Des bières féministes pour financer la grève du 14 juin

MilitantismeEn vue de la grève des femmes, des illustratrices ont créé des étiquettes uniques. Qui pourraient devenir pérennes

La série de bière

La série de bière "spéciale grève des femmes". Image: SARAH_VEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Desperadas» ou «Heinebarbie». Ces noms renverront aisément vers des marques de bières, mais féminisés avec un clin d’œil humoristique. Ce sont des exemples d’étiquettes de bières créées par des illustratrices – essentiellement de Vevey, mais également d’ailleurs dans le canton – pour récolter des fonds en vue de la prochaine grève des femmes. Elles portent des dessins variés, comme des jambes en porte-jarretelles, mais poilues, ou un «ventre à bière», sans oublier un mollusque, accompagné de la phrase «Vive les moules». «Un boulot génial, engagé et plein d’humour», se réjouit Valentine Paley, initiatrice du projet. Chaque étiquette est une pièce unique, réalisée à la main puis collée sur une bouteille de bière arborant capsule violette, référence au 14 juin oblige.

La jeune danseuse et chorégraphe a eu cette idée en cherchant des sources de revenus pour financer le matériel nécessaire à la grève (banderoles, flyers, mais aussi patentes pour les stands). «Cela me semblait paradoxal de demander à des femmes artistes de travailler gratuitement en vue de la grève. Mais je leur ai envoyé des étiquettes vierges, avec des enveloppes timbrées pour me retourner leurs œuvres. Ainsi, elles pouvaient les dessiner selon leur disponibilité, sans obligation.»

Dix-sept artistes ont joué le jeu, parmi lesquelles les Veveysannes Nana (primée en 2016 par le Comité finnois de l’art littéraire, son pays d’origine), Maude Gyger, Tami Hopf, Anaëlle Clot ou Milena Buckel pour n’en citer que quelques-unes. Un réseau d’illustratrices facile à joindre pour Valentine Paley, également programmatrice pour le festival PictoBello.

La bière (une Pale Ale) est offerte par la Brasserie du Haut-Lac «qui a eu la générosité de nous soutenir», souligne Valentine Paley. Pour ces pièces uniques faites main, le prix est libre (mais conseillé à 10 fr.). L’entier des premières pièces collectors (46) a été vendu lors d’une précédente action. Si bien qu’une deuxième production d’une vingtaine d’autres sera en vente ce samedi. Un succès qui a accroché l’intérêt, notamment via les réseaux sociaux: «Des bistrots ont appelé la Brasserie du Haut-Lac, car ils voulaient pouvoir en vendre dans leurs établissements! Ils n’avaient pas compris que c’étaient des pièces uniques. Si bien que nous réfléchissons à peut-être reproduire ces étiquettes en impressions à l’avenir.»

Créé: 25.05.2019, 10h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.