Passer au contenu principal

César Ritz affirme son rôle de formateur en cuisine

L’école hôtelière mise sur la gastronomie pour attirer des étudiants et vient d’inaugurer son ambitieux centre d’études.

Le clou du bâtiment, cette cuisine Franck Giovannini, avec, au centre, une table de cuisson à toutes les énergies possibles, puis un deuxième cercle pour préparer le froid, et un bar pour les clients qui reçoivent directement leur assiette. L’espace n’est pas ouvert au public, sauf pour des événements particuliers.
Le clou du bâtiment, cette cuisine Franck Giovannini, avec, au centre, une table de cuisson à toutes les énergies possibles, puis un deuxième cercle pour préparer le froid, et un bar pour les clients qui reçoivent directement leur assiette. L’espace n’est pas ouvert au public, sauf pour des événements particuliers.
NUNO ACÁCIO/SWISS EDUCATION GROUP

«Nous nous sommes fixé un challenge ambitieux: faire de la Suisse une référence mondiale en termes de formation culinaire.» Florent Rondez, le patron de Swiss Education Group – qui a racheté le collège César Ritz, au Bouveret, il y a huit ans – veut avoir un coup d’avance. En inaugurant mardi l’Apicius, son centre de formation culinaire ultramoderne, l’institut chablaisien s’est donné les moyens de participer à ce pari. Un bâtiment à six millions de francs, trois autres millions pour l’équipement, de quoi faire étudier simultanément sept classes d’élèves dans autant de cuisines bien équipées.

«Nous ne formons pas des cuisiniers, rappelle le CEO, mais des chefs entrepreneurs, qui vont lancer ou gérer des restaurants modernes. Et c’est bien notre problématique de tous les jours, nous devons être en avance sur les futurs besoins de nos étudiants.» L’ancien élève de l’École hôtelière de Lausanne rappelle combien cette dernière a fait pour placer la Suisse au centre de la formation hôtelière internationale. Face à Lausanne, face à Glion, le Swiss Education Group se targue d’être le plus gros établissement privé dans le domaine, avec ses cinq écoles sur sept campus et ses 6000 étudiants.

Avant d’être racheté, César Ritz avait déjà lancé son programme Culinary Arts Academy Switzerland, tant au Bouveret qu’à Lucerne. «Pour continuer le développement de cette branche, il nous fallait une histoire», explique Florent Rondez. Le premier chapitre de celle-ci s’est écrit quand le célèbre cuisinier Anton Mosimann, un grand ami de l’école, lui a donné la plus grande collection privée de livres de cuisine en 2016. Cet ensemble de plus de 6000 volumes, dont le livre de confitures de Nostradamaus ou les ouvrages d’Auguste Escoffier, comme des centaines de menus prestigieux, sont visibles à The Mosimann Collection, sous l’école.

Centre ultramoderne

Le projet de l’Apicius, du nom d’un cuisinier romain (et d’un livre de la collection, datant de 1533), s’est fait rapidement grâce aux propriétaires du terrain situé entre les deux bâtiments de l’école. Deux ans de travaux ont permis de réaliser «le centre nerveux du campus». Chaque salle de classe a été étudiée pour illustrer au mieux la gestion d’une cuisine, la maîtrise de la chaîne du froid ou le retraitement des déchets, le tout avec des équipements audio et vidéo de pointe. Elles portent le nom de chefs réputés, Mosimann, Irma Dütsch, Franck Giovannini ou Pauli, comme le livre de cuisine scolaire suisse.

Un restaurant accueille les étudiants alors qu’un concept ultramoderne, La Table des chefs, s’articule autour d’une double cuisine en cercle se terminant par un comptoir où les clients peuvent suivre le travail des cuisiniers. Une autre manière d’anticiper les restaurants du futur, toujours plus orientés sur le fine dining et l’expérience, avec des mets de plus en plus internationaux.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.