Le Chablais ouvre son premier espace de coworking

MontheyL’association la maison blanche inaugure, le 11 novembre prochain, des bureaux partagés à deux pas du centre-ville de Monthey (VS).

La villa Delaloye à Monthey va abriter le premier espace de coworking du Chablais.

La villa Delaloye à Monthey va abriter le premier espace de coworking du Chablais. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Coworking! Entendez par là: espace de travail partagé où se côtoient différentes personnes indépendantes et entreprises. Un lieu de labeur qui permet de créer un réseau de travailleurs pour échanger et collaborer.

«Il y a une richesse de compétences dans la région, nous voulons favoriser les rencontres et catalyser ces compétences. L’idée est de créer une vraie dynamique entrepreneuriale dans le Chablais», explique Gilles Brunner, l’un des fondateurs de l’Association La maison blanche.

A Monthey, la villa Delaloye, vide depuis quatre ans, accueille ce premier espace de travail collaboratif du Chablais qui ouvre officiellement le 14 novembre. Pour faciliter les projets des futurs utilisateurs: un accès wi-fi, des imprimantes, une salle de conférences, du mobilier adapté et un coin cuisine. Au premier niveau, une dizaine de places seront disponibles à 30 francs la journée. Le second étage dispose d’une vingtaine de places dédiées à la location fixe. Des conférences sur l’entrepreneuriat seront aussi organisées régulièrement dans le bâtiment.

Pas d’à-peu-près

«Si la Ville avait proposé un tel espace, il n’aurait pas eu d’âme. Le coworking est un véritable état d’esprit. Ces jeunes entrepreneurs de la région ont fréquenté ce type de lieu dans d’autres pays. Il n’y a pas d’à-peu-près avec eux, ils ont entrepris une vraie réflexion de fond pour que cela soit cohérent», souligne Patrice Coppex, chef du Service de la promotion économique de Monthey.

Des nouvelles structures de travail qui répondent à une dynamique de l’emploi qui change. «Aujourd’hui, les gens n’ont plus forcément besoin d’aller travailler dans leur entreprise à 50 km de chez eux, ils peuvent le faire à distance», argumente Gilles Brunner.

Un constat partagé par Patrice Coppex: «J’ai reçu plusieurs appels de personnes qui recherchaient une petite surface pour séparer leur bureau de leur domicile. Il y a un intérêt financier, mais aussi social. Il est plus agréable de travailler avec d’autres personnes et de pouvoir discuter et échanger que de rester seul chez soi ou dans son bureau.»

(24 heures)

Créé: 04.11.2016, 11h51

Articles en relation

Le partage de locaux pour réduire les coûts se répand

Lausanne Les jeunes entreprises mettent en place différentes stratégies pour trouver un espace de travail à un prix abordable. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.