Bientôt deux nouveaux monuments historiques

PatrimoineLes cures d’Aigle et de Mont-la-Ville, d’importance cantonale, seront mises au bénéfice des plus hautes protections.

La cure d'Aigle pourrait trouver preneur.

La cure d'Aigle pourrait trouver preneur. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Canton projette de classer deux de ses cures: celle d’Aigle – la villa Souvenir –, et celle de Mont-la-Ville. L’annonce vient d’être faite dans la Feuille d’avis officiels. L’enquête publique court jusqu’au 18 janvier. Ces deux biens classés en note 2, d’importance cantonale, deviendraient monuments historiques et bénéficieraient des plus hautes mesures de protection nationale. Aucune atteinte ne pourrait alors leur être portée. «Le territoire cantonal compte 216 cures, dont une cinquantaine sont classées au titre de monument historique, pour tout ou partie du bâtiment (façade, toiture, boiseries, etc.)», informe-t-on à l’État, qui en possède 136. Certaines sont louées à des particuliers.

Six «maisons de pasteur» sont à vendre, dont les deux à l’enquête. «Elles ne répondent plus aux besoins de l’Église réformée vaudoise. Construites ou acquises après 1845, ces biens ne présentent pas de valeur historique prépondérante, n’appartenant pas au corpus des cures édifiées par les autorités bernoises ou vaudoises entre 1536 et 1845», dit-on au Canton, qui espère engranger entre 6 et 8 millions de francs. En 2006, la cession de 18 maisons de pasteur avait généré quelque 16 millions de francs («24heures» le 21 mars). Aucune autre décision de classement n’est planifiée.

Aigle la veut

La belle villa Souvenir, à la place Frédéric-Rouge, proche de la gare d’Aigle, a été construite en 1898 pour la famille Pichard. On ignore qui l’a dessinée. L’Association évangélique de l’Église libre d’Aigle l’acquiert en 1945 et en fait son presbytère. Elle possède déjà une chapelle construite en 1863 à Aigle, sans doute née du crayon de l’architecte Samuel Késer, à qui l’on doit, parmi beaucoup d’autres, l’église orthodoxe et le Théâtre de Vevey, et la chapelle Nagelin, à Bex.

La villa Souvenir, qui se dresse sur quatre niveaux, est empreinte d’éléments néoclassiques avec cordons, niches, frises. Coiffée d’une toiture à la Mansart, elle est estimée en bon état autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Ses aménagements, d’origine, comportent boiseries, parquets, cheminées, grands escaliers, huisseries et vitraux. Le Canton l’achète en 1969 et y conduit des travaux de rénovation ? réfection de la toiture et de façades ? un an plus tard.

La Municipalité d’Aigle a déjà émis le vœu d’acquérir la villa. Pour quelle affectation? «À terme, nous aimerions y installer une crèche si le besoin venait à se faire sentir ces prochaines années», déclare le syndic Frédéric Borloz.

Heimatstil

La pittoresque cure de Mont-la-Ville, village au nord du district de Morges, a été bâtie entre 1911 et 1912 au cœur d’un grand jardin arborisé. Ses plans sont l’œuvre de Samuel Marmillod-Droguet, alors architecte adjoint de la Ville de Lausanne. Typique Heimatstil, l’ancienne maison de pasteur sur quatre niveaux possède un rez-de-chaussée en pierres apparentes, ses encadrements sont en calcaire jaune du Jura. Ici encore, de nombreux aménagements d’origine ont été conservés en bon état: boiseries, planchers, menuiseries.

Pas suffisant pour un achat par la Commune. «Nous avons déjà annoncé à l’État que nous n’étions pas intéressés. Nous avons d’autres projets à mener dans notre village», déclare le syndic Patrick Agassis.

Sources: Division monuments et sites, Noémie Descœudres, Ulrich Doepper, Benoît Dubosson.

Créé: 07.12.2019, 09h02

Très chère cure de Rougemont

Députée UDC du Pays-d’Enhaut, Céline Baux a interpellé cette année le Conseil d’État au sujet de la cure de Rougemont. «Elle est classée en note 2 au recensement architectural et située à l’entrée de l’un des plus beaux villages de notre canton, non loin de son château et de son église.» L’ancienne maison de pasteur, propriété cantonale, est inhabitée de longue date. La Commune, de son côté, n’a pas l’intention de l’acheter, dit-on à l’Administration communale.

Pour le coup, Céline Baux a demandé au gouvernement s’il avait l’intention de louer le bien. C’est le cas. Nonobstant la volonté de valoriser cette propriété, l’État dit devoir trouver préalablement le financement pour assainir toutes ses cures. C’est aussi une question de la députée. Or, selon des variantes d’interventions étudiées, le Conseil d’État indique que les coûts, rien que pour l’extérieur – façades, volets, fenêtres –, sont compris entre 300000 et 600000 fr. «L’intérieur, très vétuste, nécessite une rénovation complète des boiseries, des revêtements de sol, ainsi que des sanitaires et de la cuisine», souligne le gouvernement.

Outre Rougemont, Céline Baux souhaitait savoir si d’autres cures cantonales nécessitaient aussi des rénovations lourdes. Plusieurs sont clairement concernées. «Arzier, Denezy et Dommartin sont pour l’heure vacantes, car dans un état qui ne permet plus leur relocation immédiate. D’autres, comme celles d’Épalinges, de Commugny, de Vufflens-le-Château et de Bière, ont besoin d’importantes rénovations pour être maintenues sur le marché locatif. Or ces rénovations dépassent le cadre des disponibilités du budget de fonctionnement de la Direction générale des immeubles et du patrimoine. Dès lors, une réflexion est portée sur la manière de financer ces gros travaux d’entretien», détaille le Conseil d’État.

Articles en relation

La cure Notre-Dame de Vevey cherche des fonds en urgence

Patrimoine Le chantier doit être entamé au plus vite pour préserver ce joyau. Mais il manque 1 million de francs sur les 3 millions que coûteront les travaux. Plus...

Six cures mises en vente par le Canton

Patrimoine L’État espère tirer entre 6 et 8 millions en vendant ses maisons de pasteurs. Ce produit devrait servir à entretenir ses autres demeures historiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.