Un «bon hiver» mais hautement imprévisible

Alpes vaudoisesNeige abondante, tempêtes, grisaille: la saison a connu de multiples rebondissements. Bilan d’un exercice enfin «normal».

Les pistes de Villars (photos), Gryon et des Diablerets ont accueilli 31% de skieurs en plus, par rapport à l’hiver dernier.

Les pistes de Villars (photos), Gryon et des Diablerets ont accueilli 31% de skieurs en plus, par rapport à l’hiver dernier. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Normal.» Alors que les principaux domaines skiables vaudois ferment dimanche, l’adjectif utilisé par les acteurs touristiques pour qualifier l’hiver écoulé semble presque péjoratif. Après trois saisons difficiles, il prend une signification plus réjouissante: «Si on compare cet hiver au précédent, on progresse de 15 à 25%. On retrouve simplement les chiffres d’il y a cinq ou six ans, résume Didier Oppliger, directeur de l’Association touristique Aigle-Leysin-col des Mosses. Cela dit, je signe immédiatement pour un nouvel hiver comme celui-ci!» «On est nettement en dessous des records de 2008-2009, mais dans le tir de 2012-2013, le dernier «bon» hiver que nous avons vécu», ajoute Pierre Besson, directeur de Télé Villars-Gryon-Les Diablerets.

Ces derniers mois ont été marqués par des conditions météo changeantes. Les premières chutes de neige ont permis une ouverture des pistes en fanfare, avant les Fêtes. Et l’abondance de l’or blanc promettait un exercice record. Mais la tempête «Eleanor» a frappé, les 4 et 5 janvier. «Notre domaine skiable a été fermé cinq jours en période de forte affluence, rappelle Jean-Marc Udriot, directeur de Télé Leysin-Les Mosses-La Lécherette (TLML). Rien qu’aux Mosses, c’est une perte de 15 000 journées-skieurs pour nous.»

Soleil discret en week-end

Les week-ends maussades se sont enchaînés. «Le déroulement du Festival international de ballons résume l’hiver, observe Frédéric Delachaux, directeur de Pays-d’Enhaut Tourisme. On a pu voler sept jours sur neuf. Mais le premier samedi et le deuxième dimanche ont offert des conditions catastrophiques.»

Le mauvais temps a ainsi profité aux infrastructures intérieures – piscines, patinoires, etc. «Tout le monde a pu travailler alors qu’en cas de beau temps, la fréquentation se concentre souvent sur le domaine skiable», note Didier Oppliger. Équipée de ses bains flambant neufs, Villars a le sourire: «Cette offre a cartonné. En raison du mauvais temps, mais pas uniquement, observe Sergei Aschwanden, directeur de l’axe Bex-Villars-Gryon-Les Diablerets. Entre janvier et mars, nous avons enregistré autant d’entrées qu’entre avril et décembre.»

Mais au final, tous les acteurs confirment l’embellie. TLML annonce ainsi une progression de 20% de son chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier «et de l’ordre de 10 à 15% sur la moyenne des sept derniers hivers». À Villars-Gryon et aux Diablerets, la hausse atteint 31%, «quand bien même nous étions privés d’Isenau», souligne Pierre Besson.

Président des hôteliers leysenouds, Jean-Claude Bonelli enregistre pour sa part une hausse de fréquentation de 8% dans ses établissements – le Central Résidence et le Classic. «On avait moins souffert que les remontées mécaniques, ces dernières années. Mais avec toute cette neige, nos clients repartent avec le sourire. Ça ne fera pas tout de suite oublier les hivers précédents, mais ils reviendront l’an prochain.»

Le glacier «mitigé»

Les derniers mois ont été un peu plus difficiles à vivre pour Glacier 3000. Alors que la saison s’y poursuit jusqu’au 6 mai, son directeur, Bernhard Tschannen, évoque un bilan intermédiaire «mitigé»: «Les conditions ont été difficiles au niveau du ski. Nous avons encore 10 m de neige sur le glacier. Et le vent n’a pas aidé. Mais nous avons bien travaillé avec les groupes et les piétons, une clientèle en hausse de 30%.»

Quid de l’impact du Magic Pass? «Il est encore trop tôt pour savoir dans quelle mesure il contribue à ces bons résultats», répond Jean-Marc Udriot. Mais l’avis est unanime: cette nouvelle offre fait déjà sentir ses effets. «Les hôteliers n’en profitent pas directement puisqu’elle vise les pendulaires, mais le monde attire le monde et il a donné de la vie à la station», se réjouit Dominique Dietrich, directeur de l’Eurotel Victoria à Villars. Sergei Aschwanden confirme: «On a pu voir pas mal de plaques fribourgeoises à Villars. Des clients clairement amenés par le Magic Pass.»

«Dès les premières neiges, les détenteurs ont voulu en profiter, ce qui a permis à la saison de commencer fort, relève Didier Oppliger. L’autre effet positif est que ceux qui l’ont pris ont un peu «oublié» l’avoir payé. N’ayant pas à débourser pour un forfait à la caisse, ils étaient plus enclins à dépenser dans les commerces.» Les chiffres (+12%) annoncés par les restaurateurs installés sur les pistes leysenoudes semblent valider cette thèse.

Le sésame a-t-il toutefois pénalisé les hébergeurs? «Peut-être qu’en fin de saison, certains ont préféré passer un jour à Villars et un autre en Valais, plutôt qu’un week-end entier au même endroit. Mais c’est un sentiment difficile à confirmer», répond Dominique Dietrich. Jean-Claude Bonelli en est, lui, convaincu: «On doit continuer à travailler pour attirer également les hôtes étrangers. Et pour cela, il faut maintenir et développer les offres qui sont adaptées à cette clientèle et non les enterrer au profit du Magic Pass, comme certains le voudraient.» (24 heures)

Créé: 13.04.2018, 19h50

Articles en relation

Cinq stations vaudoises sur la trace du ski low-cost

Tarification Encouragées par les résultats du Magic Pass, de nouvelles stations viendront grossir l’offre l’hiver prochain. Plus...

Le Magic Pass ramène sur les pistes 25% de clients en plus

Tarification Fréquentation en hausse et objectifs financiers atteints: le forfait à prix cassé a réussi son pari. Reste à savoir si ce bel hiver n’a pas faussé la donne. Plus...

Après l’hiver inespéré, la Braye doute de son avenir

Chateau-d'Oex Le domaine skiable damounais a pu rouvrir in extremis en décembre. Mais sa survie reste hypothétique. Plus...

Les Mosses ne joueront pas les prolongations à Pâques

Alpes vaudoises La saison s’achève le lundi de Pâques dans la station. Un habitant s’en offusque, Télé-Leysin-Les Mosses-La Lécherette SA répond. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.