terrine de gibier suivie d’un suprême de volaille à l’estragon. (24 heures)

Créé: 30.06.2017, 07h15

Infos

Les trains Belle Epoque circuleront tous les jours du 3 juillet jusqu’au 3 septembre, puis les week-ends du 9 septembre au 1er octobre. Les journées sur les traces de Sissi sont prévues les 26 août, 2 et 9 septembre, ainsi que le 10 septembre.
Informations: 021 989 81 90
www.mob.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...