Plus de cent squelettes exhumés à Saint-Maurice

ArchéologieLes spécialistes annoncent que des vestiges d’église mis au jour sont contemporains de la construction de l’Abbaye.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des techniciens s’affairent à pas feutrés sur les fouilles au chemin des Condémines, à 300 m du complexe monastique de Saint-Maurice et sa célèbre abbaye. Certains prennent et communiquent des mesures, quand deux jeunes femmes accroupies dessinent des squelettes sur des photos. Ces spécialistes s’affairent depuis quelques semaines sur un terrain qui jouxte l’extérieur d’une ancienne chapelle funéraire de 19 m sur 14 m découverte par l’archéologue Louis Blondel en 1951. À l’époque, une quarantaine de tombes avait été mise au jour.

À l’extérieur du mur d’enceinte de la chapelle de cette église, on note une extension conséquente du cimetière – découverte lors de l’excavation, prémices d’un futur bâtiment. Déjà une centaine de squelettes ont été découverts. «Et ce n’est pas fini. Il y en a d’autres dessous», annonce la responsable du chantier, Marie-Paule Guex, archéologue de la société sédunoise TERA, mandatée par l’État du Valais. Certains squelettes sont à même le sol, d’autres reposent sous des dalles attendant d’être dévoilés. Celui d’un adulte très bien conservé et à la dentition irréprochable avoisine celui d’un adolescent en phase de croissance.

Selon Ludovic Bender, docteur en archéologie chez TERA – qui fait part d’une «découverte majeure» – les corps ont été successivement empilés sur quatre ou cinq niveaux. Documentés et catalogués sur place, ils seront extraits du terrain puis stockés à Sion. Certains seront datés grâce à la technique du carbone 14, avec une attention plus particulière sur ceux qui étaient le plus profondément enterrés.

Si aucune relique, parement ou bijou n’accompagne les vestiges des défunts, les archéologues ont fait d’autres découvertes d’importance. «Nous avons des fragments de tuiles et des sédiments de l’époque de la construction qui date des VIe et VIIe siècles. Des tessons de céramiques assez peu courants, un cure-oreille en bronze. Mais aussi une colonne de marbre et des morceaux de sols de couleur rouge près du porche similaires à ceux du complexe monastique», détaille Marie-Paule Guex.

Peut-on dès lors en déduire que les deux édifices ont été construits à la même période, celle du haut Moyen Âge? «C’est en effet très plausible», relance Ludovic Bender. Surtout, l’archéologue note que «ces découvertes complètent de manière importante notre connaissance topographique de Saint-Maurice, foyer religieux considérable pour toute l’Europe. Cela nous donne une vision plus claire des complexes funéraires édifiés durant le haut Moyen Âge, en limite des bourgs.»

Visites publiques

«Tout cela confère l’importance déterminante de Saint-Maurice dans l’histoire de la chrétienté, aussi un des pôles de l’archéologie valaisanne», rappelle François Mariéthoz, archéologue cantonal adjoint de l’État du Valais.

L’église aux Condémines que Louis Blondel – qui pensait, en 1951, avoir identifié comme Notre-Dame Sous-le-Bourg – a été démantelée en 1299. «Une autre a été reconstruite avec les mêmes matériaux, mais plus proche du centre du bourg», révèle encore Ludovic Bender. L’équipe d’archéologues en a «sans doute pour plusieurs mois sur place avant de refermer le site», estime Marie-Paule Guex. Plus tard, un immeuble sera érigé sur ces décombres historiques.

«Ces découvertes importantes permettent à notre service de connaître et de diffuser des informations majeures. Les visites du chantier, tous les mercredis de 17h à 18h, permettent quant à elles de répondre aux questions des personnes intéressées et susciter l’intérêt de la population pour la recherche archéologique», conclut François Mariéthoz.

Créé: 16.05.2019, 19h17

Articles en relation

La maison d’enfance de Mix & Remix cachait un cimetière

Archéologie Plusieurs dizaines de tombes ont été mises au jour à Saint-Maurice, là où se dressait il y a peu la «villa Becquelin». Plus...

Saint-Maurice a aussi son épine de la sainte Couronne de Notre-Dame

Le Matin Dimanche L’abbaye valaisanne vénère le pieux objet, offert par saint Louis, en 1262, en remerciement pour un don de reliques de Maurice d’Agaune. Plus...

Une cotte de mailles gauloise analysée au scanner

Archéologie Une rare découverte faite au Mormont a été étudiée au scanner et reconstruite en 3D. Une avancée majeure pour la recherche, exposée ce week-end à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...