Dans ce bois, le rocher pleure et l’amour est roi

L'esprit des forêtsLa forêt du Scex que Plliau au-dessus de Montreux est connue pour sa légende. Un lieu à visiter.

Aujourd’hui encore, le Scex que Plliaud verse parfois une larme. Pour le plus grand bonheur de Marcel Lacroix.

Aujourd’hui encore, le Scex que Plliaud verse parfois une larme. Pour le plus grand bonheur de Marcel Lacroix. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En ce lieu merveilleux, l’âme la plus désolée saura se consoler. Et ce n’est pas en raison du fort courant tellurique – attesté par un expert de l’EPFL – qui le traverse. Sur les hauts de Montreux, au cœur de la forêt surplombant le hameau de Chaulin, le Scex-que-Plliau – en patois, le rocher qui pleure ou qui pleut – sert de cadre à une belle légende: l’histoire d’amour contrariée entre le fils du Baron de Chaulin et une paysanne. Le paternel n’aurait autorisé cette union à la seule condition que le rocher verse une larme. Jadis, le Scex-que-Plliau s’est donc contre toute attente mis à perler, engendrant un mariage magnifique et bombances dans tout le pays. Aujourd’hui encore, cet immense bloc de tuf calcaire lâche parfois encore, au gré de ses humeurs, quelques gouttes de bonheur, au milieu d’une forêt d’arbres plus que centenaires. Des hêtres, des épicéas, des frênes ou encore des sapins blancs, dont la force est tout aussi communicative.

Ce cadre idyllique ne cesse d’émouvoir Marcel Lacroix, chef de la voirie, des forêts et des jardins montreusiens: «Je suis sûr qu’Albert et Joliette, les deux amoureux, ont eu beaucoup d’enfants», sourit-il. Et il ne manque pas d’arguments pour étayer cette thèse: la forêt du Scex-que-Plliau appartient à de nombreux propriétaires, exclusivement des particuliers. La plus petite parcelle forestière y mesure… 4 m2, alors qu’une autre d’une surface de 17 m2 est en main de… onze propriétaires. Seule la route qui traverse la forêt, reliant Chaulin à Blonay, via un pont en bois sur la rivière Baye de Clarens, est en mains communales.

L’endroit légendaire a été mis en lumière lors de la Fête des Narcisses de Montreux de 1904, puis en 1982 au travers d’un opéra avec des textes d’Henri Debluë, une musique de Michel Hostettler et une mise en scène de François Rochaix, tous connus entre autres pour leurs contributions à la Fête des Vignerons de Vevey.

Pour se rendre au Scex-que-Plliau, un itinéraire pédestre relie la gare de Chernex à celle de Blonay, via Chamby.

On peut aussi prendre le train MOB de Montreux jusqu’à Chamby, puis descendre jusqu’à Chaulin par la route avant de remonter vers la forêt depuis l’auberge, dont une façade est garnie d’une peinture de 1929 illustrant la légende du Scex-que-Plliau.

«Il s’agit alors de gravir avec courage la côte et d’apprécier avec délectation la fraîcheur de l’entrée dans la forêt», conseille Marcel Lacroix. Le chemin forestier conduit ensuite, à plat, le promeneur vers le site du mythique rocher. D’une hauteur de 20 mètres, celui-ci grandit avec le temps. Car il s’est édifié avec des dépôts de graviers et se consolide avec le calcaire de ses propres larmes. Ce monolithe insolite laisse circuler l’eau entre ses couches, formant des stalactites cylindriques. Par le passé, les gens créaient des colliers avec les perles de calcaires, naissant sur le rocher. Les plus courantes sont blanches. D’autres, plus rares, sont vertes. La couleur de l’espoir. (24 heures)

Créé: 16.07.2017, 10h03

Situation


Une des façades de l’Auberge de Chaulin, en aval de la forêt du Scex-que-Plliau, est garnie d’une peinture de 1929 illustrant la légende du lieu.


Une borne marque la plus petite parcelle de la forêt.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...