Passer au contenu principal

La canicule s’invite à Vevey, les brumisateurs aussi

Des mesures sont prises à l’extérieur et à l’intérieur de l’arène veveysanne.

Plusieurs points d’eau font partie de l’arsenal de la Fête pour lutter contre les grosses chaleurs.
Plusieurs points d’eau font partie de l’arsenal de la Fête pour lutter contre les grosses chaleurs.

La canicule du mois de juin, les acteurs-figurants l’ont vécue dans l’arène, répétant un même tableau. Ils y ont trouvé l’expérience pour le nouvel épisode de niveau 3 qui s’annonce cette semaine et, Fête des Vignerons oblige, un certain sens de la parade: «Ici, on sait s’hydrater.» Mais, au cas où, tous ont reçu un petit mémo sur leur téléphone avec les bons conseils des organisateurs. «La plupart d’entre eux ne font qu’un passage, ce qui n’est pas le cas des choristes, l’attention est donc plus marquée pour ces derniers», note Frédéric Hohl, directeur exécutif d’un événement qui a déjà accueilli 200'000 personnes sur quatre jours.

Les mesures de prévention intensifiées à l’extérieur; une fois dans l’arène, le public, attendu à 11 heures ce mardi, puis à 21 heures jeudi et vendredi, aura droit à de petits coups de brumisateur. Une expérience testée dimanche dernier qui a fait ses preuves, pour Frédéric Hohl: «Nous allons équiper les 200 Étourneaux-placeurs et nous allons également laisser ouverts les bars de l’arène pendant le spectacle.» Sauf qu’il en coûte 5 francs pour une petite bouteille d’eau! «À un moment donné, même 1 franc, c’est trop cher, tranche Frédéric Hohl. Mais, contrairement à certains concerts, ici chacun peut entrer dans l’arène avec sa bouteille, pour autant qu’elle ne soit pas en verre, et il y a des points d’eau pour se réapprovisionner. Mais dans le cas d’une canicule extrême, et si cela devait devenir une question de santé publique, on ne discute pas: les bouteilles seront gratuites pour tout le monde.» Suivant l’empreinte du mercure sur le thermomètre, d’autres mesures pourraient être activées, dont le report du spectacle à une heure plus clémente mais, ajoute le directeur exécutif, «seulement si l’on est convaincu après concertation avec MétéoSuisse que le ciel pourrait se couvrir».

Du côté des étables du jardin Doret, pas de brumisateur mais des compléments alimentaires livrés spécialement pour compenser la perte de carbonate. «La température idéale pour une vache, c’est 8 degrés et, à partir de 22 degrés, elle peut être en stress thermique», explique le responsable des écuries, Norbert Penel. Mais tout est fait pour évacuer le risque, deux puissants ventilateurs tournent, réglés en fonction des variations de température, et la quarantaine de vaches passent deux fois par jour à la douche

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.