«Cette loi permet de ramener ce marché à des valeurs de proximité»

Loi sur les jeux d’argentSelon Jérôme Colin, directeur du Casino de Montreux, l’enjeu se trouve dans le prélèvement social sur les jeux.

Pour Jérôme Colin, directeur du Casino de Montreux, la loi permettrait de ramener le marché du jeu en ligne «à des valeurs de proximité».

Pour Jérôme Colin, directeur du Casino de Montreux, la loi permettrait de ramener le marché du jeu en ligne «à des valeurs de proximité». Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Canton de Vaud accueille deux des principaux acteurs des jeux de hasard en Suisse: la Loterie Romande, en mains publiques, et le Casino de Montreux, qui dépend du groupe français Barrière. C’est le numéro un en Suisse, avec un produit brut des jeux de 85 millions de francs (lire en encadré). L’enjeu est important, à un mois du vote sur la loi fédérale sur les jeux d’argent.

Sondage: Qu'allez-vous voter le 10 juin?

Le texte prévoit notamment de bloquer les sites étrangers de jeux en ligne et de n’autoriser que les sites de jeux en ligne appartenant à des casinos suisses. Le point avec Jérôme Colin, directeur du Casino de Montreux.

– Quel est l’enjeu de ce vote pour un directeur de casino?
– Les casinos et les loteries sont unis, ce qui est relativement rare. Nous nous devions de nous unir, car le sujet est d’utilité publique, avec des enjeux sociaux et économiques très importants. Laisser la part à des opérateurs étrangers sur Internet nous paraît dangereux et non conforme à ce qui est demandé aux casinos pour l’obtention des concessions. Je parle principalement de la prévention contre le jeu excessif et des règles de taxation.

– On comprend l’argument social de la part des loteries publiques. Mais, pour vous, l’enjeu est surtout financier.
– Entre notre produit brut des jeux et notre chiffre d’affaires net, il y a un prélèvement de 40 millions de francs dont bénéficient l’AVS et l’AI. Cette taxation, très forte, c’est bien du social. Le Casino de Montreux, c’est aussi la fondation Barrière, à laquelle nous versons 1,2 million de francs par an pour le sport, le social et la culture.

– Comment évoluera votre résultat si la loi est refusée?
– Très honnêtement, je ne pense pas que cela changera notre chiffre d’affaires. Aujourd’hui, les opérateurs étrangers sont présents et le refus de la loi ne changerait pas cette donne-là.

– Alors, en cas d’acceptation de cette loi, quels sont vos projets pour le jeu en ligne?
– Nous ne savons pas comment seront gérées les licences. Nous avons benchmarké (Ndlr: comparé) ce qui se fait en Europe. Le groupe Barrière a travaillé sur une plateforme en ligne. Nous avons un socle à mettre au goût du jour selon le vote.

– On peine à croire qu’il n’y ait pas de projet plus avancé.
– Je vous ai répondu très honnêtement. Nous avons l’habitude de ne pas travailler dans la précipitation. Nous ne faisons pas la course au premier, mais au meilleur. Certains ont déjà fait des jeux en ligne, des projets sans intérêt pour représenter notre établissement. Le Casino de Montreux sur Internet, ça doit être un design beau et travaillé, des partenariats avec des institutions locales qui représentent Montreux.

– Que répondez-vous aux opposants, selon qui cette loi «représentera un monopole des casinos sur Internet avec le soutien de l’État»?
– Oui, cette loi représentera un monopole des casinos sur les jeux en ligne en Suisse. Mais les principales entreprises sur le Net, beaucoup plus puissantes que les groupes de casino, ont une emprise totale sur le marché, un monopole quasi mondial. Cette loi permet de ramener ce marché à des valeurs proches, de proximité. Ce qui est rassurant, c’est que nous sommes un opérateur suisse, que nous contribuons au développement d’activités en Suisse, sur un marché où nous sommes impliqués et où la régulation permet de connaître précisément où passent les fonds.


«Attention à l’argument de la morale»

S’attaquer à la loi sur les jeux d’argent, ça ne signifie pas attaquer les casinos. C’est l’avis de la conseillère nationale Vert’libérale vaudoise Isabelle Chevalley. «Nous ne mettons pas en cause les casinos ni la redistribution pour le social et le sport, explique-t-elle. Les casinos et les loteries aimeraient récupérer les recettes qui partent à l’étranger. Je peux le comprendre, c’est du business. Mais bloquer des sites étrangers pour des questions de morale, ça ne va pas. Quelle sera la suite au nom de la morale? Il faut au contraire les encadrer et les taxer.» L’argument social et de proximité, utilisé par le directeur du casino vaudois, fait «sourire» Isabelle Chevalley. «Si les partisans de la loi se rendent sur le terrain social, cela peut amener à d’autres mesures. Les jeux d’argent, ce ne sont souvent pas les riches qui y jouent. Si c’est du social qu’ils veulent faire, il faut lancer une enquête sur les jeux d’argent, voir quelle classe est la plus impactée.» (24 heures)

Créé: 14.05.2018, 07h30

Les chiffres du casino vaudois

Le Casino de Montreux est celui qui affiche le plus important produit brut des jeux de Suisse. Le produit brut des jeux, c’est la différence entre les mises des joueurs et leurs gains, ce qui revient au casino. À Montreux,
ce chiffre avoisine 85 millions, dont 72 pour les machines à sous. Sur ce montant, 45 millions (environ 54%) sont reversés à l’AVS et à l’AI. Le chiffre d’affaires net du casino se monte à 40 millions de francs. S’y ajoutent 6 millions pour la restauration et les autres activités. Le résultat net de l’établissement est d’environ 12,5 millions. Il compte environ 200 employés et accueille 1600 clients par jour. M.SL/F.GD

Articles en relation

Qu'allez-vous voter le 10 juin?

Sondage L’initiative dite Monnaie pleine et la loi fédérale sur les jeux d’argent sont les deux objets soumis au peuple. Participez au 2e sondage Tamedia! Plus...

Duel sur la loi touchant les jeux d’argent

Votation fédérale du 10 juin Les partisans de la loi invoquent le bien public. Les opposants y voient un projet liberticide. Notre face-à-face sur ce sujet chaud. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...