Des cartes à gratter jugées obsolètes

RivieraUn élu de Corsier, également hôtelier, souhaite que l’on offre la gratuité partielle du parking aux touristes. Ou que l’on invente un système plus adapté

Place du marché à Vevey.

Place du marché à Vevey. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

André Goy gère un Bed and Breakfast à Corsier-sur-Vevey. Il est également conseiller intercommunal de l’Association sécurité Riviera (ASR). A ce double titre, il a interpellé récemment l’exécutif de l’ASR au sujet de cartes à gratter «style Tribolo», se gausse-t-il. Mises en service en 2009, elles ont un usage très spécifique.

«Allez faire comprendre à des touristes étrangers qu’ils doivent gratter l’année, le jour, le mois, mais encore écrire à la main le nom de l’hôtel et le numéro de la chambre»

«Il s’agit de cartes achetées par les hôteliers de la Riviera qui ne disposent pas de places de parking. Elles sont dévolues aux touristes qui viennent en voiture. Disponibles à la réception de l’hôtel, elles coûtent 8 francs, sont à usage unique, pour des horaires précis: de 17 h à midi le lendemain», détaille André Goy. Il estime que le principe, même s’il est avantageux pour les clients, est trop compliqué à utiliser.

«Allez faire comprendre à des touristes étrangers qu’ils doivent gratter l’année, le jour, le mois, mais encore écrire à la main le nom de l’hôtel et le numéro de la chambre. Ça ne fonctionne pas. Du reste, seules quatre ou cinq communes de la Riviera les vendent. Moi, j’en ai acheté cinq au début. J’en ai vendu une et offert une autre», poursuit l’élu qui a interpellé l’exécutif de l’ASR sur le sujet. «J’ai essuyé une fin de non-recevoir en plénum», regrette le Corsiéran.

«Le système fonctionne plutôt bien et c’est moins difficile à utiliser et expliquer que Monsieur Goy le dit, assure Bernard Degex, président de l’ASR et municipal à Blonay. Par ailleurs, la politique de parcage fait partie de l’autonomie communale et il appartient donc à chaque Municipalité de dire si elle souhaite conserver ou non ces cartes à gratter. Du reste, Saint-Légier va s’y rallier en juillet», dit encore Bernard Degex.

Système obsolète

Qualifiant le principe du grattage «d’obsolète», André Goy estime que ces cartes «ne répondent plus à l’évolution technologique des systèmes actuels de paiement de parking». Bernard Degex le rejoint sur ce point «Nous pourrions en effet adjoindre un code unique pour ce paiement spécifique aux touristes sur le système Park Now, application que nous avons mise en vigueur pour le stationnement général sur la Riviera.»

André Goy présente encore un argument de poids, celui des finances. «Les revenus sont en chute libre. Le rapport de gestion de 2016 indique que nos cartes à gratter ont rapporté, pour l’ensemble de la Riviera, 3048 francs.» Dès lors, l’élu-hôtelier propose à l’ASR d’appliquer la gratuité pour le parcage des automobiles des touristes étrangers de 17 h à midi le lendemain. «Là encore, c’est aux communes de se positionner», répond Bernard Degex. (24 heures)

Créé: 18.05.2017, 18h23

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...