Bex veut supprimer un vieil impôt peu rentable

RecettesLa Municipalité propose au Conseil communal de biffer la taxe sur les divertissements et de ne pas augmenter l’impôt sur le revenu.

L'administration communale de Bex où siège la Municipalité.

L'administration communale de Bex où siège la Municipalité. Image: Chantal Dervey/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis quelques années déjà, les autorités bellerines envisagent de supprimer la taxe sur les divertissements. Elle a été instaurée il y a de très nombreuses décennies et était connue précédemment sous l’appellation droit des pauvres.

D’un taux de 10%, cet impôt s’applique sur les entrées payantes aux diverses expositions, concerts et autre manifestations. Peu rentable pour la commune, elle ne génère en moyenne annuelle, sur la dernière décennie, qu’une somme modique d’environ 1600 francs (hors les trois institutions bellerines: cinéma Grain d’Sel, Fondation des Mines de sel, Bex et Arts). «Ça ne représente rien par rapport à notre budget annuel, qui est de l’ordre de 36 millions de francs», relève Pierre Rochat, le syndic et argentier de la commune. N’empêche, l’abandon d’un impôt, si petit soit-il, donne un signal positif.

Les trois principaux pourvoyeurs de la vieille taxe sont donc Grain d’Sel (12 000 à 15 000 francs par an), la Fondation des Mines de sel (70 000 francs) et Bex et Arts, l’exposition triennale qui se déroule en extérieur au parc Szilassy (18 000 francs sur trois ans). Pour les deux premières institutions, la Commune ristourne déjà l’entier des produits de la taxe sous forme de subventions. Pour Bex & Arts, la somme triennale de 18 000 francs permettra une économie substantielle. La Municipalité explique dans son projet à destination du Conseil communal que ce cadeau pourrait alors permettre «de rediscuter le montant de notre subside annuel, lequel a été révisé à la hausse récemment». La participation communale à l’exposition contemporaine est en effet passée de 20 000 à 30 000 francs par an.

La Municipalité propose dans le même préavis de ne pas modifier l’impôt sur le revenu en 2019 et 2020, malgré l’introduction, dès le 1er janvier prochain, de la très redoutée 3e réforme de l’imposition des entreprises. Bex maintiendra donc la perception communale de 71 centimes par franc perçu de l’impôt cantonal de base. Le Conseil communal se déterminera lors de sa prochaine séance, le 12 septembre. (24 heures)

Créé: 10.08.2018, 17h26

Articles en relation

A Bex, deux visions d’avenir s’apprêtent à en découdre dans les urnes

Votation Le référendum sur la densification du quartier du Glarey génère une campagne centrée sur l’évolution du village. Face à face. Plus...

Un candidat Vert à la Municipalité de Bex crée la surprise

Complémentaire Quatre candidats briguent le siège du municipal PS Pierre Dubois, démissionnaire pour cause de santé. L’UDC renonce. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...